Actualités de Air-Journal

S'abonner à flux Actualités de Air-Journal
Un média sur le transport aérien
Mis à jour : il y a 1 heure 3 min

Oman Air ajoute Athènes à son réseau

il y a 4 heures 36 min

La compagnie aérienne Oman Air lancera l’été prochain une nouvelle liaison entre Mascate et Athènes, sa huitième destination en Europe.

A partir du 1er juin 2019 sous réserve d’approbations gouvernementales, la compagnie nationale du Sultanat d’Oman proposera un vol quotidien entre sa base à Mascate et l’aéroport d’Athènes-Eleftherios Venizelos, opéré en Boeing 737 MAX 8 pouvant accueillir 12 passagers en classe Affaires et 150 en Economie. Les départs sont programmés à 14h45 pour arriver à 19h50, le vol retour quittant la Grèce à 0h20 pour atterrir à 6h35. Oman Air sera sans concurrence directe sur cette route, la capitale grecque étant également desservie depuis le Golfe par Emirates Airlines, Etihad Airways, Gulf Air et Qatar Airways.

« Nous sommes extrêmement fiers et heureux d’ajouter Athènes à notre réseau en pleine croissance, en tant que premier de plusieurs nouveaux itinéraires à être lancés en 2019 », a déclaré dans un communiqué Abdul Aziz al Raisi, directeur général d’Oman Air. Le sultanat « entretient des relations bilatérales solides avec la Grèce et l’introduction de ce nouveau vol contribuera certainement à renforcer les relations. Le nouvel itinéraire permettra également aux clients d’Oman Air d’explorer une ville remarquable dotée d’une ancienne civilisation, chargée d’histoire et de paysages incroyables », a-t-il ajouté.

En Europe, Omar Air dessert déjà Paris en France, Milan en Italie, Zurich en Suisse, Munich et Francfort en Allemagne ainsi que Londres et Manchester au Royaume-Uni, et Istanbul en Turquie. La compagnie aérienne vient juste d’inaugurer deux autres nouvelles routes, vers Moscou en Russie et Malé aux Maldives. Elle a reçu à ce jour cinq des trente MAX 8 commandés.

Philippine Airlines en force vers l’Amérique du nord

il y a 5 heures 36 min

La compagnie aérienne Philippine Airlines reliera au printemps prochain Manille à Toronto et à New York tous les jours en direct et en A350, et ajoutera des fréquences vers Los Angeles et San Francisco.

A partir du 31 mars 2019, la compagnie nationale des Philippines passera de cinq à sept vols par semaine entre sa base à Manille-Ninoy Aquino et l’aéroport de Toronto-Pearson, le Boeing 777-300ER étant remplacé par un Airbus A350-900 pouvant accueillir 30 passagers en classe Affaires, 24 en Premium et 241 en Economie. Les départs seront alors programmés selon Airlineroute à 15h00 pour arriver le même jour à 18h10, les vols retour quittant le Canada à 1h50 pour se poser le lendemain à 6h15 (durée de vol 15h10 à l’aller, 16h25 au retour).

Philippine Airlines est sans concurrence sur cette route, comme sur celle vers New York-JFK qui passera elle aussi le 31 mars à un rythme quotidien en A350-900. Les départs sont prévus à 19h45 pour arriver à 23h15, les vols retour quittant les Etats-Unis à 1h45 pour se poser le lendemain à 6h15 (durée de vol moyenne 16h00). 

La Californie sera toutefois la mieux servie l’été prochain, PAL passant de 14 à 17 rotations hebdomadaires entre Manille et Los Angeles du 15 mai au 30 septembre : départs quotidiens en 777-300ER (42+328) à 11h25, 21h00 et le mardi, jeudi et samedi à 23h00. L’aéroport de San Francisco aura lui droit à deux vols quotidiens en 777-300ER pendant toute la saison estivale (au lieu de 7 à 10 vols par semaine l’été passé), avec des départs à 20h45 et 22h10. Ces deux lignes sont également sans concurrence

Philippine Airlines a mis en service quatre des six A350-900 commandés ; elle possède des options sur six exemplaires supplémentaires. Le reste de sa flotte long-courrier est composée de dix 777-300ER et quinze A330-300.

Inde : Jet Airways dans le giron de Tata ?

il y a 6 heures 36 min

Le Conseil d’Administration de Jet Airways accélère la mise en place de sa stratégie de redressement, visant entre autres une amélioration des performances opérationnelles et la consolidation de la flotte avec l’intégration du Boeing 737 MAX. Le groupe Tata Sons veut prendre le contrôle de la compagnie aérienne en difficulté, en commençant par une fusion avec Tata SIA qui opère Vistara.

Le Conseil d’Administration de Jet Airways s’est réuni le 14 novembre 2018 pour évaluer les résultats financiers de la compagnie au deuxième trimestre de l’exercice en cours, « sur la base des recommandations du Comité d’audit ». Il a examiné les progrès enregistrés suite à la mise en place de la stratégie de redressement annoncée au trimestre dernier, ainsi que la « réussite d’autres mesures » prises parallèlement par la Direction pour redynamiser la santé économique de Jet Airways. La compagnie a pourtant publié des résultats au T2 moins mauvais que prévus, malgré un environnement difficile entre envolée des prix du pétrole brut, dépréciation de la roupie et une situation difficile en matière de prix dans un marché intérieur en surcapacité. Jet Airways a enregistré au trimestre se terminant fin septembre une perte nette consolidée de 153,4 millions d’euros, comparé à un bénéfice net de 8,7 millions d’euros à la même période l’année dernière, avec un EBITDAR divisé par plus de quatre. En dépit de ce qui précède, la compagnie aérienne met en avant des progrès dans son activité et ses fondamentaux, enregistrant une croissance de 7,3% de l’offre en SKO et de 10,5% du trafic en PKT ; le nombre de passagers a progressé de 2,2% à 7,45 millions ce voyageurs. Malgré la dévaluation de la monnaie, Jet Airways a réussi à maintenir son coût unitaire hors carburant au même niveau que l’année dernière (et en amélioration de 4,2% hors taux de change), « reflétant les efforts de la compagnie pour réduire les coûts sur l’ensemble de son activité ». Les gains de productivité et d’efficacité pour le trimestre ont apporté des améliorations significatives aux statistiques opérationnelles, portant à 84% la ponctualité des vols comme le coefficient d’occupation (+2,5 points de pourcentage) ; les revenus auxiliaires ont augmenté de 9% par rapport à l’année dernière, et ceux liés au fret de 13,7%.

Le CEO de Jet Airways Vinay Dube a déclaré que l’objectif de rentabilité « est clairement défini, pour ce faire, nous sommes en train de transformer durablement la compagnie. Nous restons étroitement engagés auprès de tous nos partenaires qui ont pleinement conscience des défis auxquels le secteur de l’aviation indien est confronté et souscrivent entièrement à ce projet ». Alors que ses équipes travaillent activement au redressement de la compagnie, « nous restons attentifs à la sécurité et à la fiabilité de nos opérations. Nous sommes convaincus que nous allons relever ces défis, honorer nos engagements envers nos actionnaires et retrouver une compagnie aérienne viable stratégiquement parlant qui soit fiable et rentable », ajoute le dirigeant.

Simultanément, Jet Airways explore de nouvelles opportunités pour augmenter ses revenus en entreprenant plusieurs démarches pour améliorer les rendements sur le marché intérieur, « affiner » les pratiques de gestion des revenus, et utiliser les avantages de la connectivité sur ses hubs pour « améliorer les volumes ». Au cours du trimestre, elle a également élargi sa coopération en partage de code avec des partenaires tels que Delta Air Lines, son actionnaire Etihad Airways, Korean Air, Malaysia Airlines et Bangkok Airways offre une croissance et un choix supplémentaires à ses clients. Le revenu tiré des clients volant en partage de codes ou accord interligne a augmenté de 30,9%, pour un nombre de passagers n’ayant augmenté que de 8,6%. La stratégie de Jet Airways inclut la concentration de la capacité, et l’amélioration des fréquences, de la densité et de la connectivité des hubs. Certaines routes non économiquement viables seront « rationnalisées », avec redéploiement des actifs vers des activités « plus productives et économiquement efficaces » au niveau international comme national, en alignant étroitement les capacités sur la demande caractéristique de marchés spécifiques. Avec l’introduction du Boeing 737 MAX 8 (onze entreront en service durant l’exercice en cours), Jet Airways s’appuiera sur « la consommation plus basse et le rayon d’action plus long » du nouvel avion pour remplacer des modèles plus anciens.

