Actualités de Air-Journal

S'abonner à flux Actualités de Air-Journal
Un média sur le transport aérien
Mis à jour : il y a 2 heures 12 min

Virgin Atlantic remplacera Jet Airways entre Londres et Mumbai

mai 23, 2019 - 1:00pm

Après quatre ans d’absence, la compagnie aérienne Virgin Atlantic relancera cet automne une liaison entre Londres et Mumbai, prenant le relais de sa partenaire Jet Airways désormais clouée au sol.

A partir du 27 octobre 2019, la compagnie privée britannique proposera un vol quotidien entre sa base à Londres-Heathrow et l’aéroport de Mumbai-Chhatrapati Shivaji Maharaj, opéré en Boeing 787-9 Dreamliner pouvant accueillir 31 passagers en classe Affaires, 35 en Premium et 192 en Economie. Les départs sont programmés à 10h15 pour arriver le lendemain à 0h40, les vols retour quittant la métropole indienne à 2h55 pour se poser à 7h35. Virgin Atlantic sera en concurrence avec Air India et British Airways sur cette route s’ajoutant à celle à destination de Delhi ; le ventes seront lancées mardi prochain.

Juha Jarvinen, vice-président exécutif Commercial, Virgin Atlantic, a expliqué dans un communiqué : « 2019 marque une période de croissance importante pour Virgin Atlantic et je suis ravi que nous continuions à étendre notre réseau de routes en retournant à Mumbai. Jusqu’à récemment, notre partenariat avec Jet Airways permettait de desservir cet important marché. Cependant, depuis que Jet Airways a malheureusement suspendu ses activités, nous avons maintenant la possibilité de proposer d’autres options à nos clients et de répondre à cette demande ».

La compagnie britannique avait abandonné Mumbai en 2014, après l’avoir relancée deux ans plus tôt ; son partage de codes avec Jet Airways (lancée en 2009 et portant en particulier sur la route Mumbai – Londres) avait été étendu au printemps 2017 à neuf routes entre Londres et les Etats-Unis. En collaboration avec son actionnaire et partenaire de coentreprise Delta Air Lines, Virgin Atlantic offre à ses clients « un choix inégalé de destinations aux États-Unis et le premier service transatlantique au départ de Londres Heathrow ». Co-localisées au Terminal Trois à Heathrow, les deux compagnies aériennes proposent plus de 28 vols quotidiens entre Londres et les États-Unis.

Les nouveaux vols à destination de Mumbai marquent le 27e vol quotidien de Virgin Atlantic au départ de Londres-Heathrow, et sa troisième annonce de nouvelle route cette année après Tel Aviv en Israël (en septembre prochain) et São Paulo au Brésil (à partir de 2020, sa première destination en Amérique du Sud).

 

Lufthansa : de nouveaux sièges pour la famille A320neo

mai 23, 2019 - 12:00pm

Les quarante Airbus A321neo commandés par la compagnie aérienne Lufthansa sont équipés d’un nouveau siège, qui équipera également les monocouloirs de Swiss International Air Lines et d’Austrian Airlines.

Livré le 4 mai 2019, le premier A321neo de la compagnie nationale allemande (D-AIEA baptisé Aachen, moteurs PW 1133G, 215 sièges) est désormais en place à l’aéroport de Francfort, où son nouveau siège conçu par l’Italien Geven a été présenté. Selon le communiqué de Lufthansa, « le rembourrage confortable de l’assise et du dossier assure une expérience d’assise agréable grâce à la répartition ergonomique de la pression ». Grâce à « l’amincissement innovant du dossier, les clients bénéficient d’encore plus d’espace personnel », grâce à la nouvelle disposition horizontale de la poche à documentation au-dessus de la tablette. De plus, voyager est non seulement « plus confortable pendant le vol, mais également pendant le roulage, le décollage et l’atterrissage »: au lieu des 12 degrés précédents pendant ces trois phases, les clients voyagent « constamment et confortablement » avec une inclinaison du dossier de 20 degrés ; les clients en classe Affaires peuvent même régler le dossier à 26 degrés pendant la croisière. Chaque rangée de sièges dispose de ses propres ports USB « dans la norme actuelle et future », une première sur la flotte moyen-courrier de la compagnie de Star Alliance.

« De nombreux commentaires de clients ont été intégrés dans la conception du siège. Nous avons reçu beaucoup de commentaires positifs sur les nouvelles fonctionnalités. Nous sommes donc convaincus que le nouveau siège et l’ambiance moderne de la cabine amélioreront encore le confort de nos clients », déclare Paul Estoppey, responsable de la gestion des produits pour la cabine du groupe Lufthansa Hub Airlines. Lufthansa prévoit de notamment déployer l’A321neo depuis Francfort vers Barcelone, Londres-Heathrow et Paris-CDG entre le 10 juin et le 30 juin prochain.

Cette cabine se retrouvera dans tous les A320neo et A320neo du groupe restant à livrer, les trois marques Lufthansa, SWISS et Austrian restant clairement reconnaissables grâce à des éléments de design individuels. La normalisation, qui s’est concentrée « sur les composants importants et coûteux, tels que la conception de la cabine et les cuisines », s’applique à tous les monocouloirs remotorisés du groupe : un total de 149 A320neo et A321neo ont été commandés (livraisons jusqu’en 2025), dont 19 A320neo entrés en service chez Lufthansa ; Swiss attend au total dix-sept A320neo et huit A321neo, aucun détail n’étant disponible pour la future flotte d’Austrian Airlines.

L’Airbus A321neo est maintenant « configuré et unifié » de manière à ce que les avions puissent être adaptés rapidement et facilement lorsqu’ils sont transférés entre les compagnies aériennes du groupe Lufthansa. Cela permet au groupe de « réagir plus rapidement et avec plus de flexibilité aux développements en cours », et de transférer plus facilement et plus efficacement les aéronefs et les capacités vers une autre compagnie aérienne ou un autre hub. Les coûts pour les ajustements et les temps de pose peuvent être considérablement réduits, ajoute la compagnie, la normalisation générant en outre « de nouvelles synergies dans l’achat d’avions ». Outre les avantages pour les clients, la réduction du poids et donc des émissions de CO2 ainsi que les coûts de maintenance ont été au centre du développement.

Les compagnies aériennes du groupe Lufthansa s’attendent à plus de 100 nouveaux appareils. Rappelons que les deux types de moteurs disponibles pour la famille A320neo font toujours partie du plan du groupe Lufthansa : une partie sera équipée des Pratt & Whitney PW1100G, les autres disposant des CFM International LEAP-1A.

British Airways : Islamabad oui, Kiev et St Petersburg non

mai 23, 2019 - 11:00am

La compagnie aérienne British Airways relancera la semaine prochaine une liaison entre Londres et Islamabad, onze ans après l’avoir abandonnée. Kiev et St Petersburg disparaissent en revanche de son programme de vol, deux destinations « non viables » commercialement.

A partir du 2 juin 2019, la compagnie nationale britannique propose trois vols par semaine entre sa base à Londres-Heathrow et l’aéroport d’Islamabad, opérés en Boeing 787-8 Dreamliner pouvant accueillir 35 passagers en classe Affaires, 25 en Premium et 154 en Economie. Les départs sont programmés mardi, jeudi et dimanche à 21h15 pour arriver le lendemain à 9h55, les vols retour quittant le Pakistan lundi, mercredi et vendredi à 11h10 pour atterrir à 16h00.

British Airways est en concurrence avec Pakistan International Airlines (PIA) sur cette route opérée pour la dernière fois en octobre 2008 (PIA dessert également Birmingham depuis Islamabad, Manchester depuis Islamabad et Lahore, et Londres depuis Karachi et Lahore). La compagnie de l’alliance Oneworld souligne dans un communiqué que ses clients « peuvent s’attendre à ce que des services sur mesure améliorent l’expérience à bord, notamment une option de repas halal dans chaque cabine, tandis que la compagnie aérienne veillera également à ce que les sauces dans chaque repas n’incluent ni alcool ni porc ». Comme pour tout vol British Airways, les passagers peuvent également commander à l’avance une gamme d’options de repas spéciaux, notamment des options végétariennes et végétaliennes.

La compagnie aérienne explique qu’elle compte dans  ses rangs « un certain nombre de collègues pakistanais et britanniques pakistanais qui parlent l’ourdou, et qui ont déjà manifesté un intérêt considérable pour le travail sur les vols ». Selon le directeur commercial Andrew Brem, « l’enthousiasme grandit au moment où nous mettons la dernière main à ce lancement passionnant. L’attente des clients et des collègues est palpable, et nous espérons que les clients britanniques et pakistanais apprécieront le service classique britannique que nous proposons, avec des touches réfléchies sur mesure ». Les clients atterrissant à Londres peuvent se connecter au réseau de British Airways, qui regroupe plus de 30 destinations en Amérique du Nord, avec plus de 70 vols quotidiens vers les États-Unis via sa coentreprise avec American Airlines ; ils peuvent également se connecter à plus de 30 pays en Europe.

