Actualités de Air-Journal

S'abonner à flux Actualités de Air-Journal
Un média sur le transport aérien
Mis à jour : il y a 3 heures 9 min

Aerolineas Argentinas n’a plus d’Airbus A340

février 18, 2020 - 2:00pm

La compagnie aérienne Aerolineas Argentinas a effectué lundi son dernier vol en Airbus A340, se séparant du quadriréacteur pour centrer sa flotte long-courrier autour des A330.

Parti le 16 février 2020 de l’aéroport de Madrid-Barajas, l’A340-300 immatriculé FV-LPU de la compagnie nationale argentine s’est posé aux petites heures lundi dans sa base à Buenos Aires-Ezeiza. Cet A340-300 pouvant accueillir 32 passagers en classe Affaires et 248 en Economie (280 sièges) sort de la flotte 21 ans après l’arrivée des premiers quadris chez Aerolineas Argentinas, en juin 1999. Ils étaient depuis déployés par Aerolineas Argentinas principalement sur des lignes intercontinentales, notamment vers Auckland et Sydney sans escale, avec des apparitions sur des routes régionales voire intérieures. Elle avait auparavant utilisé des Boeing 747 (-200, -400 et SP).

En 2012, la compagnie nouvellement membre de l’alliance SkyTeam opérait encore quatre A340-200 et sept A340-300 ; c’est alors qu’elle s’était intéressée aux A330 afin de renforcer son réseau, louant quatre A330-200 à ILFC puis signant en novembre 2013 un protocole d’accord avec Airbus pour quatre exemplaires supplémentaires (dont celui livré en mars 2015 qui était son premier avion neuf en 37 ans : depuis l’acquisition en 1978 d’un 747-200 neuf, tous ses avions étaient soit d’occasion, soit pris en leasing).

Dix A330-200 sont aujourd’hui en service chez Aerolineas Argentinas, aménagés avec 24 places en classe Affaires et 248 en Economie. Le reste de sa flotte compte huit Boeing 737-700, 31 737-800 et cinq des treize 737 MAX 8 attendus – sans oublier les 26 Embraer 190 de sa filiale Austral. 

©Flightradar24

 

Airbus A320neo : jeudi pour Swiss, bientôt pour Aircalin

février 18, 2020 - 1:00pm

Le premier des 17 Airbus A320neo attendus par la compagnie aérienne Swiss International Air Lines lui sera livré jeudi. En Nouvelle Calédonie, Aircalin évoque une entrée en FAL du premier des deux siens à la fin mars ou début avril.

Un peu plus de deux semaines après son vol inaugural, le premier A320neo de la compagnie nationale suisse (MSN9246 immatriculé HB-JDA) arrivera jeudi 20 février 2020 à l’aéroport de Zurich-Kloten. Comme les 16 autres exemplaires attendus, l’appareil n’a toujours pas de configuration officielle, pas plus que ses premières destinations. Bruxelles, Hambourg, Valence et Londres-Heathrow ont été évoqués pour accueillir initialement le nouvel appareil.

Outre les A320neo, la compagnie suisse de Star Alliance attend huit A321neo (convertibles en A321LR), achetés pour elle par le groupe Lufthansa qui avait commandé au total 149 Airbus remotorisés, avec des livraisons étalées jusqu’en 2025.

This Thursday we welcome our first Airbus A320neo. On our blog we offer you a glance behind the scenes of the Airbus factory in Hamburg and show you what our first A320neo looked like just three months ago. ✈️

— Swiss Intl Air Lines (@FlySWISS) February 17, 2020

A l’aéroport de Nouméa-La Tontouta, pas d’A320neo en vue dans l’immédiat pour Aircalin. Mais un de ses documents mentionne « fin mars ou début avril » comme date d’entrée en FAL à Toulouse du MSN10049, qui sera baptisé « Tibarama », immatriculé F-OTIB et livré en juin prochain. Le caisson central de voilure fabriqué à Nantes a été présenté en décembre dernier.