Jet Airways recherche cependant toujours des fonds, notamment en vendant une partie de son programme de fidélité Jet Privilege ou en cherchant des opérations « sale-and lease back » pour six de ses Boeing 777, déclarait le directeur financier Amit Argawal après la présentation des résultats. Mais il a parlé de « spéculation » concernant les plans du groupe Tata Sons, qui souhaiterait devenir majoritaire dans le capital de Jet Airways. Selon The Economic Times, Tata SIA (Vistara) fusionnerait avec Jet Airways via un échange d’actions, la nouvelle compagnie ayant alors pour actionnaires la famille du fondateur et président de Jet Airways Naresh Goyal, Etihad Airways, Tata Sons et Singapore Airlines. A plus long terme, Singapore Airlines rachèterait l’ensemble des parts de Naresh Goyal, le quotidien pensant qu’Etihad Airways pourrait rester actionnaire minoritaire. Aucune des parties concernées n’a voulu commenter l’information.

Jet Airways est la première compagnie aérienne internationale de l’Inde. Elle dessert 66 destinations couvrant l’ensemble de l’Inde ainsi que les grandes villes d’Asie du Sud-est, Asie du Sud, Moyen-Orient, Europe et Amérique du Nord. Le réseau domestique de Jet Airways s’étend à travers tout le pays, des villes métropolitaines, aux capitales des États en passant par des destinations émergentes. Le groupe exploite actuellement une flotte de 121 appareils, dont des Boeing 777-300ER, des Airbus A330-200/300, des 737 MAX 8 et NG et des ATR 72-500/600.

Cabo Verde Airlines arrive à Dakar

il y a 7 heures 36 min

La compagnie aérienne Cabo Verde Airlines lancera le mois prochain une nouvelle liaison entre Sal et Dakar, ouvrant une nouvelle option entre les capitales française et sénégalaise.

A partir du 12 décembre 2018, la compagnie cap-verdienne (ex TACV) proposera deux vols par semaine entre sa base à Sal-Amilcar Cabral et l’aéroport de Dakar-Blaise Diagne, opéré en Boeing 757-200 pouvant accueillir 22 passagers en classe Affaires Confort et 160 en Economie. Les départs sont programmés mardi et dimanche à 23h50 pour arriver le lendemain à 2h15, les vols retour quittant le Sénégal lundi et mercredi à 5h00 pour se poser à 5h05. Cabo Verde Airlines sera sans concurrence sur cette route, Air Sénégal proposant de son côté des vols vers Praia.

La compagnie met en avant la possibilité de relier Dakar à Paris via son hub, avec une rotation hebdomadaire : départ de CDG1 le dimanche à 17h00, et retour de Dakar le mercredi pour se poser à 16h00 à Roissy. Cabo Verde Airlines propose aux voyageurs une option « stopover » pour découvrir les îles de l’archipel, pouvant atteindre sept jours entre les vols sans supplément de prix.

Le réseau de la compagnie inclut aussi les aéroports de Rome en Italie, Lisbonne au Portugal, Boston aux Etats-Unis et Recife, Fortaleza et Salvador de Bahia au Brésil.

HOP! réduit le prix des parkings avec TravelCar

il y a 8 heures 36 min

La compagnie aérienne HOP! Air France s’associe à la start-up montante TravelCar afin de proposer une nouvelle solution de parking. Les clients peuvent accéder à des places de stationnement tout en économisant jusqu’à 60% par rapport à un parking traditionnel.

Localisés à proximité de nombreux aéroports français, les parkings sont clos et surveillés 24h/24 et 7j/7. Des navettes gratuites sont mises à disposition afin d’assurer le transfert entre le parking et l’aéroport. Pour compléter ce service de stationnement, diverses options sont disponibles : parking couvert, service voiturier, service lavage ou entretien du véhicule. Pour réserver sa place de parking, les clients HOP! peuvent, dès aujourd’hui, accéder directement sur : hop.travelcar.com.

L’offre de HOP! est valable sur une vingtaine d’escales en France et en Europe : Bâle-Mulhouse, Biarritz, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Nice, Paris-Orly, Pau, Perpignan, Rennes, Toulon, Toulouse, Bologne, Bruxelles, Düsseldorf, Florence, Genève, Milan-Malpensa, Prague, Rome, Venise. Prochainement, ce service sera déployé sur l’ensemble du réseau HOP!.

Hélène Abraham, Directrice Commerciale, Marketing et Produits au sein de l’activité court-courrier d’Air France, appelée HOP!, déclare : « l’offre de TravelCar s’inscrit naturellement dans notre volonté de toujours satisfaire notre clientèle avant, pendant et après le vol. Afin de simplifier leur voyage, TravelCar propose une solution innovante de parking et simple à utiliser pour tous les voyageurs. HOP! place au cœur de sa stratégie les besoins de mobilité et d’accessibilité de ses clients ». Lotfi Louez, co-fondateur et CMO de TravelCar, ajoute : « Nous sommes très heureux que HOP! ait choisi notre plateforme de réservation qui s’intègre facilement dans l’application ou sur le site internet de la compagnie et facilite la réservation d’une gamme complète de services de mobilité. Cela permet aux clients de comparer et de réserver parmi des dizaines de solutions de stationnement dans et autour des aéroports. Ce nouveau partenariat démontre une fois de plus que la plateforme de TravelCar offre des opportunités pour générer des revenus additionnels pour les compagnies aériennes et proposer une meilleure expérience client ».

HOP! opère le réseau de vols domestiques le plus dense d’Europe, avec 600 vols quotidiens vers 50 escales desservies, et une flotte d’une centaine d’avions de 48 à 212 sièges. Des tarifs à partir de 49 €* TTC l’aller simple (hors Corse) ont séduit 13 millions de passagers transportés par an. Son réseau inclut plus de 140 lignes à l’été 2018, dont 5 navettes au départ de Paris-Orly (Bordeaux, Marseille, Montpellier, Nice et Toulouse) et deux principaux hubs en France : Lyon (30 lignes) et Orly donc (26 lignes). HOP emploie plus de 8500 salariés au service des clients, au sol comme en vol.

Disponible dans 57 pays sur les 5 continents, en 30 langues différentes et 26 devises, TravelCar permet aux utilisateurs de comparer l’ensemble des parkings situés à proximité des aéroports, gares, ports de croisière ou en centres-villes à un prix avantageux (+500 000 places de parking partout dans le monde). Grâce à une expérience de réservation pertinente sur une même plateforme, les utilisateurs comparent les tarifs, les avis, les lieux et les services disponibles dans chacun d’eux, en toute transparence.

[Point Météo] Il fera beau et chaud TOUS les week-ends (au moins dans nos coeurs) #CarteWeekEnd #EnModeAvion

Premier A321neo pour Vietnam Airlines, dix A320neo pour SaudiGulf

il y a 9 heures 36 min

La compagnie aérienne Vietnam Airlines a pris possession du premier des 20 Airbus A321neo attendus, qui rejoint les 57 A321 déjà en service. En Arabie Saoudite, SaudiGulf Airlines a signé un engagement d’achat pour dix A320neo, en renfort des six A320 déjà opérés.

La société de leasing Aviation Capital Group a remis le 14 novembre 2018 à Hambourg le premier Airbus A321neo de la compagnie nationale vietnamienne. Le monocouloir remotorisé de Vietnam Airlines est configuré pour accueillir 8 passagers en classe Affaires et 195 en Economie, comme les plus denses de ses A321 (certains ont 16 sièges en classe Affaires). La compagnie a constamment modernisé sa flotte, qui compte « parmi les plus jeunes et les plus modernes d’Asie » avec entre autres 12 A350-900 et onze Boeing 787-9 Dreamliner (elle a aussi commandé huit 787-10). Elle exploite 94 lignes aériennes desservant 21 destinations nationales et 29 destinations internationales, avec une moyenne de 400 vols par jour.