Deux routes européennes vont en revanche disparaitre du programme de vols de British Airways à Heathrow : à partir du 4 octobre prochain, elle ne desservira plus les aéroports de Kiev-Boryspil ni de St  Petersburg-Pulkovo, laissant le champ libre dans le premier cas à Ryanair et Ukraine International Airlines (vers Stansted et Gatwick respectivement) plus Wizz Air entre Zhuliany et Luton, et dans le deuxième à Rossiya (filiale d’Aeroflot, vers Gatwick). Dans les deux cas, la compagnie britannique évoque des routes « pas commercialement viables » ; « nous continuons d’écouter ce que nos clients veulent et évaluons régulièrement les itinéraires. Nous travaillerons avec d’autres opérateurs pour modifier les réservations des clients qui détiennent une réservation confirmée ».

 

KLM ouvre Bangalore, suspend Colombo

mai 23, 2019 - 10:00am

La compagnie aérienne KLM Royal Dutch Airlines lancera fin octobre une nouvelle liaison entre Amsterdam et Bangalore, sa troisième destination en Inde où elle a perdu son partenaire de partage de codes Jet Airways. Elle suspendra en revanche celle vers Colombo au Sri Lanka.

A partir du 28 octobre 2019, la compagnie nationale néerlandaise proposera trois vols par semaine entre sa base à Amsterdam-Schiphol et l’aéroport de Bengaluru-Kempegowda, opérés en Boeing 787-9 Dreamliner pouvant accueillir 30 places en classe Affaires, 45 en Premium et 219 en Economie. Les départs sont programmés lundi, mercredi et vendredi à 11h05 pour arriver le lendemain à 0h50, les vols retour quittant l’Inde mardi, jeudi et samedi à 2h45 pour se poser à 8h25.

KLM sera sans concurrence sur cette route, suite à l’arrêt en avril des opérations « pour une durée indéterminée » de Jet Airways qui l’opérait tous les jours et partageait ses codes avec le groupe Air France-KLM depuis 2017. Les nouveaux vols de la compagnie de l’alliance SkyTeam « étendront le réseau de KLM en Inde, où les villes de Delhi et Mumbai sont déjà desservies. La connexion trois fois par semaine avec Bangalore offrira encore plus d’opportunités de voyager entre Amsterdam et l’Inde. Ce faisant, KLM offrira des liaisons supplémentaires entre les États-Unis et l’Inde via son hub d’Amsterdam ». La compagnie souligne dans son communiqué qu’elle a décidé, sa partenaire restant clouée au sol, « d’augmenter ses capacités en Inde afin d’offrir à ses clients des alternatives, tout en continuant de répondre à la demande du marché ».

Pour ouvrir Bangalore en tant que nouvelle destination, « un certain nombre de modifications doivent être apportées au réseau KLM », et « en partie à cause des restrictions de créneaux horaires à Schiphol » la compagnie annonce qu’elle n’a « d’autre choix que de réviser son portefeuille de destinations plus tôt que d’habitude ». La liaison vers Colombo-Bandaranaike sera donc suspendue « provisoirement » à la fin du mois d’octobre ; « les développements récents et les perspectives économiques sur l’île de Sri Lanka ont exercé une pression commerciale sur les vols à destination de Colombo ». Après 19 ans d’absence au Sri Lanka, KLM effectuait depuis octobre 2016 deux à trois vols par semaine vers Colombo durant la saison hivernale ; les passagers munis de dans les deux sens à compter du 28 octobre « bénéficieront d’une nouvelle réservation sur des vols alternatifs, ou seront compensés financièrement ».

Atlantic Airways ouvre un vol direct Paris – îles Féroé

mai 23, 2019 - 9:00am

La compagnie aérienne Atlantic Airways proposera l’année prochaine une nouvelle liaison entre Vagar dans les îles Féroé et Paris, objet d’un accord interligne avec Air France.

A partir du 1er juillet 2019, la compagnie nationale de l’archipel situé à mi-chemin entre la Norvège et l’Islande proposera trois vols par semaine entre sa base à Vagar et l’aéroport de Paris-CDG, opérés en Airbus A319 de 144 sièges. Les départs sont programmés lundi à 10h55 (arrivée à 14h30) et mercredi et vendredi à 12h35 (arrivée à 16h10) ; les vols retour quitteront Paris lundi 15h30 (arrivée à 17h20) et mercredi et vendredi à 17h10 (arrivée à 19h00). Seules les rotations du lundi et vendredi seront proposées à partir de fin septembre.

Atlantic Airways sera sans concurrence sur cette route, sa dixième au départ des îles Féroé. L’aéroport de Vagar accueille aussi les avions de SAS Scandinavian Airlines en provenance de Copenhague.

Situées entre l’Ecosse et l’Islande, les îles Féroé « sont un véritable paradis naturel à moins de 3 heures de Paris. Situé dans l’Océan Atlantique Nord, l’archipel, encore préservé du tourisme de masse, compte 18 îles aux paysages à couper le souffle. Ce territoire autonome du Royaume du Danemark propose un nombre incalculable d’excursions et d’escapade au cœur d’une nature préservée et de villages pittoresque au charme inimitable ». Laure Marsac, en charge du pôle « aérien » chez GroupExpression, coordonnera le développement de la stratégie RP d’Atlantic Airways en France Métropolitaine avec Flavie Cottin.

Née le 28 mars 1988 à l’aéroport de Vagar, Atlantic Airways est depuis 30 ans la compagnie aérienne nationale des îles Féroé, archipel autonome appartenant au Royaume du Danemark  et situé dans l’océan Atlantique Nord entre l’Islande et la Norvège. Elle exploite deux A319 et un A320 de 168 sièges (et attend à partir de mois prochain deux A320neo pris en leasing chez ALC), ainsi que deux hélicoptères Leonardo AW139. Elle assure un service régulier entre les îles Féroé et Bergen, Billund et Copenhague, et dessert Edimbourg, Reykjavik, Barcelone, Palma de Majorque et Gan Canaria.

Avion hybride : Airbus signe avec SAS Scandinavian

mai 23, 2019 - 8:00am

Airbus a signé un protocole d’accord avec la compagnie aérienne SAS Scandinavian Airlines concernant la recherche sur les écosystèmes et les infrastructures des avions hybrides et électriques.

Dans le cadre de ce protocole, Airbus et la compagnie scandinave collaboreront dans le cadre d’un projet de recherche commun visant à « améliorer la compréhension des opportunités et des défis opérationnels et infrastructurels liés à l’introduction à grande échelle d’avions hybrides et entièrement électriques dans les modus operandi des compagnies aériennes ». La portée du projet comprend cinq axes de travaux, qui se concentrent sur l’analyse de l’impact des infrastructures au sol et la tarification sur le rayon d’action, les ressources, le temps et la disponibilité dans les aéroports. La collaboration comprend également un plan visant à impliquer « un fournisseur d’énergie renouvelable » afin de garantir l’évaluation des opérations à zéro émission de CO2. Cette approche multidisciplinaire – de l’énergie à l’infrastructure – vise à traiter l’ensemble de l’écosystème des opérations aériennes « afin de mieux soutenir la transition du secteur de l’aviation vers une énergie durable », explique Airbus dans un communiqué.

L’avionneur rappelle que les avions actuels ont une consommation de carburant par kilomètre « environ 80% inférieure » à celle des aéronefs d’il ya 50 ans, mais que la croissance du trafic aérien devant plus que doubler au cours des 20 prochaines années, la réduction de l’impact de l’aviation sur l’environnement « demeure l’objectif de ce secteur ». Pour relever ce défi, l’industrie aéronautique mondiale (ATAG), y compris Airbus et SAS Scandinavian Airlines, s’est engagée à réaliser une croissance neutre en carbone pour l’industrie aéronautique dans son ensemble à partir de 2020, réduisant les émissions nettes de l’aviation de 50% d’ici 2050 par rapport à 2005.

Le protocole d’accord a été signé le 22 mai 2019 par Grazia Vittadini, directrice de la technologie d’Airbus, et Göran Jansson, vice-président directeur, Stratégie et entreprises de la compagnie scandinave ; la collaboration débutera en juin 2019 et se poursuivra jusqu’à la fin de 2020. Cet accord « renforce encore la position d’Airbus » dans un domaine dans lequel il investit déjà et concentre ses efforts de recherche sur le développement de technologies de propulsion hybride-électrique et électrique « promettant d’importants avantages pour l’environnement ». Airbus a déjà commencé à construire un portefeuille de démonstrateurs technologiques (CityAirbus et E-Fan X) et teste actuellement « des systèmes, des sous-systèmes et des composants de propulsion hybrides innovants » afin de répondre aux objectifs d’efficacité à long terme pour la construction et l’exploitation d’avions électriques.