La compagnie avait confirmé en octobre 2017 la commande de deux A320neo, en même temps que celle de deux A330neo qui ont désormais rejoint sa flotte. Les monocouloirs remotorisés seront configurés pour accueillir 8 passagers en classe Affaires et 138 ou 150 en Economie, et équipés de moteurs Pratt & Whitney ; ils devraient être déployés vers l’Australie, la Nouvelle Zélande et les îles du Pacifique.

Le renouvellement de la flotte d'#Aircalin continue avec la prochaine entrée en FAL du 1er des 2 A320NEO fin mars ou début avril à Toulouse. "Tibarama" F-OTIB (MSN 10049 ) est attendu en juin à Nouméa.

Trafic de janvier : +5,3% à Nice, +11,7% à Marseille

février 18, 2020 - 12:00pm

L’aéroport Nice Côte d’Azur a vu son trafic augmenter de 5,3% le mois dernier  avec 800.732 passagers, tandis que le trafic à Marseille-Provence progressait de 11,7% à 713.235 clients.

En janvier 2020, l’aéroport de Nice précise avoir accueilli 360.187 passagers sur le réseau intérieur (+2,5%) et 440.555 sur les lignes internationales (+7,7%). Dans ce dernier cas, l’Europe progresse de 8,7% (374.357 passagers), avec +9,3% dans l’Union européenne, +6,4% en dehors de l’UE, +10,0% dans Schengen et +5,6% hors Schengen. Le trafic à l’aéroport Côte d’Azur vers et depuis l’Afrique a progressé de 8,2% avec 37.346 passagers, tandis que celui vers et depuis le Moyen-Orient affiche -3,4% (28.802 clients).

Les mouvements d’avions à Nice Côte d’Azur étaient en hausse de 4,8% le mois dernier par rapport à janvier 2019, dont +2,9% sur le seul secteur international ; le trafic de fret était lui en recul de 6,3% avec 621.017 tonnes transportées.

Les voyants sont également au vert à l’aéroport de Marseille-Provence, avec une progression du trafic aérien de 11,7% du trafic à 713.235 passagers. Le trafic national local affiche +7,4% (291.662 clients) tandis que celui international local est à +16,2% (419.942 clients) ; seul recul observé dans les statistiques publiées, celui du transit avec 1636 passagers (-68,5%).

Les mouvements d’avion dans la cité phocéenne ont progressé de 4,5% le mois dernier (8303 au total), le fret a reculé de 0,9% (avec 4840 tonnes) et la poste bondit de 36,6% (avec 238 tonnes).

©AMP Camille Moirenc

Brussels Airlines se pose à Valence

février 18, 2020 - 11:00am

La compagnie aérienne Brussels Airlines a inauguré une nouvelle liaison entre Bruxelles et Valence, sa 16ème destination en Espagne.

Depuis le 17 février 2020, la compagnie nationale belge propose quatre vols par semaine entre sa base à Bruxelles-Zaventem et l’aéroport de Valence-Manises, opérés en Airbus A319 et en A320 le dimanche (141 ou 180 sièges). Les départs sont programmés lundi à 9h35 (arrivée à 11h40), mercredi et vendredi à 9h40 (arrivée à 11h55) et dimanche à 12h45 (arrivée à 15h00) ; les vols retour quittent l’Espagne lundi à 12h30 (arrivée à 14h50), mercredi et vendredi à 12h50 (arrivée à 15h10) et dimanche à 15h50 (arrivée à 18h10).

Brussels Airlines est en concurrence sur cette route avec Ryanair (qui relie également Charleroi à Valence), TUI Fly et Vueling. 