Duong Tri Thanh, président de la compagnie de l’alliance SkyTeam, a déclaré dans un communiqué : « Vietnam Airlines apprécie l’efficacité exceptionnelle d’Airbus A321neo, avec une consommation de carburant réduite de 20% et un confort exceptionnel. En particulier, le système de divertissement en vol sans fil de l’A321neo portera l’expérience de vol à un niveau supérieur. Nous sommes convaincus que la flotte d’Airbus A321neo offrira aux passagers un niveau de confort élevé sur les liaisons intérieures en pleine expansion du Vietnam comme vers l’Asie ». Christian Scherer, directeur commercial d’Airbus, a ajouté : « l’A321neo facilitera l’expansion continue de Vietnam Airlines sur le marché asiatique, et son positionnement en tant que l’un des principaux transporteurs aériens au monde. L’A321neo s’intègre parfaitement dans sa flotte actuelle de près de 60 A321ceos, ce qui ajoutera un avantage concurrentiel aux opérations de Vietnam Airlines ».

Lors du Bahrain International Airshow, Airbus a d’autre part annoncé hier la signature jeudi d’un accord avec Al-Qahtani Aviation, propriétaire de SaudiGulf Airlines, portant sur l’acquisition de dix appareils de la famille A320neo. La compagnie aérienne saoudienne lancée en 2016 exploite actuellement une flotte de six A320 depuis son hub de Dammam.

« En qualité de compagnie aérienne offrant des services premium, nous sommes ravis d’ajouter l’A320neo à notre flotte. Cette expansion est conforme à notre intention de voir le secteur aéronautique saoudien poursuivre son développement et sa croissance pour soutenir le plan Saudi Vision 2030 », a déclaré le Sheikh Tariq Abdulhadi Al Qahtani, Chairman d’Al-Qahtani Aviation et de SaudiGulf Airlines. « La famille A320neo représente une évolution naturelle de notre flotte actuelle d’A320 et contribuera de manière significative à l’expansion de notre réseau aussi bien au niveau régional qu’international », a ajouté Samer Majali, Président et CEO de SaudiGulf Airlines. Cette commande sera complétée par des A320neo supplémentaires provenant du marché du leasing, précise-t-il.

On est en revanche sans nouvelles de la commande de seize CS300 (renommés depuis A220-300) passée en janvier 2014 ;  les retards de livraison de Bombardier avaient poussé la compagnie à opter pour des monocouloirs Airbus. Même silence sur les seize Boeing long-courrier évoqués en mai 2017 lors d’une visite du Président Trump en Arabie Saoudite.

Avec plus de 6200 appareils commandés par plus de 100 clients depuis son lancement en 2010, la famille A320neo constitue la famille de monocouloirs best-seller dans le monde. Elle bénéficie des dernières technologies, notamment des moteurs de nouvelle génération et des ‘Sharklets’ (dispositifs d’extrémité de voilure), qui ensemble permettent de réaliser des économies de carburant de plus de 15% dès la mise en service, et de 20% d’ici 2020 suite à l’intégration de nouvelles innovations cabine. L’A320neo affiche également des performances environnementales optimisées, avec une réduction de l’empreinte sonore de près de 50 pour cent par rapport aux appareils de la génération précédente.

 

EasyJet ouvre les ventes d’automne 2019

il y a 10 heures 5 min

La compagnie aérienne low cost easyJet met en vente ses billets pour l’automne prochain à travers l’Europe, et propose près de 4 millions de siège depuis et vers la France ; les réservations sont désormais disponibles jusqu’au 26 octobre 2019.

La spécialiste britannique du vol pas cher a mis en vente jeudi ses billets pour l’automne 2019, des milliers de vols étant à présent disponibles à travers l’Europe jusqu’à la fin de la saison estivale : plus de 100.000 vols sont proposés à la vente sur le réseau d’easyJet entre le 2 septembre et le 26 octobre 2019. La compagnie orange offre ainsi plus de 17,4 millions de sièges à ses clients, afin de leur permettre de profiter des meilleurs tarifs pour leurs vacances de la Toussaint et leurs week-ends d’automne.

En France, plus de 3.8 millions de sièges sont désormais ouverts à la vente, sur près de 22.000 vols. La clientèle d’easyJet pourra rechercher des prix bas et profiter des meilleurs services, en réservant rapidement sur www.easyjet.com. La compagnie possède plus de 30 bases en Europe, dont bientôt sept en France avec l’ouverture prochaine de sa base à l’aéroport de Nantes-Atlantique ; et plus de 1000 lignes à travers l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, dont plus de 250 depuis/vers la France.

François Bacchetta, Directeur Général d’easyJet pour la France, a déclaré : « Nous sommes ravis de proposer à la vente nos vols pour l’automne 2019. Nos passagers peuvent s’attendre à encore plus de tarifs intéressants vers les plus belles plages d’Europe et les métropoles européennes. Pour les voyageurs en mal d’inspiration notre application Inspire Me, est l’outil idéal pour trouver des vols adaptés à leur budget et à leurs dates de voyages ».

Il est possible de réserver dès à présent des vols vers les destinations suivantes :
Paris – Berlin à partir de 31€*
Bordeaux – Barcelone à partir de 26€*
Nice – Séville à partir de 26€*
Lyon – Lisbonne à partir de 29€*
Toulouse – Venise à partir de 26€*
(*Prix aller simple par personne avec 2 passagers voyageant sur la même réservation.)

Volotea compte 150.000 fidèles

il y a 10 heures 35 min

Le programme de fidélité de la compagnie aérienne low cost Volotea a dépassé le cap des 150.000 abonnés, dont plus de la moitié en France.

Abonnement annuel proposé à 49,99 € lancé en janvier dernier, qui permet aux passagers les plus réguliers de bénéficier de réductions, promotions et autres avantages en exclusivité et toute l’année, Megavolotea compte 52% de membres basés en France (79.000, contre 57.000 en Italie), et 33% du total sont des Megavolotea Plus (abonnés depuis plus d’un an et cumulant des avantages supplémentaires). En réservant des vols Volotea par le biais de ce programme, les membres bénéficient d’une réduction moyenne de 10 € sur les tarifs réguliers, jusqu’à 15% de réduction sur les bagages et 25% de réduction sur le choix des sièges. Il permet également une utilisation illimitée tout au long de l’année et peut inclure jusqu’à quatre passagers sur chaque réservation.

Volotea a atteint les 20 millions de passagers transportés depuis son premier vol en 2012 et plus de 4,8 millions en 2017. Cette année, elle a ouvert 58 nouvelles lignes et opère un total de 293 lignes, connectant 78 capitales régionales européennes via des vols directs et à travers 13 pays : France, Italie, Espagne, Allemagne, Grèce, Croatie, République Tchèque, Albanie, Portugal, Malte, Autriche, Irlande et Luxembourg. La compagnie envisage de transporter entre 5,7 et 6 millions de passagers en 2018.

Volotea dispose actuellement de 12 bases : Venise, Nantes, Bordeaux, Palerme, Strasbourg, Asturies, Vérone, Toulouse, Gênes, Bilbao, Marseille et Athènes, ces trois dernières inaugurées en 2018. L’année prochaine, une nouvelle base sera ouverte à Cagliari. La compagnie espagnole emploie plus de 1000 personnes depuis l’été 2018, une année au cours de laquelle 250 nouveaux postes ont été créés. Sa flotte de 32 avions est composée de Boeing 717 de 135 places et d’Airbus A319 de 150 sièges.

China Southern Airlines quitte l’alliance SkyTeam

il y a 11 heures 6 min

La compagnie aérienne China Southern Airlines (CSA) a décidé de ne pas renouveler son contrat avec SkyTeam à la fin de l’année, portant un coup en particulier à ses partenaires d’alliance Air France-KLM, Delta Air Lines, China Eastern Airlines ou Xiamen Air entre autres.

Valable le 1er janvier 2019, la décision de la compagnie basée à l’aéroport de Guangzhou-Baiyun, reflète selon un communiqué de l’alliance « son développement stratégique, les tendances changeantes de l’industrie aéronautique mondiale et l’évolution des alliances ». China Southern Airlines compte explorer les possibilités « d’établir de nouveaux partenariats avec des compagnies aériennes de pointe du monde entier, de promouvoir la coopération bilatérale et multilatérale, et de fournir des services de qualité aux passagers du monde entier ».