Le communiqué de mercredi survient deux semaines après un autre qui portait sur la collaboration entre Airbus et Siemens dans le même domaine, en particulier sur le E-Fan X, et qui sonnait aux oreilles de certains comme un clap de fin pour le projet. « Ce fut une expérience formidable de travailler ensemble au sein d’équipes très unies avec des collègues d’Airbus », avait alors déclaré Frank Anton, responsable de Siemens eAircraft, « leur compétence en architecture et en conception d’avions nous a offert la possibilité, en tant que fournisseur de systèmes de propulsion, de développer nos solutions pour les plates-formes en béton. Nous sommes très impatients de pouvoir transmettre ces compétences de manière industrialisée à nos partenaires ». De son côté, Martin Nuesseler, responsable du programme Systèmes E-Aircraft chez Airbus, avait tenu à souligner : « Siemens a apporté son savoir-faire approfondi dans les entraînements électriques et l’électronique de puissance, ainsi que sa forte capacité à fournir des solutions innovantes à nos projets ambitieux. Les résultats obtenus jusqu’à présent ouvrent la voie à l’avenir du vol électrique hybride. Nous sommes certains que Siemens eAircraft restera un partenaire proche d’Airbus à l’avenir »…

Qatar Airways : concours Fête des Mères et pub Coupe du Monde féminine (vidéo)

mai 23, 2019 - 7:30am

A l’occasion de la Fête des Mères, la compagnie aérienne Qatar Airways lance un jeu-concours sur les réseaux sociaux pour tenter de gagner un voyage aller-retour pour deux. Neymar figure dans son nouveau film promotionnel célébrant le sponsoring de la prochaine Coupe du Monde Féminine de la FIFA, qui se déroulera du 7 juin au 7 juillet 2019 en France.

C’est autour du hashtag #flywithmum que la compagnie nationale qatarie a décidé de « rendre hommage à toutes les mamans » et de lancer un jeu concours sur sa page Facebook jusqu’à dimanche 26 mai 2019. Qatar Airways s’adresse directement à tous les voyageurs et leur propose de répondre à la question « Pourquoi votre maman est-elle votre meilleure compagne de voyage ? » pour tenter de gagner 2 billets aller-retour à destination de Doha. Pour participer, il suffit de répondre en commentaire sur le post de la compagnie ; un tirage au sort désignera l’heureux gagnant. Ce dernier aura alors la chance de voyager accompagné de sa mère vers le hub de la compagnie à Doha, « devenu au-delà d’une plateforme de correspondances, une destination incontournable alliant modernité et tradition. Que ce soit pour ses plages uniques, son offre culturelle riche ou son art de vivre, la capitale qatarie ravira tous les voyageurs grâce à son identité unique et son hospitalité renommée », explique Qatar Airways dans son communiqué.

Un premier pas vers le réseau de la compagnie en constante expansion et qui compte aujourd’hui plus de 160 destinations. À travers cette opération, Qatar Airways propose également de découvrir ses services haut-de-gamme et largement plébiscités par les usagers. Pour rappel, la compagnie a notamment été nommée « 2ème compagnie aérienne du monde », « Meilleure Classe Affaires au monde », « Meilleure compagnie aérienne du Moyen-Orient » lors des Travellers’ Choice de TripAdvisor 2019 en avril dernier. Toutes les informations sur la campagne à découvrir sur le site internet de la compagnie.

Qatar Airways, partenaire et compagnie aérienne officiels de la FIFA, est d’autre part ravie d’annoncer le lancement de sa nouvelle campagne TV, célébrant l’un des moments les plus excitants du sport d‘équipe féminin : la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019 ™, qui se tiendra du 7 Juin au 7 juillet dans neuf villes hôtes de France. Ce film « novateur met en scène une mère racontant une jolie histoire à sa fille à l’heure du coucher. A travers cette échappée imaginaire, elle décrit un pays étonnant régi par le football féminin, dans lequel les joueuses règnent et où les supporters du monde se rassemblent pour les encourager ». Le film fait également apparaître l’un des visages les plus connus du monde du football, le célèbre joueur brésilien Neymar, comme un supporter célébrant la compétition parmi d’autres fans. À la fin du film, « nous retrouvons le duo mère-fille à bord d’un appareil Qatar Airways, allongé dans la Qsuite brevetée de la compagnie, à destination de ce pays magique où l’histoire du football féminin prend vie. Leur relation est le reflet de l’émotion et de l’enthousiasme qui entourent cet événement phare du sport féminin en équipe. Ce spot promotionnel retranscrit une atmosphère onirique et illustre une histoire forte et symbolique à l’image des rêves des joueurs et des fans ».

A partir du 7 juin 2019, les 24 équipes qualifiées s’affronteront dans neuf villes de France, dont Paris qui accueillera le match d’ouverture, ainsi que Reims, Valenciennes, Le Havre, Rennes, Grenoble, Montpellier, Nice et Lyon, où se dérouleront les demi-finales et la finale. Selon Akbar Al Baker, Président Directeur Général du Groupe Qatar Airways, le football féminin « est plus important que jamais et la Coupe du Monde Féminine de la FIFA est le moment où les espoirs et les rêves de nombreux supporters se réalisent. C’est vraiment une merveilleuse célébration du sport féminin. Notre nouvelle campagne exprime l’enthousiasme des fans qui suivront le tournoi dans le monde ainsi que des dizaines de milliers de personnes qui se rendront en France pour encourager leur équipe nationale. En tant que compagnie aérienne, nous croyons au pouvoir unificateur du sport et sommes impatients de réunir les fans en France cet été pour prendre part à l’événement le plus excitant du football féminin à ce jour ».

Qatar Airways avait annoncé en 2017 son accord de partenariat novateur avec la FIFA, devenant à la fois partenaire et transporteur officiel d’une des plus importantes fédérations sportives et ce jusqu’en 2022. L’accord prévoit également que la compagnie de l’alliance Oneworld devienne partenaire aérien officiel des éditions 2019, 2020, 2021 et 2022 de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, de la Coupe du Monde FIFA des moins de 20 ans et des moins de 17 ans, de la Coupe du Monde Féminine FIFA des moins de 20 ans et des moins de 17 ans, de la Coupe du Monde FIFA de football de plage, de la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA et de la Coupe du Monde Interactive de la FIFA.

Ce partenariat de la compagnie aérienne avec la FIFA lui permet de renforcer sa stratégie de collaboration déjà existante avec les meilleurs clubs sportifs du monde entier. En 2018, Qatar Airways est devenue « Partenaire Platinum » du FC Bayern München AG, l’une des principales équipes de football allemandes, jusqu’en juin 2023. La compagnie a également révélé des accords de parrainage pluriannuels avec le club de football italien de l’AS Roma, dont elle sera le sponsor maillot officiel pour la saison 2020-2021 ainsi qu’avec le club de football argentin Boca Juniors, dont elle sera également sponsor maillot officiel tout au long de la saison 2021-22.

La compagnie aérienne nationale du Qatar, relie les hommes et les continents depuis plus de 20 ans à travers un réseau de plus de 160 destinations affaires et loisirs, avec une flotte moderne de plus de 250 appareils. La compagnie à la croissance la plus rapide du monde ajoutera cette année plusieurs destinations à son réseau en pleine expansion, dont Lisbonne au Portugal, Malte, Rabat au Maroc, Langkawi en Malaisie, Davao aux Philippines, Izmir en Turquie et Mogadiscio en Somalie. Au départ de France, Qatar Airways opère trois vols quotidiens depuis Paris et cinq vols hebdomadaires depuis Nice vers Doha, permettant des connexions vers les autres destinations de son réseau au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie, en Océanie mais aussi vers le continent américain.

Aigle Azur relie Lille à Alger et Oran cet été

mai 23, 2019 - 7:00am

La compagnie aérienne Aigle Azur a programmé pour l’été à Lille la vente de deux vols par semaine vers Alger et un vers Oran, pour répondre à la demande en période de pointe au départ de Lille à destination de l’Algérie.

La compagnie française a détaillé hier sa programmation de vols à l’aéroport de Lille-Lesquin, avec 3 fréquences hebdomadaires vers l’Algérie du 3 juillet au 18 septembre 2019 opérées par ASL Airlines en Boeing 737-700 de 148 sièges, « afin de répondre à la forte demande de déplacements des familles pendant cette période ». Avec plus d’une soixantaine de vols, Aigle Azur offrira ainsi plus de 9000 sièges à la vente. À bord, les passagers profiteront selon son communiqué de la même prestation proposée par Aigle Azur sur l’ensemble de ses vols vers l’Algérie, à savoir une offre de snacks et de boissons, une franchise bagage de 30 kilos en soute et toujours un service convivial et proche de ses clients.

Un vol direct tous les mercredis vers Alger (ALG)
Départ de LIL à 10h00 – Arrivée à ALG à 11h30 (vol n°ZI783)
Départ de ALG à 12h30 – arrivée à LIL à 16h00 (vol n°ZI784)
Un vol direct tous les mercredis vers Oran (ORN)
Départ de LIL à 17h00 – Arrivée à ORN à 18h45 (vol n°ZI811)
Départ de ORN à 19h45 – arrivée à LIL à 23h30 (vol n°ZI812)

En plus, entre le 11 juillet et le 29 août 2019, Aigle Azur complétera son offre avec un vol direct supplémentaire les jeudis entre Lille et Alger (ZI783/ZI784). Ces vols sont d’ores et déjà ouverts à la vente.