Valence « est la troisième plus grande ville espagnole après Madrid et Barcelone et l’un des plus grands marchés en vol direct au départ de Bruxelles, actuellement pas desservi par Brussels Airlines », soulignait lors de l’annonce de la route la compagnie de Star Alliance. C’est aussi la 16ème ville qu’elle dessert en Espagne, « qui reste une destination de vacances très prisée par les Belges », après Alicante, Almeria, Barcelone, Bilbao, Fuerteventura, Gérone, Jerez, Las Palmas, Madrid, Malaga, Minorque, Palma de Majorque, Reus, Séville et Ténériffe Sud. Toutes les compagnies aériennes du groupe Lufthansa sont désormais représentées dans la ville espagnole, qui accueillera aussi en avril prochain Air France en provenance de Paris-CDG.

Brussels Airlines relie la capitale de l’Europe à 23 destinations en Afrique, continent qu’elle « considère comme sa seconde maison », plus de 90 en Europe, 3 en Amérique du Nord (dont Montréal à partir de fin mars) et Tel Aviv. Avec plus de 4000 employés et 48 avions, l’entreprise assure environ 250 vols par jour et transporte plus de 9 millions de passagers par an. Désormais partie d’Eurowings, elle offre une capacité de fret sur tous ses vols, commercialisés par Lufthansa Cargo. La compagnie aérienne gère elle-même l’entretien quotidien de sa flotte.

Bienvenidos a Valencia! Starting today @FlyingBrussels will be connecting Valencia with the Belgium capital four times a week. @aena #Inaugural pic.twitter.com/E1d8lsbZ0Z

— Lufthansa News (@lufthansaNews) February 17, 2020

@Brussels Airport

Compensations : la directive EU261 menacée ?

février 18, 2020 - 10:00am

La présidence croate du Conseil européen a proposé de modifier la directive EU261/2004 codifiant les compensations par les compagnies aériennes en cas de retard ou d’annulations de vol, menaçant les droits de quelque 900 millions de passagers.

Le règlement CE 261/2004 encadre la responsabilité des transporteurs aériens au sein de l’Union européenne et prévoit des obligations envers les passagers victimes de retard, de refus d’embarquement, de correspondance manquée et d’annulation de vol. Complété par l’arrêt Sturgeon (19 novembre 2009) de la CJUE qui reconnaît aux passagers d’un vol retardé les mêmes droits qu’à ceux ayant subi une annulation de vol quand la compagnie est la cause du retard, ce règlement européen « a protégé avec succès les droits de plus de 900 millions de passagers chaque année », souligne dans un communiqué AirHelp. Selon qui après 15 ans de protection réussie des passagers aériens dans toute l’Europe, ce règlement « est actuellement confronté à sa plus grande menace depuis sa création : les compagnies aériennes ont essayé d’affaiblir la loi pendant des années, en investissant massivement dans le lobbying afin de minimiser la protection des passagers et de maximiser leurs profits ». Et la semaine dernière, le document de compromis sur la révision du CE 261 a été discuté au sein du groupe de travail du Conseil sur l’aviation.

Les principaux changements au règlement CE 261 seraient selon AirHelp :

  • Augmenter la limite de temps pour avoir droit à une indemnisation de la compagnie aérienne – retards et annulations passant d’entre 3 et 9 heures selon la durée de vol à entre 5 et 12 heures ;
  • Définir la plupart des perturbations de vol causés par des problèmes techniques comme échappant au contrôle des compagnies aériennes.

De plus, la réduction du montant de la compensation offerte aux voyageurs « inciterait de manière tacite les compagnies aériennes à moins de qualité du service et une forte probabilité que les vols soient retardés ».

Selon Agnès Andes, Senior Social Advertising Manager chez AirHelp, « avec le texte de compromis de la présidence croate, les droits des passagers aériens seraient considérablement réduits. Les suggestions supprimeraient la plupart des droits de plus de 900 millions de voyageurs chaque année. Selon nos calculs initiaux, près de 80% des passagers pourraient perdre leur droit ». Ce règlement est pourtant indispensable à la bonne indemnisation et au respect des droits des passagers aériens, « même si un effort d’information des citoyens demeure indispensable puisque 86% des passagers français et 83% des passagers européens ne connaissent toujours pas leurs droits » selon une étude de YouGov Deutschland l’année dernière. La révision du texte que la présidence croate du Conseil de l’UE est en train de préparer pour une présentation fin juin, provient selon AirHelp « d’une proposition vieille de 7 ans qui réduirait bien de 80% la protection juridique des voyageurs ».