SkyTeam et China Southern ont convenu de « collaborer étroitement » pour assurer une transition sans heurts à tous les clients et partenaires, un processus qui se terminera d’ici la fin de l’année 2019. Les réservations de billets primes par les membres des programmes de fidélité de l’alliance ne sont pas remises en cause, même après le 1er janvier 2019 ; en revanche rien n’est décidé pour le cumul ou l’utilisation des miles, l’accès aux salons d’aéroport, l’offre SkyPriority ou les « pass » Tour du monde ; les choses vont changer mais pas tout de suite, résume l’alliance sur son site.

Kristin Colvile, PDG de SkyTeam, a déclaré : « le réseau a toujours été la base de SkyTeam. Notre nouvelle proposition de valeur conserve ce réseau intégré puissant et la combine avec notre objectif continu d’améliorer l’expérience client grâce à la technologie. China Southern est un membre apprécié de SkyTeam. Nous respectons sa décision et lui souhaitons bonne chance ».

China Southern Airlines a déclaré aux autorités financières chinoises que son départ de SkyTeam, qu’elle avait rejointe en 2007, ne devrait pas avoir un « impact significatif » sur ses opérations, sans plus de détail. La rumeur circule déjà sur un contact avec l’alliance Oneworld, seule à ne pas avoir de membre en Chine continentale (Star Alliance peut compter sur Air China et Shenzhen Airlines) ; American Airlines avait acquis 2,7% du capital de CSA en avril 2017, mais Cathay Pacific, membre de Oneworld basée à Hong Kong (non loin du hub de CSA à Guangzhou) dispose d’un droit de veto à cette arrivée.

La question se pose également de l’avenir de la coentreprise désormais unique entre China Southern Airlines, Air France-KLM et Xiamen Air, les quatre compagnies promettant en juillet un « voyage harmonisé et simplifié » pour les 1,25 millions de passagers transportés en moyenne chaque année via cette alliance mondiale entre l’Europe et la Chine.

China Southern Airlines est la première compagnie chinoise en nombre de passagers transportés (126 millions de passagers en 2017, +10,8%), et dispose d’une flotte de 582 avions – y compris cinq Airbus A380 dont elle reste le seul client en Chine – vers plus de 208 destinations. Elle a dégagé l’année dernière un bénéfice de 758 millions d’euros (+17%), sur un chiffre d’affaires progressant de 11,2% à 16,48 milliards d’euros.

Outre ceux déjà cités, les membres restants de SkyTeam sont Aeroflot, Aerolineas Argentinas, Aeromexico, Air Europa, Alitalia, China Airlines (Taïwan), CSA Czech Airlines, Garuda Indonesia, Kenya Airways, Korean Air, MEA Middle East Airlines, Saudia, TAROM et Vietnam Airlines.

©byeangel

Prix du billet d’avion en France : +0,6% en octobre

il y a 11 heures 37 min

Une hausse des prix des billets d’avion au départ de France de 0,6% par rapport au même mois l’an née dernière a été constatée en octobre 2018 par la DGAC. Le réseau long-courrier, ultramarin et international, est toujours orienté globalement à la baisse, tandis que la tendance haussière s’accentue sur le réseau international moyen-courrier. Toutes destinations confondues, les prix augmentent de 1,1% au départ des aéroports métropole alors qu’ils diminuent de 5,6% au départ des quatre DOM pris dans leur ensemble.

Au départ de métropole, les prix diminuent sur le réseau long courrier, ultramarin et international (-1,8%), mais augmentent sur le réseau international moyen-courrier (+5,0%). Au cumul sur les 10 premiers mois 2018, les billets se sont renchéris de 1,0% toutes destinations confondues. Sur le réseau intérieur, les prix des billets d’avion augmentent sur le réseau intra-métropolitain (+3,0% en octobre 2018 et +1,5% au cumul sur 10 mois 2018). A l’inverse, la baisse des prix est encore forte à destination de l’outre-mer (-4,9% en octobre et -5,9% au cumul), notamment grâce à la Polynésie française et aux Antilles françaises. Au cumul depuis le début de l’année 2018, les prix des billets d’avion ont légèrement baissé sur l’ensemble du réseau intérieur au départ de métropole par rapport à la même période 2017 (-0,7%).

Sur le réseau international, la hausse des prix est assez proche de celle mesurée le mois dernier (+1,2% entre octobre 2017 et octobre 2018). Comme en septembre, le réseau long-courrier profite globalement de baisses de prix (-1,3%), masquant cependant de forts contrastes. Les prix des billets d’avion diminuent encore plus vivement que le mois dernier vers l’Afrique, l’Asie-Pacifique et l’Amérique latine qui détient le record de la plus forte baisse (respectivement -3,0%, -2,9% et -8,2 %). En revanche, après une pause en septembre, la hausse des prix réapparait vers le Moyen-Orient (+5,4% entre octobre 2017 et octobre 2018) et se confirme à un niveau élevé vers le continent américain (+4,1%). Sur le réseau international moyen-courrier, la hausse des prix des billets s’accentue en octobre par rapport à celle mesurée en septembre (+5,0% entre octobre 2017 et octobre 2018). L’Espace Économique Européen subit encore une forte hausse (+6,8% en octobre), ce qui place la région en tête des hausses de prix cumulées depuis le début de l’année (+5,8%). Au cumul sur les 10 mois de l’année 2018, les prix des billets d’avion se sont renchéris de 4,1% sur ce réseau international moyen-courrier et ils diminuent légèrement sur le réseau long-courrier (-0,5%), ce qui conduit à une hausse cumulée de 1,5% sur l’ensemble du réseau international.

Au départ des départements d’outre-mer, les prix des billets diminuent encore de 5,6% entre octobre 2017 et octobre 2018, et cette baisse ne s’observe, comme le mois dernier, qu’au départ des Antilles (-14,8% depuis la Martinique et -12,6% depuis la Guadeloupe), en partie du fait de l’intensification de la concurrence sur la desserte de la métropole. Inversement, au départ de Guyane et de La Réunion, les prix des billets sont orientés à la hausse, respectivement de 1% et 3,6% entre octobre 2017 et octobre 2018, toutes destinations confondues. Toutefois, au cumul depuis le début de l’année 2018, c’est au départ de La Réunion que la baisse des prix est la plus forte (-4,9%).

Évolution m-1 : les prix des billets d’avion augmentent de 5,2% entre septembre et octobre 2018 au départ de France toutes destinations confondues, en écho à la plus forte demande générée par les vacances scolaires de la Toussaint. Au départ de métropole, la hausse des prix se constate sur tous les faisceaux à l’exception de l’Europe hors EEE et Suisse vers laquelle les prix des billets diminuent très légèrement par rapport à septembre 2018 (-0,5%). La hausse saisonnière est plus importante sur le réseau domestique (+8,9%) que sur le réseau international (+4,8%), du fait des destinations ultramarines qui tirent les prix vers le haut en octobre (+22,8% par rapport à septembre 2018). A l’international, le réseau long-courrier supporte une augmentation de 5,1% entre septembre et octobre, avec un record pour le Moyen-Orient (+12,5%), tandis que la hausse saisonnière s’établit à 4,4% pour l’ensemble du réseau moyen-courrier. Dans l’ensemble, les prix des billets d’avion augmentent de 5,6% au départ de métropole entre septembre et octobre 2018.
Au départ des quatre départements d’outre-mer pris dans leur ensemble, l’effet saisonnier est en revanche orienté globalement à la baisse (-2,9% entre septembre et octobre 2018), toutes destinations confondues. Mais cette évolution résulte d’une hausse saisonnière des prix au départ de La Réunion et de la Guyane (respectivement +4,8% et +2,4%) et d’une baisse au départ des Antilles (-9,9% au départ de Martinique et -9,4% au départ de Guadeloupe).

« La hausse du prix du pétrole met en péril certaines compagnie aériennes qui n’ont pas su anticiper cet événement et n’ont pas couvert leur besoin. Flybe par exemple, semble dans la tourmente et WOW air a été rachetée par Icelandair. Cependant,  le consommateur s’en tire toujours bien car la compétition et la transparence tarifaires apportées par les agences en ligne compensent les variations des prix du pétrole », commente Olivier Roux, responsable des Partenariats chez le voyagiste Bourse des vols.