La Direction de la compagnie « tient à souligner son souhait de répondre le mieux possible aux besoins de ses clients fidèles entre la France et l’Algérie, en fonction de possibilités opérationnelles, cette annonce s’inscrit pleinement dans cette stratégie ». Au départ de cinq villes françaises (Paris, Lyon, Marseille, Mulhouse et Toulouse), la compagnie dessert l’Algérie (Alger, Bejaïa, Constantine, Oran, Sétif et Tlemcen), l’Allemagne (Berlin), le Brésil (São Paulo), l’Italie (Milan), le Liban (Beyrouth), le Mali (Bamako), le Portugal (Lisbonne, Faro, Funchal et Porto), la Russie (Moscou), le Sénégal (Dakar) et l’Ukraine (Kiev).

Air France satisfaite à Lorient

mai 23, 2019 - 6:30am

La compagnie aérienne Air France affiche de bons résultats sur les nouvelles lignes au départ de Lorient, Paris-CDG et Lyon étant qualifiés « d’offres prometteuses ».

À l’occasion d’un point presse organisé en présence de Pierre Montel, Président de la CCI du Morbihan, la compagnie nationale française a présenté les résultats et nouveautés lancées par HOP l’automne dernier au départ de l’aéroport de Lorient-Bretagne Sud. Les deux vols quotidiens vers Paris-Charles de Gaulle et Lyon-Saint Exupéry, opérés en Embraer 145 de 50 sièges. Les premiers résultats sont « prometteurs », déclare Air France dans un communiqué : de novembre 2018 à avril 2019, elle a transporté au total près de 47.000 clients, soit une augmentation de trafic de +19% pour une offre en sièges de +9%. Le coefficient d’occupation moyen s’établit à « plus de 75% », en amélioration de plus de 6 points de purcentage par rapport à la même période l’année précédente.

« Nous nous réjouissons de l’excellent démarrage de la ligne Lorient/Paris-Charles de Gaulle, avec près de 19.000.clients transportés depuis l’ouverture en novembre 2018. Le taux de remplissage est en continuelle augmentation et le trafic de correspondance via le hub du groupe Air France représente déjà près des deux tiers du trafic de la ligne. Nous sommes confiants sur les belles perspectives qu’offre cette nouvelle liaison », a commenté Antoine Biton, Directeur Régional Grand Ouest Air France-KLM. HOP est sans concurrence sur ces deux axes, qui viennent s’ajouter à Lorient aux routes vers Toulouse et Porto proposées respectivement par APG Airlines et Ryanair.

L’aéroport Bretagne Sud est désormais relié à deux hubs majeurs du groupe de l’alliance SkyTeam, permettant de multiples correspondances partout en France, en Europe et vers le monde en entier. Ainsi, « un quart des clients au départ de Lorient est en correspondance au-delà de Lyon, principalement vers Biarritz, Nice et Pau. Pour le hub de Paris-Charles de Gaulle, 65% des passagers sont en correspondance ». Les principales destinations de correspondance au-delà de Roissy sont :

  • Court-courrier : Marseille, Toulon, Nice, Lyon, Montpellier, Toulouse
  • Moyen-courrier : Berlin, Londres, Genève, Amsterdam, Barcelone, Rome
  • Long-courrier : Seychelles, New York, Maurice, Abidjan, Montréal, La Réunion, Pointe-à-Pitre

Air France souligne que 25% de la clientèle de la ligne Lorient/Paris-CDG se compose de voyageurs d’affaires. Et rappelle qu’elle propose désormais au départ de l’aéroport de Lyon une offre de transport multimodale : six villes sont ainsi reliées par Ouibus au réseau aérien court-courrier d’Air France via l’aéroport lyonnais (Chambéry, Grenoble, Saint-Etienne, Saint-Chamond, Aix-les-Bains et Vienne). Avec une offre simplifiée, les clients Air France ont la possibilité́ de réserver leur voyage de bout en bout, en intégrant à leurs vols un tronçon routier ville/aéroport/ville jusqu’à 72h avant leur départ, tout en cumulant des Miles avec le programme de fidélité Air France. Après Paris-Orly et Bordeaux, le salon de Lyon-Saint Exupéry a fait peau neuve et accueille les clients du groupe Air France-KLM. Ce nouveau salon de 250 m2 offre une capacité de 85 places assises et « propose une montée en gamme de ses prestations : espaces dédiés (VIP, détente, working), un confort climatique et acoustique avec vue sur les pistes, une offre de restauration complète, une borne d’accueil avec des lecteurs de cartes d’embarquement intégrés ».

Pierre Montel, Président de la CCI du Morbihan, a déclaré : « l’Aéroport de Lorient Bretagne Sud est un outil essentiel pour le développement économique et touristique de notre territoire, et je remercie Air France et HOP! d’avoir su entendre notre appel et en proposant une connexion aux deux principaux hubs de son réseau. La clientèle a répondu présente dès le départ et les taux de fréquentation continuent de grimper. Ce message pour vous dire aussi que la Bretagne Sud représente un fort potentiel et que nous restons enthousiastes pour toute nouvelle offre ».

Boeing 737 MAX : régulateurs et compensations au programme

mai 23, 2019 - 6:00am

La FAA n’a établi aucun calendrier pour le retour en service des Boeing 737 MAX, tandis que l’EASA aurait posé trois pré-conditions à son propre feu vert. Les trois principales compagnies aériennes chinoises et Turkish Airlines demandent une compensation pour l’immobilisation de leurs appareils.

Alors qu’elle reçoit ce 23 mai 2019 à Dallas les représentants de 33 homologues du monde entier, y compris les régulateurs européen, britannique, chinois et canadien, dans le cadre du nouvellement créé JATR (Joint Authorities Technical Review), l’Administration fédérale de l’aviation (FAA) américaine a souligné hier qu’aucun calendrier n’a été établi quant à un retour dans le ciel du monocouloir remotorisé, impliqué dans deux accidents qui ont fait 346 victimes en Indonésie et en Ethiopie. La mise à jour dévoilée fin mars par Boeing du système MCAS anti-décrochage des 737 MAX ne lui a toujours pas été soumise, précisait hier le directeur par intérim de la FAA Dan Elwell, ajoutant que l’administration n’a « pas encore fini de déterminer précisément quelles formations seront nécessaires ». Interrogé sur les espoirs des compagnies aériennes d’un retour vers le mois d’août des 737 MAX dans le ciel, il a répondu : « nous suivrons un processus robuste, rigoureux et nous ne négligerons rien, (…). Si cela prend un an pour trouver tout ce qui est nécessaire pour nous redonner confiance, qu’il en soit ainsi ». Un communiqué de Boeing rappelle que « la mise à jour du logiciel est terminée, et Boeing fournit maintenant des informations supplémentaires pour répondre aux demandes de la FAA. Une fois les demandes traitées, Boeing collaborera avec la FAA pour programmer son vol d’essai de certification et soumettre la documentation de certification finale ».

La réunion de ce jeudi à Dallas permettra à la FAA de présenter sa propre analyse de sécurité à ses homologues étrangers, avant qu’elle ne conduise son vol de certification. L’Agence européenne pour la sécurité aérienne (EASA) a déjà détaillé ses exigences pour le redécollage des 737 MAX sur le vieux continent : que les modifications présentées par Boeing soient « approuvées et mandatées » par elle même, qu’une « étude indépendante du design » soit menée par ses soins, et que les pilotes des MAX soient « correctement formés ». « Nous travaillons pour que le 737 MAX soit remis en service dès que possible, mais seulement une fois que sa sécurité sera pleinement assurée », a déclaré un porte-parole au Financial Times, ajoutant que ces pré-conditions avaient été transmises à Boeing et à la FAA. Cette dernière reste cependant « optimiste » sur le fait qu’elle peut amener les autres régulateurs à se mettre d’accord sur le processus permettant de remettre les avions en service : « l’idée est que nous travaillons globalement à partir de la même partition, et que la musique est la base de données utilisée pour déterminer quand l’avion peut voler en toute sécurité », a déclaré Dan Elwell.

L’IATA va de son côté rencontrer ce jeudi à Montréal les compagnies aériennes affectées depuis la mi-mars par l’immobilisation des 371 737 MAX 8 et MAX 9 mis en service, dans le but selon son PDG Alexandre de Juniac d’évaluer « ce qu’elles attendent du fabricant et des autorités de réglementation ». Pour certains clients, une partie des réponses est déjà connue : Air China, China Eastern Airlines et China Southern Airlines ont envoyé des demandes formelles de compensation pour l’immobilisation de leurs 737 MAX (respectivement 16, 15 dans des filiales et 24 livrés) et le report des livraisons. Le président de Turkish Airlines (12 MAX livrés) Ilker Ayci a confirmé de son côté que les demandes de compensation « sont sur la table » dans les négociations avec Boeing, suivant l’exemple des low cost Norwegian Air Shuttle et Flydubai qui avaient déjà évoqué le sujet. Aucun montant n’est bien sûr cité ; les MAX ont été remis à 47 compagnies aériennes, sociétés de leasing et clients VIP. Le président d’American Airlines (24 MAX) Robert Isom a de son côté déclaré à ATW : « Je pense que ces deux réunions sont vraiment importantes. Je m’attends à, et j’espère que nous aurons plus de clarté sur la trajectoire permettant de faire redémarrer l’avion » ; elle a calculé que l’immobilisation de ses MAX lui coûtera 350 millions de dollars sur l’année.