La modification en l’état du règlement créerait « encore plus d’incertitude » pour les passagers aériens et compromettrait l’intention des droits des passagers de l’UE d’avoir « des règles simples et un règlement facile des cas ». La Cour de justice européenne a déjà statué dans les affaires de vols annulés à cause d’incidents techniques, et a clairement déclaré que, sous le régime actuel, les compagnies aériennes sont responsables. « Tout cela disparaîtrait et laisserait les passagers coincés et confus dans la salle des départs, sans aucun droit. Les conséquences seraient catastrophiques pour les droits de l’ensemble des passagers européens qu’ils voyagent pour le travail ou pour rendre visite à leur famille », conclut AirHelp.

@ Brussels Airport

Vietnam : Bamboo Airways veut des 777X

février 18, 2020 - 9:00am

La compagnie aérienne Bamboo Airways compte commander d’ici l’été douze Boeing 777X, qui s’ajouteraient à ses 787 Dreamliner – et à l’Airbus A380 qu’elle est censée louer pour desservir New York. 

Lancée il y a un an, la compagnie vietnamienne opère déjà une flotte de 22 monocouloirs Airbus (dont cinq A320neo et quatre des cinquante A321neo commandés), et trois 787-9 Dreamliner livrés depuis décembre sur les trente pris en leasing chez CALC. Son président Trinh Van Quyet a annoncé selon le Jakarta Post du 18 février 2020 vouloir acquérir au deuxième trimestre douze 777X, sans fournir de précision sur le modèle choisi ou les dates de livraison espérées. Le contrat aurait une valeur proche de 5 milliards de dollars au prix catalogue, et serait une bonne nouvelle pour le programme qui totalisait fin décembre 309 commandes fermes – et pour Boeing qui n’a enregistré aucune commande en janvier.   

Les 787-9 Dreamliner de Bamboo Airways sont configurés pour accueillir 4 passagers en Première (une offre unique dans le pays), 24 en classe Affaires et 274 en Economie (302 sièges), un aménagement en quatre classes qui pourrait être adopté dans les 777X.

Bamboo Airways devrait disposer de 30 avions à la fin du trimestre, et de 50 à la fin de l’année. Elle doit lancer sa première route long-courrier fin mars vers Prague, à raison de deux rotations hebdomadaires en 787-9 au départ de sa base à l’aéroport de Hanoi-Noi Bai. On rappellera au passage que la jeune compagnie annonçait en juin dernier vouloir louer un Airbus A380 pour desservir New York dès 2020.

Durant sa première année d’opérations, elle a transporté plus de 3 millions de passagers sur près de 20.000 vols, son réseau comptant quatorze aéroports domestiques et ceux de Taipei et Séoul pour les seuls vols réguliers.

Boeing estime que les compagnies aériennes d’Asie du sud-est auront besoin de 5400 nouveaux avions durant les vingt prochaines années. 

©Boeing

Corsair entame avec un A330-300 le renouveau de sa flotte

février 18, 2020 - 8:30am

La compagnie aérienne Corsair International donne le coup d’envoi du renouvellement de sa flotte avec la réception du premier des sept Airbus A330 supplémentaires attendus, un A330-300 en provenance d’Aeroflot.

Presqu’un an après la prise de participation majoritaire d’INTRO Aviation et le projet de développement initié par son nouvel actionnaire, la compagnie française a accueilli le 14 février 2020 dans sa base à l’aéroport de Paris-Orly un A330-300 immatriculé F-HJAZ. L’appareil, configuré pour accueillir 18 passagers en classe Affaires, 12 en Premium et 268 en Economie (298 sièges au total) est entré en service dès dimanche vers Abidjan, et sera également affecté aux lignes vers Montréal et Miami.