EasyJet franchit le cap des 15% de cadettes pilotes

novembre 15, 2018 - 2:00pm

La compagnie aérienne low cost easyJet annonce compter 15% de femmes parmi ses nouveaux pilotes, une étape clé dans son objectif de compter 20% de cadettes d’ici à 2020.

En atteignant le cap des 15% de femmes parmi ses nouveaux pilotes, la spécialiste britannique du vol pas cher se distingue dans un contexte où seulement 5% des pilotes à travers le monde sont des femmes, selon l’International Society of Women Airline Pilots. Par ailleurs, seulement un peu plus de 450 d’entre elles ont atteint le rang de commandant de bord ; « la quasi-totalité pourrait tenir dans un A380 », selon l’illustration choisie par easyJet.

Quand la low cost avait lancé l’initiative visant à attirer plus de femmes pilotes en octobre 2015, elle ne comptait que 6% de femmes dans ses effectifs. Suite à la campagne de 2016, easyJet a doublé son pourcentage de femmes pilotes, « qui a continué de croitre depuis » avec pour ambition d’atteindre les 20% en 2020. En fixant cet objectif, elle pensait que cela représenterait l’équivalent de 50 pilotes – nombre déjà dépassé pour la seule année 2018 « au vu de notre croissance », plus de 200 femmes pilotes étant désormais aux commandes des Airbus d’easyJet.

Johan Lundgren, PDG d’easyJet, a déclaré : « il est extrêmement encourageant de voir que 15% des nouveaux pilotes que nous avons engagés cette année, sont des femmes. Notre objectif est de 20% pour 2020 et nous ne comptons pas nous arrêter là ! Nous continuons d’encourager les femmes à exercer cette profession passionnante et hautement gratifiante. Passer de 6% à 2015 à 15% cette année est un véritable accomplissement ». Il est important d’encourager les candidatures féminines « et surtout de le faire au plus tôt afin de changer les perceptions de carrière et améliorer l’équilibre des genres au sein de la profession pour les années à venir », ajoute le dirigeant. C’est dans cette optique que des pilotes easyJet ont visité plus de 100 écoles l’année passée, pour sensibiliser les enfants dès le plus jeune âge ; la compagnie aérienne a également signé « un partenariat avec le sponsor Brownie’s Aviation Badge afin d’intéresser davantage de jeunes filles ».

Julie Westhorp, Présidente de l’Association des Femmes Pilotes britanniques (BWPA, British Women Pilots’ Association), explique de son côté croire « profondément qu’aucune compagnie aérienne n’est davantage engagée que nous sur ce sujet ». La BWPA est ravie de voir le dynamisme avec lequel easyJet encourage les femmes à envisager une carrière dans l’aviation, et de constater les résultats l’initiative Amy Johnson. « Leurs pilotes soutiennent notre travail de promotion afin d’encourager les plus jeunes, hommes et femmes, à embrasser de nouvelles aspirations mais également changer la perception des enseignants et parents du métier de pilote qui est une profession gratifiante et accessible aux hommes et aux femmes ».

Avec la pénurie mondiale de pilotes, les compagnies aériennes réalisent selon l’association qu’en encourageant les femmes à postuler et en élargissant ainsi leur bassin de recrutement, elles augmentent leurs chances de trouver les bons profils : « les témoignages et expériences passés montrent clairement qu’être un homme n’est pas une prérogative au fait de devenir pilote », ajoute Julie Westhorp. Plus tôt cette année, le commandant de bord David Morgan, Directeur des Opérations aériennes pour easyJet, a été nommé “Agent du changement”, par Management Today et le Women’s Business Council, pour « mener de profondes transformations au sein d’easyJet ainsi que dans le secteur aérien » au travers de l’Initiative Amy Johnson.

Au cours de l’année fiscale 2019, easyJet va recruter 460 nouveaux pilotes afin de répondre à la demande record de la compagnie aérienne pour la troisième année consécutive, alors que son réseau européen continue de se développer. Les opportunités vont des pilotes cadets débutant leur carrière, aux copilotes expérimentés et aux commandants de bord provenant d’autres compagnies aériennes et de l’armée. Le programme de formation au métier de pilote Generation easyJet est maintenant ouvert aux candidats souhaitant postuler. Des informations complémentaires sont disponibles sur http://becomeapilot.easyjet.com/.

Virgin Atlantic : une grève de pilotes à Noël ?

novembre 15, 2018 - 1:00pm

Le syndicat PPU représentant certains pilotes de la compagnie aérienne Virgin Atlantic a lancé un vote sur le principe d’une grève pendant les fêtes de fin d’année, afin d’obtenir une reconnaissance égale à celle du BALPA de la part de la direction.

Représentant « probablement » la moitié des 800 pilotes de la compagnie privée britannique, le PPU (Professional Pilots Union) essaie depuis deux ans d’être reconnu comme un égal du BALPA, mais la direction de Virgin Atlantic refuse de négocier avec lui – et joue sur les différents entre les deux instances représentatives. Le PPU avait été formé en 2011 lors d’un conflit salarial et sur les conditions de travail, les pilotes désertant alors le BALPA accusé de ne pas bien les représenter. Mais en 2017, le nouveau syndicat a proposé à la compagnie d’abandonner certaines de ses revendications en échange d’une reconnaissance formelle – et donc de son entrée à la table des négociations. Sans réponse, il se dit prêt à organiser un confit à la fin de l’année, son envie de reconnaissance s’ajoutant au refus de coupes sombres dans les pensions de retraite et de certaines protections pour les pilotes les plus expérimentés.

Le CEO de Virgin Atlantic, Craig Kreeger, a appelé à l’unité parmi les pilotes, mais la compagnie a plus tard expliqué à Airways Mag « ne pas avoir reçu de notification sur les résultats d’un vote du PPU », ajoutant qu’elle « travaille avec les syndicats reconnus » sur le sujet des pensions. Confirmant ainsi que le PPU n’est pas un interlocuteur valable.

Si la grève n’est pas encore officialisée, Virgin Atlantic ne peut guère de permettre un arrêt de travail surtout durant les fêtes de fin d’année. Elle a fini l’année 2017 avec une perte avant impôts de 28,4 millions de livres, contre un bénéfice de 23 millions l’année précédente. 

Les nouveautés d’hiver à l’aéroport de Bordeaux

novembre 15, 2018 - 12:00pm

L’Aéroport de Bordeaux-Mérignac présente son programme hiver 2018-2019 avec 80 lignes directes dont 4 vers de nouvelles destinations, Essaouira, Lanzarote, Manchester et Valence.

L’offre aérienne au départ de l’aéroport de Bordeaux s’est étoffée pour la saison hivernale qui vient de débuter, avec six nouvelles liaisons dont quatre vers de nouvelles destinations lancées par des compagnies aériennes low cost :

  • Essaouira avec easyJet (2 vols/semaine)
  • Lanzarote avec Volotea (1x/semaine)
  • Manchester avec easyJet (2 vols/semaine)
  • Valence avec Ryanair (2 vols/semaine)
  • Fès avec Ryanair (2 vols/semaine) en complément d’Air Arabia Maroc
  • Marrakech avec Ryanair (2x/semaine) en complément de Royal Air Maroc, easyJet et TUIfly Belgium.

« Fortes du succès rencontré » selon le communiqué de l’aéroport bordelais, de nombreuses compagnies renforcent également leurs fréquences au départ de Bordeaux en cette saison hivernale :

  • Aegean Airlines propose 4 vols vers Athènes pour les fêtes de fin d’année
  • Aer Lingus ajoute une 5ème fréquence hebdomadaire vers Dublin
  • Chalair prolonge ses vols pour Caen lors de la saison Hiver
  • easyJet ajoute des fréquences hebdomadaires sur Lille, Marseille, Nice, Bâle et Londres Luton par rapport à l’hiver dernier
  • Lufthansa et Swiss prolongent leurs vols respectivement vers les hubs de Francfort et Zurich
  • Volotea augmente la saison sur Palma et Malte et passe à 2 vols quotidiens sur Strasbourg
  • Vueling ajoute des fréquences vers Malaga pour les fêtes de fin d’année et opère un vol hebdomadaire supplémentaire pour Barcelone pour passer en quotidien.
  • HOP! Air France confirme son programme de La Navette sur Orly à hautes fréquences. Ce seront bien dix vols quotidiens en semaine, qui permettront de relier Bordeaux à Paris-Orly. A cela s’ajouteront six vols quotidiens vers le hub de Paris-Charles-de-Gaulle.