La complexité de la remise en service des 737 MAX a été très bien décrite par le CEO de Singapore Airlines Go Choon Phong : il a expliqué dans Australian Aviation que le feu vert de la CAAS singapourienne permettrait à SilkAir de remettre en service les 5 MAX 8 déjà livrés, mais que les appareils ne pourraient pas voler vers l’Indonésie ou la Chine si les régulateurs de ces pays n’étaient pas sur la même longueur d’onde, limitant de fait leur utilité. « Dans de tels cas, il y a un gros point d’interrogation, si nous devrions ou non opérer (les MAX) à ce moment-là, quand l’interdiction sera levé à Singapour », a déclaré M. Goh.

Finnair renforce encore la Chine, avec China Southern

mai 22, 2019 - 1:00pm

Les compagnies aériennes Finnair et China Southern Airlines s’associent à travers un accord de partage de codes permettant aux passagers de la première de rejoindre cinq nouvelles destinations en Chine à compter du 1er juin 2019.

Après avoir signé avec Juneyao Air la semaine dernière, la compagnie nationale finlandaise a annoncé le 21 mai 2019 un accord de partage de codes avec China Southern qui portera sur la liaison entre leurs bases respectives à Helsinki-Vantaa et à l’aéroport de Guangzhou-Baiyun. CSA pourra vendre cet axe sous code CZ, ainsi que sur les vols de Finnair vers Paris-CDG « et plusieurs autres destinations populaires d’Europe » : Amsterdam, Billund, Copenhague, Göteborg, Londres-Heathrow, Riga et Stockholm.

Finnair y gagnera à Guangzhou des correspondances sous code AY vers huit destinations en Chine, dont cinq nouvelles dans son réseau. Ses passagers pourront ainsi embarquer à bord de China Southern depuis Guangzhou vers Changsha (CSX), Chongqing (CKG), Hangzhou (HGH), Nanjing (NKG), Sanya (SYX), Wenzhou (WNZ), Xiamen (XMN) et Xi´an (XIY). La compagnie de l’alliance Oneworld dessert déjà au départ d’Helsinki Chongqing, Nanjing et Xi’an, en plus de Pékin, Guangzhou donc et Shanghai avec un total de 42 rotations hebdomadaires cet été.

Ces vols en partage de code sont ouverts à la vente pour des voyages à partir du 1er juin. Finnair rappelle qu’elle a récemment déménagé au Terminal 2 de l’aéroport de Guangzhou, « pensé pour optimiser le trafic de correspondance. Ce changement a aussi été encouragé par la collaboration entre Finnair et China Southern, qui offre de nombreuses connexions depuis Guangzhou ».

« Nous sommes très heureux de cette première étape de notre partenariat avec China Southern. Ce partage de codes ouvre de nouvelles destinations pour nos passagers via Guangzhou, que nous venons de renforcer en annualisant la desserte depuis Helsinki. La Chine fait partie de nos marchés phares, et nous sommes ravis de pouvoir offrir davantage de destinations à nos passagers via Guangzhou », déclare dans un communiqué Christian Lesiak, Senior Vice President, Network and resource management de Finnair. Wu Guoxiang, Senior Vice President of International and Corporate Relations de China Southern, ex-membre de l’alliance SkyTeam, se dit « très honoré d’établir ce partenariat avec Finnair, l’une des compagnies aériennes majeures dans le monde grâce à son réseau étendu et sa qualité de service reconnue. À travers notre coopération, nous pourrons étendre davantage notre réseau vers le nord. La Finlande est une destination prisée des touristes et des voyageurs d’affaires et nous sommes ravis de donner l’opportunité aux passagers du monde entier de visiter Helsinki plus facilement ».

Finnair est la compagnie aérienne nationale de la Finlande, elle a célébré ses 95 années d’opération le 1er novembre 2018. Depuis son hub basé à Helsinki, elle dessert l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord offrant des correspondances rapides. La compagnie transporte actuellement plus de dix millions de passagers par an et relie plus de 100 destinations en Europe, 19 destinations vers l’Asie et 7 villes d’Amérique du Nord. Pionnière en matière de développement durable, Finnair est la compagnie européenne de lancement de l’appareil de nouvelle génération éco-efficient A350 XWB.

China Southern Airlines est la plus grande compagnie aérienne de Chine avec plus de 800 appareils et plus de 100 000 employés dans le monde. Elle est première en Asie et troisième dans le monde en termes de taille de flotte, et conserve le meilleur bilan en termes de sécurité en Chine. China Southern Airlines a établi un réseau étendu autour de ses hubs de Guangzhou et Beijing, couvrant l’ensemble de la Chine, rayonnant également sur l’Asie et reliant l’Europe, l’Amérique, l’Océanie et l’Afrique, certifiant son statut de compagnie internationale. China Southern opère plus de 3000 vols quotidiens vers 224 destinations dans 40 pays et régions.

Les deux partenaires sont classés « quatre étoiles » par Skytrax.

Air Ayiti va relier Haitï à Miami

mai 22, 2019 - 12:00pm

La nouvelle compagnie aérienne Air Ayiti inaugurera le mois prochain une nouvelle liaison entre Port-au-Prince et Miami, la première d’un réseau qui devrait à terme s’étendre du Canada au Chili.

A partir du 7 juin 2019, la nouvelle compagnie haïtienne proposera trois vols par semaine entre Port au Prince-Toussaint Louverture et sa base à l’aéroport de Miami, opérés en Airbus A320 de 150 places (apparemment par Eastern Airlines, ex Dynamic International Airways). Les départs sont programmés lundi, mercredi, vendredi à 12h05 pour arriver à 14h05, les vols « retour » quittant la Floride à 9h05 pour se poser à 11h05). Air Ayiti sera en concurrence avec Air France et American Airlines sur cette route qui deviendra quotidienne le 27 juin, avec des allers simples affichés à partir de 79 dollars.

Début mai, le président d’Air Ayiti Charles Voigt expliquait dans Vant bèf info (VBI) que la compagnie « détient une licence d’exploitation de l’Office nationale de l’aviation civile (OFNAC) en Haïti, du Department of Transport (DOT) et de l’Administration Fédérale de l’Aviation Civile américaine (FAA) », et affirmait que la compagnie aérienne locale « encouragera les investisseurs et les touristes à venir dans le pays » – alors que les autres transporteurs « mettent des restrictions sur Haïti juste parce qu’elles ne font que gagner de l’argent ». Le tourisme a été ravagé ces derniers mois par des manifestations violentes, Haïti étant retiré du réseau par plusieurs tour-opérateurs et par Air Canada (tandis que Delta, Air Transat ou JetBlue réduisaient leur présence).

Outre l’A320 qui serait aussi utilisé entre la capitale et Cap Haïtien, une ligne pas encore ouverte, Air Ayiti devrait disposer d’un Boeing 767 de 218 sièges ; son site de réservation indique déjà comme futures destinations Montréal, l’Argentine, la Barbade et le Chili, sans plus de précisions (New York-JFK a également été cité par le dirigeant). D’après ses réseaux sociaux, elle avait déjà prévu de lancer des vols Miami – Port au Prince en février dernier, après avoir effectué des vols charter l’année dernière.

Turkish Airlines reliera Antalya à Casablanca

mai 22, 2019 - 11:00am

La compagnie aérienne Turkish Airlines lancera dès le mois prochain une nouvelle liaison entre Antalya et Casablanca, sa deuxième vers le ville marocaine.

A partir du 10 juin 2019, la compagnie nationale turque propose deux vols par semaine entre Antalya et l’aéroport de Casablanca-Mohammed V, opérés en Boeing 737-800 bi-classe. Les départs sont programmés lundi et vendredi à 19h30 pour arriver à 22h50, les vols retour quittant le Maroc à 23h45 pour se poser le lendemain à 6h25.

Turkish Airlines sera sans concurrence sur cette route, sa deuxième vers Casablanca après celle au départ d’Istanbul, proposée tous les jours en 777-300ER en partage de codes avec Royal Air Maroc (en 787-9) ; elle dessert également Marrakech au départ de sa base.

Rappelons que l’aéroport Mohammed V accueillera en juillet une autre nouveauté en provenance de Turquie, avec les vols de la low cost Pegasus Airlines en provenance d’Istanbul-Sabiha Gokcen (les deux villes sont également reliées par Air Arabia Maroc et Corendon Airlines).

Turkish Airlines dessert également au Maghreb les aéroports d’Alger, Oran, Constantine et Tunis.

Aéroport de Marseille : +12,2% en avril

mai 22, 2019 - 10:00am

L’aéroport de Marseille-Provence a enregistré le mois dernier 913.756 passagers, un trafic en hausse de 12,2% par rapport à avril 2018 – un mois marqué par les grèves d’Air France.

En avril 2019, l’aéroport marseillais a accueilli 338.330 clients sur les vols nationaux, une augmentation de 12,0% par rapport au même mois l’année dernière, et 573.914 sur les routes internationales (+13,1%). Le trafic en transit a reculé de 67,2% à 1512 passagers.

Les mouvements d’avions à Marseille étaient en augmentation de 5,6% le mois dernier avec un total de 9534, tandis que le trafic de fret a progressé de 5,4% à 5017 tonnes, et celui postal de 15,7% à 236 tonnes.