La flotte de Corsair atteindra 13 avions d’ici 2023, contre sept aujourd’hui (trois A330-300, deux A330-200 et trois Boeing 747-400). Avec un « jalon intermédiaire » en mai 2021, quand elle n’opèrera plus que des Airbus A330, dix au total dont cinq A330-900. Les deux premiers A330neo commandés, d’une capacité de 352 sièges, intégreront la flotte en août puis en décembre de cette année ; les trois autres les rejoindront en janvier, avril puis mai 2021. « Afin d’accélérer le processus de renouvellement », elle a déjà anticipé la sortie d’un premier A330-200 (F-HBIL) au début de ce mois ; le premier 747-400 sortira en décembre, les deux derniers Jumbo Jet en mai 2021 donc.

« Forte du succès de ses classes avant », Corsair prévoit d’augmenter le nombre de sièges en Business et Premium dans les nouvelles cabines, pour passer respectivement à 20 et 21 sièges et abandonner un peu plus son image de compagnie loisirs. Afin d‘importer et d’introduire l’A330-300 dans sa flotte, la compagnie aérienne « a eu recours aux compétences de Regio Lease, entreprise de conseils et de gestion de navigabilité spécialisée dans les transitions et importations d’aéronefs », précise encore son communiqué.

L’arrivée de ce nouvel avion « marque le début du renouvellement et de la modernisation de la flotte avec une cible de 13 Airbus A330 en 2023, et 10 avions dont 5 NEO dès mai 2021. La flotte homogène composée d’Airbus A330 apportera plus de flexibilité et permettra d’augmenter le nombre de fréquences sur chaque destination pour atteindre à terme l’objectif d’un vol quotidien. En outre, grâce à l’augmentation du nombre de sièges en classe Business et Premium, nous aurons un très bon outil pour développer notre part de marché sur le segment Affaires », a déclaré le PDG Pascal de Izaguirre.

Corsair transporte 1,2 million de passagers par an, sur des vols réguliers vers les Caraïbes (Guadeloupe et Martinique), l’océan Indien (La Réunion, l’île Maurice), l’Afrique (Côte d’Ivoire) et l’Amérique du nord (Montréal, Miami). Elle se posera à New York-JFK le 10 juin 2020.

©Corsair International

 

Grève PNC chez Air Algérie : des vols annulés

février 18, 2020 - 8:00am

Des hôtesses de l’air et stewards de la compagnie aérienne Air Algérie ont entamé lundi une grève surprise, entrainant l’annulation de plusieurs rotations domestiques et internationales en particulier entre Alger et la France. Il pourrait en être de même aujourd’hui.

Lancé le 17 février 2020 pour réclamer des augmentations de salaires et une amélioration des conditions de travail mais « sans préavis règlementaire » selon la compagnie nationale algérienne, le mouvement de grève des PNC a eu un impact immédiat sur le trafic : selon ADP, trois rotations d’Air Algérie entre sa base à Alger-Houari Boumediene ont été annulées (deux vers Roissy et une vers Orly), et trois vols vers la capitale algérienne ont été retardés. Les annulations de vols hier concernaient aussi les lignes vers Marseille, Lyon, Toulouse, Lille, Metz-Nancy ou Bruxelles entre autres, ainsi que des liaisons domestiques, pour un total de 38 rotations annulés à Alger selon Flightradar24 – et de nombreux retards. Une cellule de crise a été mise en place par Air Algérie. 

La compagnie air Algérie vous informe que suite au débrayage du personnel navigant commercial d'aujourd'hui 17/02/2020, les vols suivants sont annulés :#airalgerie #algerie pic.twitter.com/NYyifJa3aQ

— Air Algérie (@AirAlgerieAH) February 17, 2020

Lancée selon Air Algérie par le SNPNCA (Syndicat National du Personnel Navigant Commercial Algérien), la grève « sans préavis » et donc « illégale » a entrainée la suspension d’une quarantaine de PNC.