« L’offre automne-hiver est diversifiée avec de belles suggestions pour profiter du soleil à moins de 3h00 de Bordeaux en vol direct », indique Pascal Personne, président du directoire de l’Aéroport de Bordeaux. IL en profite pour rappeler les nouveautés sur les parkings : « le P2 Flexi dispose à présent d’une nouvelle entrée située plus en amont, permettant un accès plus rapide et fluide. Elle est équipée à présent d’un système de lecture de plaque pour les personnes ayant réservé en ligne leur stationnement facilitant leur parcours d’arrivée. Par ailleurs, des bornes gratuites de recharge pour véhicules électriques viennent d’y être mises en service ».

Pour la prochaine saison Eté qui débutera fin mars 2019, 18 nouvelles dessertes régulières sont déjà à la vente, dont 11 totalement inédites :

  • Avec l’annonce de l’ouverture de sa base à Bordeaux, Ryanair a annoncé : Bari, Cologne Bonn, Copenhague, Dublin, Cracovie, Marseille, Mykonos, Ouarzazate, Tanger, Nantes, Naples et Trévise.
  • Volotea lancera des 2 destinations inédites : Vienne et Pula
  • Air Canada s’implantera à Bordeaux avec une ligne vers Montréal
  • Finnair arrivera à Bordeaux avec une nouvelle destination : Helsinki.

Pour aider ses voyageurs à trouver la destination qui leur correspond le mieux, l’Aéroport de Bordeaux a conclu un nouvel accord de partenariat avec Easyvoyage pour proposer un service de comparaison de vols au départ de Bordeaux. Les meilleures offres sont à consulter ici.

 

Flybe cherche un acheteur

novembre 15, 2018 - 11:00am

La compagnie aérienne Flybe est officiellement à la recherche d’un acheteur dans le cadre d’un « examen stratégique », après de nouveaux résultats financiers décevants. EasyJet et le groupe Stobart sont intéressés.

Le conseil d’administration de Flybe Group plc a annoncé le 14 novembre 2018 qu’il avait entrepris « un examen complet des diverses options stratégiques qui lui sont offertes pour faire face aux défis actuels » de l’industrie du transport aérien, et « maximiser la valeur pour les actionnaires ». Ces options incluent une réduction de la flotte, la vente d’actifs en particulier la vente potentielle de la société britannique ; Evercore a été nommé en tant que conseiller financier pour assister la société dans cet examen. Flybe a déclaré être déjà entré en contact avec « plusieurs opérateurs stratégiques », l’avancement des discussions restant confidentiel. Des annonces concernant la date du processus formel de vente seront faites en tant utile, Flybe précisant comme de coutume : « il ne peut y avoir aucune certitude sur le fait qu’une offre sera présentée, ni sur les termes de cette offre ».

La compagnie aérienne a affiché hier un recul de 54% de son bénéfice avant impôts au premier semestre à 7,4 millions de livres sterling, une baisse des revenus de 2,4% à 409,2 millions de livres, et un bon de près de 40% de sa dette nette à 82,1 millions de livres. Tout en soulignant que la recette unitaire avait été améliorée, la CEO de Flybe Christine Ourmieres-Widener a expliqué qu’il « reste des vents debout difficiles. Nous allons considérer toutes les options. Nous avons un certain nombre d’actifs précieux, allant des infrastructures aux avions en passant par les moteurs ».

La low cost easyJet a déclaré hier dans le Financial Times qu’elle s’intéresse à une reprise de « certaines parties » de Flybe : « nous avons toujours dit que nous jouerions un rôle dans la consolidation (du transport aérien), lorsque cela aurait du sens. Nous évaluons toutes les opportunités lorsqu’elles se présentent », a-t-elle expliqué. Sans préciser si les actifs considérés incluent les créneaux de Flybe dans les aéroports de Londres-Gatwick (une liaison depuis Newquay) et Londres-City (neuf routes).

Le Stobart Group, avec qui Flybe exploite Stobart Air, avait abandonné en mars dernier l’idée de présenter une offre formelle, annoncée un mois plus tôt mais rejetée par la compagnie régionale. Le groupe « n’exclut pas » de présenter une autre offre avec une structure similaire. Mais Stobart Air ne va guère mieux que Flybe ; elle vient d’annoncer la suspension d’ici janvier de six routes au départ de Londres-Southend (dont celles vers Glasgow et Manchester). Elle a perdu 2,7 millions de livres sur les six mois au 31 aout (y compris -18,1 millions lié directement aux opérations de franchise), alors qu’à la même période en 2017 elle affichait un bénéfice de 3,6 millions.

La faiblesse de la demande et la hausse du prix du carburant, ainsi que les taux de change défavorables en raison des craintes autour du Brexit, ont déjà été citées par Flybe comme raison de ses ennuis. Un contexte qui a déjà eu raison de Primera Air, VLM Airlines, Cobalt Air ou Small Planet entre autres.

Ryanair ouvre un Luxembourg – Edimbourg

novembre 15, 2018 - 10:00am

La compagnie aérienne low cost Ryanair lancera au printemps une nouvelle liaison entre Edimbourg et Luxembourg, sa onzième vers le Grand Duché.

Du 1er avril au  25 octobre 2019, la spécialiste irlandaise du vol pas cher proposera trois vols par semaine entre sa base d’Edimbourg et l’aéroport de Luxembourg-Findel, opérés en Boeing 737-800 de 189 sièges. Les départs d’Ecosse sont programmés lundi à 17h10 (arrivée à 20h00), mercredi à 13h50 (arrivée à 16h40) et vendredi à 6h55 (arrivée à 9h45) ; les vols retour décolleront du Findel lundi à 20h35 (arrivée à 21h25), mercredi à 17h15 (arrivée à 18h05) et vendredi à 10h20 (arrivée à 11h10).

Ryanair sera sans concurrence sur cette route, sa onzième vers le Luxembourg après celles au départ de Londres-Stansted, Barcelone, Bergame, Dublin, Lisbonne, Madrid, Porto, Séville et en haute saison Malte (à partir également du 1er avril prochain avec deux rotations hebdomadaires) et Palma de Majorque.

Les clients luxembourgeois et les visiteurs peuvent « profiter de tarifs encore plus bas et des dernières améliorations du programme Always Getting Better, notamment : la réduction sur les frais de bagages enregistrés – un tarif bas de 25€ pour 20 kg ; un tarif bas de 8€ pour 10 kg. ; Ryanair Rooms avec “10% restitué” en Crédit Voyage ; et Ryanair Transfers – un choix toujours plus grand d’options de transferts terrestres avec notre nouveau partenaire Car Trawler ».

Binter va lancer l’Embraer E195-E2 en Europe

novembre 15, 2018 - 9:00am

La compagnie aérienne Binter a commandé trois Embraer E195-E2, devenant compagnie de lancement du type en Europe au deuxième semestre 2019.

L’ex Binter Canarias a annoncé le 13 novembre avoir commandé ferme trois exemplaires de ce qui sera son premier jet brésilien, l’Embraer E195-E2, avec des droits d’achat sur deux autres. La première livraison est prévue au deuxième semestre de l’année prochaine dans la base de la compagnie espagnole à l’aéroport de Gran Canaria, avec une cabine configurée pour accueillir 132 passagers en une classe ; la compagnie espagnole sera alors le premier client européen du plus grand modèle de la famille d’E-Jets E2. Cet achat avait déjà été annoncé en tant que lettre d’intention avec un «client non divulgué» lors du salon aéronautique de Farnborough, en juillet 2018 (elle figurait donc déjà dans les listings d’Embraer). Si toutes les options sont exercées, le contrat a un prix catalogue de 342 millions de dollars.