Rappelons que la compagnie aérienne low cost Ryanair a inauguré le mois dernier sa base de Marseille, tandis que Vueling y passait le cap du million de passagers.

Sur les quatre premiers mois de l’année, le trafic de Marseille-Provence a progressé de 8,0% avec un total de 2,907 millions de passagers. Il affiche +8,9% sur les vols nationaux et +7,9% sur les vols internationaux.

Depuis le début de l’année 2019, les mouvements d’avions ont progressé de 2,8% (34.128 au total) ; le fret affiche +5,4% et la poste -22,9%.

Aéroport Marseille-Provence ©AMP Camille Moirenc

Alerte à la bombe : l’étudiant qui ne voulait pas voir ses parents écope de 9 mois avec sursis

mai 22, 2019 - 9:00am

L’auteur d’une fausse alerte à la bombe sur un vol de la low cost easyJet entre Lyon et Rennes en janvier, qui avait expliqué son geste par le fait qu’il ne voulait pas que ses parents viennent le voir, a été condamné à neuf mois de prison avec sursis et deux ans de mise à l’épreuve.

Le vol EZY4319 de la compagnie aérienne britannique le 18 janvier 2019 entre Lyon-Saint  Exupéry et l’aéroport de Rennes-Bretagne avait fait demi-tour au-dessus de Clermont Ferrand, après un appel anonyme faisant état de la présence d’une bombe à bord. L’auteur de l’appel, un étudiant rennais de 23 ans, a été condamné le 21 mai par le tribunal correctionnel de Rennes pour « divulgation de fausses informations », à 9 mois de prison avec sursis et deux ans de mise à l’épreuve. L’homme, qui a présenté ses excuses, a expliqué que le weekend était réservé aux joints (une dizaine par jour) et « pas aux obligations », ses parents ayant décidé de lui rendre visite à l’occasion d’une journée portes ouvertes de son école de commerce.

Si easyJet a été déboutée de sa demande de dommages et intérêts faute de justificatifs, l’étudiant devra verser des indemnités de 1900 euros à l’aéroport rennais et 1350 euros à celui de Lyon ; il encourait cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende.

L’Airbus d’easyJet était revenu à son point de départ, entrainant l’arrêt du trafic pendant 40 minutes dans l’aéroport lyonnais, tous les passagers (y compris les parents de l’étudiant) étant débarqués et leurs bagages fouillés. La compagnie aérienne avait alors expliqué que le commandant de bord avait pris cette décision « à titre de précaution uniquement » ; le vol vers Rennes avait finalement été assuré par un équipage venu de Londres, « l’équipage n’étant pas en mesure d’effectuer le vol et aucun équipage de remplacement n’était disponible ».

Après son interpellation, l’étudiant avait expliqué qu’il « ne souhaitait pas que ses parents le rejoignent ». Le parquet de Rennes expliquait de son côté que l’homme ne paraissait pas atteint de « troubles d’ordre psychologique » et était totalement inconnu des services de police ; la piste du terrorisme avait été complètement écartée. Il a échoué à sa licence, mais a presque arrêté de fumer. La ligne d’easyJet entre Lyon et Rennes, inaugurée en mars 2018, a survécu à l’incident.

Airbus : A220, avenir et plaidoyer pour l’Europe

mai 22, 2019 - 8:00am

Airbus va augmenter le rayon d’action de la famille A220, les ex-CSeries gagnant environ 450 nm. L’A350-1000 est confirmé comme « navire amiral » à la place de l’A380 dans le portefeuille de l’avionneur, dont le président Guillaume Faury a lancé un plaidoyer pour l’Europe.

Le constructeur européen a annoncé le 21 mai 2019 une « optimisation majeure des performances » de la famille A220 à partir du deuxième semestre de 2020, les deux modèles devant bénéficier d’une MTOW (masse maximale au décollage) augmentée de 2,268 tonnes : l’A220-100 passera ainsi de 60,2 à 63,1 tonnes, et l’A220-300 de 67,6 à 69,9 tonnes. Les deux monocouloirs d’origine canadienne y gagneront au passage 450 milles nautiques d’autonomie, portée à 3400 nm pour l’A220-100 et à 3350 nm pour l’A220-300. Cette augmentation de la performance est obtenue « en prenant en compte les marges des structures et des systèmes existants ainsi que la capacité de volume de carburant existante », précise Airbus. Cela permettra aux compagnies aériennes d’exploiter « de nouvelles routes auparavant impossibles, reliant les principales villes d’Europe occidentale au Moyen-Orient ou de l’Asie du Sud-est à l’Australie ».

 « Dans la pure tradition Airbus, nous améliorons constamment nos produits », a déclaré dans un communiqué Christian Scherer, directeur commercial d’Airbus ; « cette nouvelle MTOW permettra aux opérateurs d’atteindre des marchés qui ne peuvent plus être desservis par d’autres types d’aéronefs à couloir unique ». Depuis sa mise en service il y a près de trois ans par Bombardier, le désormais nommé A220 « a déjà prouvé qu’il atteignait ou dépassait ses objectifs de performance initiaux, apportant plus de flexibilité et de potentiel de revenus aux clients », a souligné Rob Dewar, responsable de l’ingénierie et de la clientèle A220. « Aujourd’hui, Airbus renforce sa confiance dans la plate-forme A220 et renforce encore ses capacités pour répondre aux futures exigences du marché ».

L’Airbus A220 associe « une aérodynamique à la pointe de la technologie, des matériaux de pointe et les turboréacteurs de la dernière génération PW1500G de Pratt & Whitney pour offrir une consommation de carburant par siège réduite d’au moins 20% par rapport aux avions de la génération précédente ». Avec un carnet de commandes de plus de 530 avions à ce jour, l’A220 a selon Airbus « toutes les références pour conquérir la part du lion du marché des avions de 100 à 150 places, estimé à 7000 avions au cours des 20 prochaines années ».

We're kicking off Airbus' Innovation Days 2019 – keeping our 130+ fellow journalists from around the globe abreast of our latest innovations and product updates. Follow #AirbusID to join the discussion. pic.twitter.com/0yMtA0hYAT

— Airbus PRESS (@AirbusPRESS) May 21, 2019

Lors des Innovation Days qui ont débuté hier à Toulouse, le directeur commercial d’Airbus Christian Scherer est aussi revenu sur les autres monocouloirs, qualifiant l’A321LR de celui « au plus long rayon d’action pour le moment » ; de qui alimenter la rumeur d’un lancement de la version XLR au prochain Salon du Bourget. Concernant le rival Boeing 737 MAX, le dirigeant a dit craindre que le grand public « perde en partie la confiance en notre secteur en raison des problèmes de certification », la FAA devant « probablement devenir plus stricte et nous contrôler encore et encore » pour le directeur des opérations Michael Schöllhorn. Christian Scherer a réaffirmé en outre que le futur NMA « n’apportera rien de plus face au couple A321neo/A330neo » : il n’est « pas sûr que cela vaille la peine de dépenser plus de 10 milliards de dollars juste pour ce type d’avion (…), nos programmes sont si matures qu’ils permettent à Airbus une souplesse dans les prix pour s’adapter à ce segment de marché ». Et d’ajouter : « j’espère que Boeing fera l’erreur de le lancer »…

Si le 777X a été juste qualifié de « Hummer remotorisé », le programme A350XWB a également été commenté par Christian Scherer, pour qui l’A350-1000 « est désormais l’appareil phare » d’Airbus, et « le plus gros proposer aux clients » – éloignant un peu plus, si besoin était, la possibilité d’une renaissance de l’A380 dont la production s’arrêtera en 2021 (avec un total de 274 commandes fermes). L’A350, dont la cadence de production sera maintenue à dix appareils par mois, sera aussi « le seul avion ultra-long-courrier (ULR) qu’il construira », le directeur commercial expliquant au passage que l’avion peut « très confortablement accueillir des rangées de dix sièges » – un appel du pied aux low cost long-courrier (French bee et Evelop! sont déjà choisi cet aménagement). Une version « à capacité supplémentaire » de l’A350-900ULR sera bien proposée à Qantas pour son projet Sunrise de vols directs entre Sydney et Londres (qui sera la route la plus longue au monde avec 21 heures de vol).

On retiendra enfin de la journée de mardi les vues du patron du groupe Airbus Guillaume Faury sur l’idée d’une taxe européenne sur le carburant d’aviation : « Nous pensons pas que c’est une bonne idée. Il y a déjà beaucoup de taxes sur le secteur. Il faut veiller à préserver des conditions de concurrence équitable… Ce qui ne veut pas dire que nous ne sommes pas en faveur de la décarbonisation du secteur. Mais mieux vaut que l’argent (des compagnies) soit investi dans les nouvelles technos, dans les biocarburants… », a-t-il déclaré selon Les Echos. Et en pleine campagne pour les élections européennes, le Président Exécutif d’Airbus a publié une lettre ouverte rappelant que « sans l’Europe, qui aurait parié sur Airbus ? » :

« En 1969, le secteur aérospatial européen est au point mort. Tous les pays sont en concurrence et se situent loin derrière les Américains, qui contrôlent plus de 80% du marché des avions commerciaux. Le 29 mai 1969, les ministres allemand et français adoptent une nouvelle approche : un partenariat entre pays européens, auxquels se rallieront par la suite l’Espagne et le Royaume-Uni, pour développer le premier avion Airbus, l’A300. Peu de gens à l’époque auraient parié sur la réussite de cette entreprise paneuropéenne. Et pourtant ! De cette vision a émergé un champion mondial de l’aéronautique et de l’espace ».