Publiée par Air Algérie Médias Officiel sur Lundi 17 février 2020

Sa version des faits est toutefois contestée par des représentants syndicaux, qui n’évoquent qu’un « débrayage de 3 heures » initialement prévu jusqu’à 11h00 : sur le site Inter-lignes, le président du SNPNCA Farid Boucetta explique que l’action  a été enclenché pour dénoncer « le non respect du régime de travail, le temps de repos, la réduction du nombre des équipages », mais aussi les suspensions qui « pleuvent sur les protestataires dont les 7 membres du syndicat ». La grève aurait en outre été décidée par tous les PNC et non par le seul syndicat, et Air Algérie aurait gérée la situation « d’une marnière extrémiste » puisque le brouillard a perturbé les opérations à Alger « jusqu’à 10h ».

Le SNPNCA a prévenu hier soir que faute de dialogue, les vols d’Air Algérie seront « perturbés au maximum » ce mardi. A l’aube, aucun vol n’était affiché en rouge à l’aéroport d’Alger selon Flightradar24.

©Boeing

Air Austral suspend les vols vers la Chine jusqu’en juin

février 18, 2020 - 7:30am

La compagnie aérienne Air Austral a prolongé jusqu’en juin 2020 la suspension de sa route entre La Réunion et Canton, sa seule destination en Chine où l’épidémie du coronavirus Covid-19 sévit toujours.

Par « mesure de précaution face aux évolutions de l’épidémie du Coronavirus et de ses conséquences », la compagnie réunionnaise a annoncé hier la prolongation de la période de suspension de ses vols entre Saint Denis-Roland Garros et l’aéroport de Guangzhou-Baiyun jusqu’au 30 juin 2020, au lieu du 1er mars initialement annoncé dès la fin janvier. Les dispositions commerciales mises en place par Air Austral pour les passagers ayant déjà effectué l’achat de leurs billets pour un voyage durant cette période demeurent inchangées :

  • Modification sans frais de leurs dates de voyage
  • Remboursement intégral de leur billet (sur les tronçons non utilisés)

Air Austral « reste très attentive à l’évolution de la situation, en contact étroit avec les autorités concernées, et tiendra sa clientèle informée de toute autre modification », précise son communiqué.

La liaison entre la Réunion et Canton avait été inaugurée en février 2017 en commun par Air Austral et Air Madagascar, le mariage des deux compagnies de l’Océan indien étant consommé dix mois plus tard, et leur divorce annoncé cette semaine.

©Air Austral

Grèves : les contrôleurs le 20, pas les pilotes de HOP le 21

février 18, 2020 - 7:00am

Un nouveau préavis de grève a été déposé pour jeudi par un syndicat de contrôleurs aériens, dans le cadre du projet de réforme des retraites. Celui des pilotes d’Air France HOP prévu le lendemain a été reporté au 24, afin de permettre la poursuite des négociations sur leur intégration.

Comme lors des précédents appels de l’intersyndicale à manifester contre la réforme des retraites, l’USAC-CGT appelle les employés de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) à faire grève le jeudi 20 février 2020 « ainsi que les nuits en amont et en aval ». Les dernières grèves, dont celle du 6 février, ont eu un impact limité sur le trafic, mais lors des mouvements du 9 janvier et de décembre dernier, des centaines de vols avaient été annulés. La DGAC avait alors demandé aux compagnies aériennes de supprimer entre 20% et 25% des vols jusque dans sept aéroports de métropole, la traversée de l’espace aérien français étant également perturbée.

Deuxième syndicat chez les contrôleurs aériens et premier à la DGAC tous personnels confondus, l’USAC-CGT avait prévenu qu’il lancera des appels à la grève contre le projet de réforme des retraites à chaque appel à manifester de l’intersyndicale.