Embraer « est fier d’accueillir Binter au sein de la base grandissante d’opérateurs d’E-jets en Europe », a déclaré dans un communiqué Martyn Holmes, VP Europe, Russie et Asie centrale, Embraer Commercial Aviation. La famille E2 d’Embraer « est la famille d’avions monocouloirs de nouvelle génération la plus silencieuse, la plus propre et la plus économe en carburant au monde. Comparé aux biréacteurs régionaux actuellement utilisés par Binter, le E195-E2 offrira une plus grande flexibilité opérationnelle avec davantage de sièges, une plus grande distance et un confort inégalé pour les passagers, avec des coûts d’exploitation réduits », a-t-il ajouté. L’E195-E2 sera lancé par la low cost brésilienne Azul l’été prochain ; le premier opérateur de l’E190-E2 était la compagnie aérienne scandinave Wideroe en avril dernier.

Binter opère aujourd’hui trois Bombardier CRJ1000, sept ATR 72-500 et douze 72-600. « Nous avons toujours souhaité offrir à nos clients un service de qualité. Pour nous, la modernisation de la flotte est primordiale », a déclaré le VP Rodolfo Núñez, rappelant que la compagnie aérienne fêtera ses 30 ans en 2019 ; « nous sommes convaincus que le E195-E2 est le modèle d’avion idéal pour nos opérations ».

Binter est une société « 100% canarienne » depuis 16 ans, quand elle a mis en place son réseau inter-îles aux Canaries – elle reste la seule à relier les huit aéroports de l’archipel au quotidien. Elle a lancé son expansion internationale en 2005, vers l’Afrique de l’Ouest et la Macaronésie (Madère et les archipels des Açores, du Cap Vert en plus des Canaries) : elle dessert aujourd’hui 19 aéroports au Maroc, au Portugal, au Sénégal, en Mauritanie, en Gambie et au Cap Vert.

Brussels Airlines : 98 PNC en plus, un A330-300 en moins

novembre 15, 2018 - 8:31am

La compagnie aérienne Brussels Airlines a accueilli 98 nouveaux collègues au sein de son département Personnel de cabine, dont 15 débutent leur formation pour travailler à partir de janvier prochain. Un Airbus A330-300 est sorti de la flotte après 25 ans de bons et loyaux service en Europe.

Après un été 2018 très chargé, la compagnie nationale belge a déjà commencé à anticiper la saison estivale de l’année prochaine en embauchant 98 nouveaux stewards et hôtesses de l’air. Afin de pouvoir commencer leur carrière à bord des avions de la compagnie nationale belge dès le mois de janvier 2019, un premier groupe de 15 nouveaux PNC débutera ce mois-ci sa formation de neuf semaines dans le domaine commercial et de la sécurité. Le deuxième groupe commencera son entraînement en décembre et recevra son insigne « official wing » (aile officielle) en février 2019. Brussels Airlines précise dans un communiqué qu’elle a organisé quatre jours de sélection pour trouver « les bons candidats, avec la bonne mentalité de service » parmi plus de 800 candidats, un nombre qui montre encore plus qu’elle « est un employeur très attractif en Belgique ».

Une étude récente réalisée par Universum a révélé que la compagnie aérienne se classe parmi les employeurs les plus attractifs en Belgique au sein de la communauté estudiantine. Brussels Airlines s’est classée 4ème, après Google, L’Oréal Group et Coca Cola European Partners. L’étude Universum a souligné que les facteurs les plus importants pour les étudiants sont « l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, l’esprit d’entreprise ainsi que la créativité et l’innovation, autant d’éléments que Brussels Airlines encourage fortement dans la compagnie ».

La filiale du groupe Lufthansa poursuit ainsi son développement au sein du groupe Eurowings pour répondre à la demande croissante de transport aérien. « L’aviation est un secteur très attractif, avec des experts passionnés montrant beaucoup d’enthousiasme et ayant de nombreuses idées. Nous savons que l’esprit d’entreprise, l’innovation et la créativité ainsi qu’une agréable atmosphère de travail jouent un rôle décisif, et c’est précisément la raison pour laquelle Brussels Airlines donne à ses collègues la possibilité de développer leurs idées et de vivre pleinement leur passion. Des collègues passionnés rayonnant d’enthousiasme et faisant sourire nos invités, c’est ce qui fait de Brussels Airlines ce qu’elle est aujourd’hui, une compagnie qui prend à cœur le service à sa clientèle », explique Diane Cauwenberghs, Talent Manager chez Brussels Airlines

En 2018, Brussels Airlines a compté pour la première fois plus de 4000 employés ; en ce moment, la compagnie est également à la recherche de nouveaux collègues avec des profils différents, parmi lesquels 50 pilotes. L’ensemble des offres d’emploi se trouve sur le site de Brussels Airlines.

La compagnie a d’autre part annoncé la sortie de flotte de son Airbus A330-300 immatriculé OO-SFN, âgé de 25 ans ; il a quitté l’aéroport de Bruxelles-Zaventem le 13 novembre, en direction du Pinal Airpark en Arizona, où des dizaines d’autres avions sont parqués. Le MSN037 avait initialement été livré à Air Inter en décembre 1993 (F-GMDB) avant de rejoindre la flotte de Sabena en juillet 1997, l’immatriculation OO-SFN étant conservé malgré les changements de nom du propriétaire – SN Brussels Airlines puis Brussels Airlines. Durant sa carrière en Belgique, il a porté les livrées Tomorrowland et « Music our Freedom ».

©Maarten Visser

Trafic des aéroports de Paris: +6,0 en octobre

novembre 15, 2018 - 8:01am

En octobre 2018, le trafic de Paris Aéroport est en hausse de 6,0% par rapport au même mois l’année dernière avec 9,381 millions de passagers accueillis, dont 6,381 millions à Paris-Charles de Gaulle (+5,7%) et 3,0 millions à Paris-Orly (+6,7%).

Dans les deux aéroports de la capitale, le trafic France est en croissance de 1,3%, tandis que le trafic Europe (hors France) est en hausse de 6,1%. Le trafic international (hors Europe) est en progression (+7,9%) du fait d’une croissance sur l’ensemble des faisceaux : Amérique du Nord (+12,3%), DOM-COM (+12,2%), Asie-Pacifique (+10,0%), Amérique Latine (+6,8%), Moyen-Orient (+4,0%) et Afrique (+3,6%).

Le nombre de passagers en correspondance recule de 3,5% le mois dernier par rapport à octobre 2017, le taux de correspondance de Paris Aéroport s’établissant à 20,6%, en retrait de 2,0 point.

Depuis le début de l’année, le trafic de Paris Aéroport est en progression de 3,7% avec un total de 89,354 millions de passagers, dont 61,123 millions à CDG (+3,8%) et 28,230 millions à Orly (+3,5%). Le nombre de passagers en correspondance est en diminution de 3,4% ; le taux de correspondance s’établit à 21,2%, en recul de 1,5 point.

Sur douze mois glissants, les deux aéroports parisiens ont accueilli 104,693 millions de voyageurs (+3,7%), dont 71,699 millions à CDG (+4,0%) et 32,994 millions à Orly (+3,0%).

Le trafic de TAV Airports, dont le Groupe ADP détient 46,1% du capital, est en croissance de 37,8% sur le mois d’octobre 2018 et progresse de 35,9% depuis le début de l’année ; des chiffres comprenant, à compter du mois de mai 2018, le trafic de l’aéroport d’Antalya, dans lequel TAV Airports a pris une participation.
Le trafic de l’aéroport de Santiago du Chili, dont le Groupe ADP détient 45% du capital, progresse de 5,6% sur le mois d’octobre 2018 et de 8,5% depuis le début de l’année. Le trafic d’Amman, dont le Groupe ADP détient 51% du capital, est en hausse de 9,2% sur le mois d’octobre 2018 et de 5,8% depuis le début de l’année.