« Alors que les élections au Parlement européen approchent, nous ne devons pas oublier que l’avenir économique de l’Europe ne pourra être garanti que par une Union Européenne confiante et forte, face  notamment à la montée des nationalismes, à une croissance fragile et aux tensions commerciales dans le monde. C’est aussi la leçon du passé et du présent d’Airbus qui célèbre son 50e anniversaire, également ce mois-ci ».

« Airbus a 50 ans et notre histoire est une victoire de l’intégration européenne. En cinq décennies, nous avons réuni des entreprises d’aviation civile et de défense de l’ensemble du continent, en réduisant les couts et les duplications. Aujourd’hui, nous produisons la moitié des avions commerciaux du monde et prospérons dans les domaines des hélicoptères, de la défense et de l’espace. Nous employons 130 000 personnes hautement qualifiées dans le monde et sommes un puissant moteur de productivité, d’exportations et d’innovation pour l’Europe ».

« Airbus s’est construit autour de coopérations politiques et face à une rivalité transatlantique dont les batailles commerciales ont souvent fait la une des journaux. L’excellence de plusieurs générations d’ingénieurs a contribué à rendre le transport aérien plus sûr, plus efficace et accessible à des centaines de millions de personnes tout autour du globe. Bon nombre d’innovations marquantes ont propulsé la croissance d’Airbus. Depuis 2014, nos avions sont construits avec des matériaux composites légers et avancés et ont permis de réduire de près de 25% les émissions de CO2 sur les vols long-courriers. Notre capacité à faire circuler librement nos pièces d’avion, ainsi que notre personnel et notre technologie, partout en Europe, est l’une des clés de notre succès ».

« Mais, quelle sera la suite ?  L’industrie aérospatiale est à la veille d’une révolution technologique sans précédent. La technologie numérique, le vol autonome, l’intelligence artificielle et l’électrification vont transformer la façon dont les avions sont conçus, fabriqués, pilotés et entretenus. On l’appelle déjà le «nouvel âge d’or» de l’aérospatiale et il annonce une concurrence encore plus forte avec l’émergence de nouvelles puissances dans le secteur ».

« L’Europe dispose de tous les atouts pour pouvoir diriger cette prochaine révolution en matière d’innovation et de transition vers une industrie durable et un transport aérien décarboné. Les programmes d’innovation de l’Union européenne sont idéalement placés pour développer les technologies de rupture qui permettront à l’Europe de réaffirmer son leadership dans le secteur aérospatial pour les décennies à venir ».

« Pour prospérer dans ce monde en mutation, Airbus a plus que jamais besoin du soutien financier et politique de l’Union Européenne, pour assurer par exemple  le développement de la prochaine génération de satellites et d’avions de combat en Europe. Face au protectionnisme et à la fragmentation politique, l’UE  doit continuer à défendre le libre-échange en Europe et au-delà. L’importance stratégique de l’industrie aéronautique et spatiale, secteur largement globalisé, nécessite que l’Europe continue à parler d’une voix forte et unie ».

« Nous sommes les héritiers des fondateurs d’Airbus qui se sont unis il y a 50 ans avec une vision ambitieuse d’innovation et de partenariat international – avec l’énergie de la concrétiser. A nous d’écrire maintenant la prochaine page de l’histoire européenne ».

Eurowings : base au Kosovo et ‘interligne virtuel’

mai 22, 2019 - 7:30am

La compagnie aérienne low cost Eurowings va ouvrir sa première base d’Europe de l’est à Pristina au Kosovo. Avec le « virtual interlining », elle distribue pour la première fois des billets d’avions de compagnies aérienne différentes – Norwegian et SunExpress pour commencer..

A partir du 19 juin 2019, la filiale du groupe Lufthansa spécialisée dans le vol pas cher basera un Airbus A319 pouvant accueillir 12 passagers en classe Affaires et 132 ou 138 en Economie dans l’aéroport de Pristina-Adem Jashari, la capitale du Kosovo devenant sa 13eme base. Eurowings y lancera deux nouvelles liaisons le 19 juin, une vers Bâle-Mulhouse (vol le mercredi face à la concurrence d’easyJet et Wizz Air) et une autre vers Genève-Cointrin (vols vendredi et dimanche face à easyJet et Swiss). Elle en profitera pour renforcer les lignes existantes au départ de Düsseldorf, Munich et Stuttgart, pour offrir au total 60 rotations hebdomadaires vers et depuis Pristina.

Selon le CEO d’Eurowings Thorsten Dirks, « avec plus de 40 millions de passagers transportés l’année dernière, Eurowings est clairement devenu le numéro trois des compagnies aériennes point à point en Europe. Nous consolidons ce statut en développant notre réseau vers l’Europe de l’Est. Pristina jouera un rôle important dans ce contexte ».

Eurowings a d’autre part développé avec Lufthansa Innovation Hub la plateforme Eurowings Flight, qui introduit le concept de « virtual interlining » et permet à ses passagers de réserver des correspondances avec les vols opérés par Norwegian Air Shuttle et SunExpress. L’innovation de ce service réside selon son communiqué dans sa capacité à « relier les vols Eurowings aux offres d’autres compagnies aériennes, même s’il n’y a pas de partenariat ». Les clients d’Eurowings peuvent donc réserver leurs vols en une seule opération, rapidement et facilement. En outre, la nouvelle plateforme Eurowings assure le transfert entre compagnies aériennes différentes : ainsi, dans le cas où un passager manquerait son vol de correspondance, le changement de réservation sera traité via la plateforme« afin qu’il n’encoure pas de frais supplémentaires ».

Eurowings Flight Platform vient compléter le réseau de la low cost allemande par « de nombreuses liaisons de correspondance, à des conditions attrayantes » : les vols Eurowings peuvent désormais être combinés avec les vols Norwegian Air Shuttle et SunExpress, avec par exemple des liaisons au départ de la Scandinavie vers le Mexique via l’Allemagne, ou de la Turquie vers les Etats-Unis via Düsseldorf.

Après l’intégration de fournisseurs de mobilité renommés tels que Flixbus et mytaxi dans l’application de la compagnie aérienne, la plateforme Eurowings Flight constitue la prochaine étape pour positionner eurowings.com comme un compagnon de voyage à part entière. « Nous développons progressivement eurowings.com pour en faire un partenaire de voyage répondant aux besoins de chacun. La mise en réseau harmonieuse des prestataires de transport au sol et dans les airs en est un élément essentiel. C’est pourquoi nous vendons désormais des billets d’avion de compagnies aériennes qui complètent notre offre par le principe du virtual interlining », déclare dans un communiqué Oliver Schmitt, Directeur Général d’Eurowings Digital.

Eurowings est la compagnie aérienne low-cost de Lufthansa Group et fait donc partie du plus grand groupe aérien au monde. Avec une flotte en pleine expansion de 205 appareils, la compagnie aérienne allemande propose actuellement plus de 210 destinations dans plus de 50 pays à travers le monde, ce qui en fait le troisième transporteur point à point en Europe. L’année dernière, la compagnie a transporté pour la première fois plus de 40 millions de passagers et son personnel est passé à environ 10.000 employés.

Lufthansa Innovation Hub (LIH) a été nommé « Best German Innovation Laboratory » par le magazine économique Capital et est le centre de numérisation de Lufthansa Group, le plus grand groupe aéronautique mondial. LIH opère depuis Berlin, Singapour et Shanghai. LIH identifie, évalue et met en œuvre de nouveaux modèles d’affaires numériques dans le domaine des technologies de voyage et de mobilité en collaboration avec des compagnies aériennes leaders du secteur telles que Lufthansa, Eurowings, SWISS et Austrian Airlines, le programme Frequent Flyer Miles & More et d’autres unités commerciales de Lufthansa Group.

Le centième avion de TAP Air Portugal est un A330neo (vidéo)

mai 22, 2019 - 7:00am

Pour la première fois en 74 ans, la compagnie aérienne TAP Air Portugal dispose d’une flotte de cent Airbus, ATR et Embraer. L’occasion de lancer une promotion réservée à ses voyageurs fréquents.

L’arrivée le 21 mai 2019 d’un nouvel Airbus A330-900 (CS-TUI, baptisé du nom de feu le Roi D. Afonso Henriques), le septième des 23 A330neo attendus, marque « un jour historique » dans les 74 ans de la compagnie nationale portugaise, qui opère désormais cent appareils. Le renouvellement de la flotte, avec l’arrivée prévue de 71 nouveaux avions d’ici 2025, est « l’un des principaux piliers du nouveau plan stratégique des actionnaires », rappelle TAP Air Portugal dans un communiqué. Cette proposition a été présentée et approuvée par l’État portugais lors de la privatisation de l’entreprise en 2015 ; il s’agit d’avions « de dernière génération, plus économiques et offrant plus de sièges, sur lesquels reposent en grande partie la transformation et la modernisation » de la compagnie aérienne. Elle opère désormais 78 Airbus (A319, A320, A320neo, A321, A321neo, A321LR, A330-200, A330-300, A330-900 et A340-300) et 22 appareils régionaux pour TAP Express (ATR 72-600, Embraer 190LR et 195).