Répartition géographique  Oct. 18 Part du total Jan/Oct 18 Part du total (CDG et Orly) Var. /17   Var. /17   France 1,30% 15,90% -1,60% 15,30% Europe 6,10% 45,20% 3,70% 44,10% Autre International 7,90% 38,90% 5,90% 40,60% dont        Afrique 3,60% 10,90% 4,10% 11,20%        Amérique du Nord 12,30% 10,40% 8,10% 10,50%        Amérique Latine 6,80% 2,60% 0,20% 2,90%        Moyen-Orient 4,00% 5,00% 6,20% 5,20%        Asie-Pacifique 10,00% 6,40% 5,90% 6,50%        DOM-COM 12,20% 3,60% 9,00% 4,20%  Total CDG/Orly
6,00% 100  % 3,70% 100  %

Versement d’un acompte sur le dividende 2018
Le conseil d’administration d’Aéroports de Paris a décidé en 2015 la mise en œuvre d’une politique d’acompte sur dividende en numéraire jusqu’à l’exercice se terminant le 31 décembre 2020. Pour  l’exercice 2018, cet acompte sur dividende s’élève à environ 69,28 millions d’euros, soit un montant par action de 0,70 euro. Le détachement du coupon de l’acompte sur dividende interviendra le 6 décembre 2018 et la mise en paiement de l’acompte sur dividende au titre de 2018 interviendra le 10 décembre 2018.
Le Groupe ADP aménage et exploite des plates-formes aéroportuaires parmi lesquelles Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly et Paris-Le Bourget. En 2017, le groupe a accueilli via Paris Aéroport plus de 101 millions de passagers sur Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly, 2,3 millions de tonnes de fret et de courrier et plus de 127 millions de passagers au travers d’aéroports gérés à l’étranger par sa filiale ADP International. Bénéficiant d’une situation géographique exceptionnelle et d’une forte zone de chalandise, le groupe poursuit une stratégie de développement de ses capacités d’accueil et d’amélioration de sa qualité de services et entend développer les commerces et l’immobilier. En 2017, le chiffre d’affaires du groupe s’est élevé à 3 617 millions d’euros et le résultat net à 571 millions d’euros.

United Airlines : le 787-10 à Paris au printemps

novembre 15, 2018 - 7:30am

La compagnie aérienne United Airlines déploiera ses Boeing 787-10 Dreamliner à l’international à partir du printemps prochain entre New York et six destinations européennes et du Proche-Orient, dont Paris, Bruxelles et Tel Aviv.

Après avoir reçu au début du mois le premier des quatorze 787-10 commandés, la compagnie américaine a dévoilé le 14 novembre 2018 les premières destinations internationales du nouvel appareil, configuré pour accueillir 44 passagers en classe Affaires, 21 dans la nouvelle Premium et 253 en Economie dont 25 en Economy « extra-legs » (318 sièges, contre 252 dans son 787-9 et 219 dans son 787-8). Au départ du hub de United Airlines à l’aéroport de Newark-Liberty, les 787-10 s’envoleront le 30 mars 2019 vers Francfort (vol UA960) et vers Tel Aviv-Ben Gurion (vol UA84).

Puis le 29 avril prochain, le nouvel avion s’envolera vers Paris-CDG sur le vol UA57 (départ à 18h40, arrivée le lendemain à 7h45) et vers Barcelone-El Prat (vol UA120).

Enfin il faudra attendre le 22 mai pour voir les 787-10 de United Airlines quitter Newark à destination de Bruxelles-Zaventem (vol UA999, départ à 18h30, arrivée le  lendemain à 7h45) et de Dublin (vols UA23).

Toutes ces lignes de la compagnie de Star Alliance sont opérées tous les jours, à l’exception de celle vers Israël qui bénéfice de deux rotations quotidiennes ; elle précise que les changements d’avion ne seront visibles dans les systèmes de réservation que le 3 décembre.

« United est fière d’offrir plus de sièges entre New York et l’Europe que n’importe quel autre transporteur. Notre Boeing 787-10 basé à New York / Newark nous permettra de connecter encore plus de clients de New York à l’Europe et au-delà », a déclaré dans un communiqué Patrick Quayle Vice-président du réseau international de United. « Nous sommes ravis d’annoncer que six villes internationales seront desservies par cet avion, et nous sommes impatients d’offrir à nos clients tout le confort et les services de nos appareils les plus avancés », a-t-il ajouté.

Les premiers vols commerciaux des 787-10 de United Airlines sont programmés le 7 janvier 2019 tous les jours entre Newark et l’aéroport de Los Angeles (2 quotidiens en février), puis à compter du 14 février vers San Francisco (2 puis 3 fois par jour à partir du 8 mars). Rappelons qu’elle opère les douze 787-8 commandés, ainsi que 25 des 29 787-9 attendus, étant la seule compagnie au monde à opérer les trois modèles de Dreamliner ; il faudra attendre 2022 avant de voir arriver 45 Airbus A350-900 dans sa flotte.

Twin Jet reliera Lille à Strasbourg et Clermont-Ferrand

novembre 15, 2018 - 6:59am

La compagnie aérienne Twin Jet va ouvrir sa septième base à Lille, d’où elle relancera une ligne vers Strasbourg et ouvrira une nouvelle liaison vers Clermont-Ferrand, plus deux autres « vers l’ouest et vers le sud ».

La septième base de la compagnie française, à l’aéroport de Lille-Lesquin, sera inaugurée le 1er avril 2019 avec le lancement d’une liaison vers Strasbourg-Entzheim opérée jusqu’à deux fois par jour en semaine en Beechcraft 1900D de 19 places. Les départs sont programmés lundi, mardi, mercredi et jeudi à 7h20 (arrivée à 8h25), et du lundi au vendredi à 17h10 (arrivée à 18h10) ; les vols retour quitteront l’Alsace du lundi au jeudi à 8h55 (arrivée à 10h00) et du lundi au vendredi à 18h45 (arrivée à 19h50).

Twin Jet souligne dans un communiqué que « depuis l’annonce de HOP/ Air France » (d’abandonner ses deux rotations quotidiennes à la fin de la saison hivernale NDLR), elle « travaille sur la reprise de la ligne Lille/Strasbourg avec les acteurs industriels locaux et les agences de voyages. Le résultat de ce travail en collaboration est la création d’une nouvelle grille horaire plus adaptée pour les utilisateurs de la ligne ». Le mois dernier, Chalair annonçait déjà la reprise de cette route au départ de Strasbourg, mais l’ouverture des ventes n’est officiellement prévue que le 1er décembre ; le maintien de cette concurrence reste incertain.

Twin Jet affirme en tout cas que ces vols, sur GDS accessibles à toutes les agences de voyages et sur le site Internet de la compagnie, « ont déjà enregistré plus de 200 réservations en moins d’un mois, et ce grâce à une politique de prix pour tous. Twin Jet propose des tarifs à partir de 109 € TTC aller-simple ». Le président de Twin Jet Olivier Manaut souligne que cette ligne « très concurrencée par le train, a tout de même un avenir évident grâce à un tissu industriel que nous connaissons très bien. Des accords sont déjà négociés avec des grands utilisateurs, ce qui nous permet, après un seul mois de commercialisation, d’atteindre de tels chiffres pour les réservations ». La compagnie est partenaire FlyingBlue, programme de fidélité du groupe Air France-KLM ; les passagers pourront cumuler des miles sur leur carte de fidélité.

Autre nouveauté en vue pour l’aéroport de Lille, une route sans concurrence vers Clermont-Ferrand Auvergne que Twin Jet dit préparer depuis plus de huit mois, « pour offrir une nouvelle desserte aux industriels et aux touristes ». Les horaires « sur mesure » et les jours de fréquentation sont encore en discussion « avec les acteurs principaux de la ligne », mais la décision est prise selon la compagnie aérienne, « la ligne va ouvrir! » et sera opérée à l’année. Encore moins de détails sont connus sur les deux autres liaisons prévues au départ de Lille, « dont une vers l’ouest et une vers le sud », mais à terme elle compte proposer jusqu’à huit vols par jour au départ de Lesquin.

Vincent Courtois, responsable commercial du réseau régulier de Twin Jet, souligne : « Nous avons décidé de créer une nouvelle base sur l’aéroport de Lille car, d’une part, de nombreuses routes ont été identifiées, et d’autre part, nous souhaitions depuis longtemps nous établir sur cette plateforme ou les installations sont parfaites pour nos opérations ». La compagnie aérienne va recruter 10 pilotes sur Lille et sur ses autres bases ; elle recherche des CDB expérimentés et des copilotes.

Créée en mai 2001, Twin Jet opère environ 200 vols régionaux hebdomadaires vers 16 destinations réparties en France, en Allemagne, en Italie et en Suisse : Le Puy-en-Velay, Lille, Limoges, Lyon, Marseille, Mende, Metz-Nancy, Nice, Strasbourg, Toulouse, Pau, Paris-Orly, Zurich, Stuttgart, Friedrichshafen et Milan-Malpensa. Elle dispose d’une flotte de 12 Beechcraft 1900D.

Pages