Les nouveaux avions ont permis à la compagnie de Star Alliance d’ouvrir de nouvelles routes et de diversifier ses sources de revenus. Elle poursuit en particulier sa croissance au Brésil, un marché sur lequel elle conserve sa position de leader pour les liaisons avec l’Europe et où le nombre de passagers a augmenté de 22,8% entre 2015 et 2018. TAP Air Portugal s’est également fortement engagée sur le marché de l’Atlantique Nord, où le nombre de passagers a augmenté de 176,5% entre 2015 et 2018, et où le nombre de sièges disponibles a quadruplé au cours des quatre dernières années ; elle se présente comme la compagnie européenne ayant connu la plus forte croissance sur les liaisons à destination des États-Unis, offrant 245.000 sièges de plus qu’en 2015. TAP Air Portugal continuera à recevoir de nouveaux avions en 2019, à ouvrir de nouvelles routes – les vols vers Chicago, San Francisco et Washington commenceront en juin – et à attirer davantage de touristes au Portugal.

La nouvelle flotte représente également une contribution importante pour le pays. Selon TAP, chaque nouvel avion contribue de manière significative au PIB du pays, générant en moyenne 28 millions d’euros de droits et taxes par an pour l’économie portugaise et créant en moyenne plus de 750 emplois au Portugal. La croissance de cette flotte a, en seulement quatre ans, placé l’entreprise « au-dessus de la moyenne de croissance des autres grandes compagnies aériennes européennes », avec une augmentation de 21% entre 2015 et 2018, tandis que les autres compagnies aériennes européennes n’ont augmenté que de 13% en moyenne selon les données de FlightGlobal. En ce qui concerne les passagers transportés, TAP Air Portugal a également connu une croissance supérieure à la moyenne des autres entreprises européennes de référence : 39% de passagers en plus transportés entre 2015 et 2018, contre une moyenne de 19% sur la même période chez les concurrentes européennes. En 2018, la compagnie a transporté 4 millions de touristes au Portugal, qui ont contribué pour 5,5 milliards d’euros à l’économie nationale.

Pour célébrer l’arrivée de son 100e avion, la compagnie aérienne a lancé une promotion qui permettra aux clients de TAP Miles&Go – membres actuels et nouveaux – de participer à des enchères pour 100 vols, avec des enchères à partir de 100 miles seulement. Du 21 mai au 7 juin 2019, TAP Air Portugal organisera jusqu’à quatre ventes aux enchères par jour (jours ouvrables à 11h, 13h, 16h et 18h) sur l’ensemble de son réseau, au départ de Lisbonne, Porto, Faro et, pour la première fois, du Brésil (Rio de Janeiro et Sao Paulo). Les nouveaux clients du programme TAP Miles&Go peuvent participer immédiatement à l’enchère, puisque chaque nouveau membre du programme reçoit 200 miles de TAP Air Portugal.

En activité depuis 1945, TAP Air Portugal a achevé son processus de privatisation en 2015. Son hub à l’aéroport de Lisbonne est une « passerelle européenne clé au carrefour de l’Afrique, de l’Amérique du Nord, centrale et du Sud », où TAP Air Portugal s’impose comme le principal transporteur international vers le Brésil. Le réseau de la compagnie comprend actuellement 90 destinations dans 36 pays à travers le monde, avec en moyenne 3000 vols hebdomadaires.

Eté à petits prix avec Air France

mai 22, 2019 - 6:30am

La compagnie aérienne Air France propose pour l’été 122.000 sièges en promotion à seulement 39 € TTC l’aller simple, sur des lignes court-courrier.

Sans mentionner sa filiale régionale HOP, la compagnie nationale française précise dans son communiqué que pour profiter de cette promotion, les clients doivent effectuer leur réservation du 22 au 28 mai 2019 pour des voyages compris entre le 1er juillet et le 31 août 2019. L’offre à partir de 39 euros TTC (hors frais de service. Tarif soumis à conditions et à disponibilités. Billet non remboursable) est valable sur de « nombreuses lignes du réseau court-courrier Air France », telles que :

  • De et vers Paris-Orly : Aurillac, Biarritz (fermé du 23 au 26 août 2019 en raison du G7), Brest, Brive, Castres, Clermont-Ferrand, La Rochelle, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Nice, Pau, Quimper, Tarbes-Lourdes, Toulouse
  • De et vers Paris-Charles de Gaulle : Brest, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Nice, Rennes, Toulouse
  • De et vers Lyon : Biarritz, Bordeaux, Brest, Caen, La Rochelle, Lille, Lorient, Marseille, Metz-Nancy-Lorraine, Nantes, Nice, Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Pau, Poitiers, Rennes, Strasbourg, Toulouse, Bologne, Milan, Nuremberg, Rome, Venise
  • De et vers Bordeaux : Lille, Lyon, Marseille, Nice, Paris-Charles de Gaulle, Düsseldorf, Rome
  • De et vers Lille : Bordeaux, Lyon, Marseille, Nantes, Toulouse
  • De et vers Marseille : Bordeaux, Lille, Lyon, Metz-Nancy-Lorraine, Nantes, Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Strasbourg, Toulouse
  • De et vers Nantes : Lille, Lyon, Marseille, Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Strasbourg, Toulouse, Düsseldorf, Hambourg
  • De et vers Nice : Bordeaux, Lyon, Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly
  • De et vers Strasbourg : Lyon, Marseille, Nantes
  • De et vers Toulouse : Lyon, Lille, Marseille, Nantes, Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Rennes

Rappelons que depuis février, les liaisons court-courrier effectuées par HOP! sont commercialisées sous le nom Air France HOP, dans une volonté de simplification de l’offre décidée par le nouveau CEO d’Air France-KLM Benjamin Smith.

©Vinci Airports

Niki Lauda s’est envolé

mai 22, 2019 - 6:00am

Niki Lauda, champion du monde de Formule 1 et fondateur de multiples compagnies aériennes, s’est éteint à Zurich à l’âge de 70 ans.

Le pilote autrichien de F1 était aussi qualifié sur Airbus A320 et Boeing 737, 767 et 777. Il avait créé en 1979 la compagnie charter Lauda Air, basée à l’aéroport de Vienne et qui devient régulière en 1987. Elle lança ses premiers vols long-courriers en 1989, vers Sydney et Melbourne via Bangkok, avant d’ajouter Kuala Lumpur, Bali, Dubaï, Cuba et Miami à son réseau. En mai 1991, un de ses Boeing 767-300ER assurant le vol 004 entre Bangkok et Vienne s’écrasa après un incident moteur, tuant les 213 passagers et 10 membres d’équipage à bord. Lauda Air fut revendue à Austrian Airlines en 2002.

Niki Lauda lança également Lauda Air Italy en 1993 à Milan, opérant des vols long-courriers vers l’Amérique latine, l’Afrique, les Maldives et la Thaïlande. Elle fut revendue en 2003 à Livingston (qui cessa les opérations en 2009).

Fondée en 2003, la low cost Niki (qui proposait des services équivalents aux compagnies régulières) desservit jusqu’à 36 destinations moyen-courrier depuis quatre aéroports autrichiens, s’alliant dès 2004 avec Air Berlin qui en pris le contrôle en 2011.

En 2016, Niki Lauda acheta la compagnie charter Amira Air et la rebaptisa Laudamotion, lançant deux ans plus tard des vols réguliers et reprenant au passage Niki suite à la faillite d’Air Berlin. Au mois de mars, Ryanair annonçait la prise de contrôle de 75% du capital de la compagnie autrichienne, l’acquisition des 25% restants étant finalisée en janvier dernier (et la compagnie renommée Lauda en mars dernier).

Le CEO de Ryanair Michael O’Leary a déclaré dans un communiqué : « Niki Lauda restera dans notre cœur et notre mémoire en tant que leader visionnaire, légende de la Formule 1 et pionnier de l’aviation. Niki était un entrepreneur exceptionnel dont le courage et l’esprit de combat inspiraient des millions de personnes. Nous sommes dévastés par son décès prématuré, mais son esprit et sa vision vivront dans Laudamotion, qui porte fièrement son nom et son esprit d’entreprise. C’est un jour triste pour Formule 1 et Laudamotion. L’esprit de Niki et son héritage resteront à jamais. Niki et sa famille sont tous dans nos pensées et nos prières aujourd’hui. Qu’il repose en paix ».

Lauda, ​​qui avait subi une greffe de poumon en août, s’est éteint dans un hôpital de Zurich Il avait aussi remporté trois titres de F1, avec Ferrari en 1975 et 1977 et avec McLaren en 1984. Dans un entretien accordé en 2009 à Flight Daily News, il expliquait que « gérer une compagnie aérienne est le métier le plus difficile au monde. Conduire une voiture de sport est plus dangereux pour ma vie ».

Wins: 25

Podiums: 54

Poles: 24

Fastest Laps: 24

Championships: 1975, 1977, 1984

Pages