Chez les pilotes de la compagnie régionale HOP, le préavis de grève de 144 heures étalée sur 12 jours, annoncé en janvier et qui devait débuter vendredi dernier, est de nouveau reporté : selon des sources syndicales citées par TourMag, le préavis est repoussé au lundi 24 février « pour permettre aux négociations d’avancer ». Un texte a été proposé par la direction « et sera soumis aux responsables syndicaux lors d’un conseil du SNPL » aujourd’hui, la « décision de poursuivre la grève ou non » devant être prise dans la foulée. Toute grève devrait entrainer des retards et annulations de vols opérés par HOP sur les liaisons intérieures ou régionales d’Air France.

Le SNPL réclame des augmentations de salaires mais aussi l’intégration des pilotes de la filiale chez la compagnie mère Air France pour qu’ils bénéficient des mêmes conditions de travail et de rémunération. « En l’absence de satisfaction de nos revendications, à savoir l’amélioration substantielle du contrat social des PNT de Hop, ainsi que l’amélioration substantielle de la phase pérenne pour les volontaires au départ chez AF, les pilotes de Hop sont appelés à cesser le travail », écrivait-il en janvier dernier.

Le Groupe Air France avait annoncé en juin 2019 une réduction de 15% de l’offre sur le réseau intérieur d’ici la fin 2021, le passage sous code AF au lieu de A5 de tous les vols de la filiale régionale et la réduction de sa flotte à 51 avions, avec une sortie de flotte de tous ses ATR d’ici 2020 (le dernier vol a eu lieu au début du mois). Même s’ils savent désormais que les lignes de HOP ne seront pas reprises par la low cost Transavia, les pilotes du SNPL avaient dès le début de l’année dernière affiché comme principale revendication la réintégration dans Air France.

©Aéroport Bretagne Ouest

Qantas : 747 domestique et San Francisco

février 17, 2020 - 2:00pm

La compagnie aérienne Qantas a effectué ce lundi son dernier vol intérieur en Boeing 747, entre Melbourne et Sydney. Elle a inauguré une nouvelle liaison entre Brisbane et San Francisco, dans le cadre de sa coentreprise avec American Airlines.

Le vol QF400 de la compagnie nationale australienne entre l’aéroport de Melbourne-Tullamarine et sa base à Sydney-Kingsford Smith ce 17 février 2019 était son dernier dans le pays à être opéré en 747-400ER : le Jumbo Jet immatriculé VH-OEH a opéré la dernière rotation, la route de 85 minutes étant à partir de mardi opéré en Airbus A330-200. Il est ensuite reparti vers Johannesburg en Afrique du Sud.

Configuré pour accueillir 58 passagers en classe Affaires, 36 en Premium et 270 en Economie (364 place au total), l’appareil est l’un des cinq 747 encore opérés par Qantas ; ils devraient tous être partis à la retraite à la fin de l’année, remplacés progressivement par des 787-9 Dreamliner (42+28+166, onze livrés sur 14 commandés). Le plus gros avion de la compagnie aérienne reste l’Airbus A380, configuré avec 14 sièges de Première, 64 ou après reconfiguration 70 en classe Affaires, 35 ou 50 en Premium et 371 ou 341 en Economie.

Have arrived at gate ready to board this morning’s last ever Qantas 747 flight out of Melbourne. Great to be part of aviation history pic.twitter.com/fy36UaBI09

— Michael Robinson (@ozrobbo) February 16, 2020

©Aero_Icarus

Côté réseau, la compagnie de l’alliance Oneworld vient d’inaugurer une nouvelle liaison entre Brisbane et San Francisco, sa troisième vers l’aéroport de Californie après celles au départ de Sydney (7 fois par semaine) et Melbourne (4). Annoncée en juin dernier dans le cadre de sa coentreprise avec American Airlines, la ligne est proposée en 787-9 mardi, jeudi et dimanche avec des départs à 20h35 pour arriver le même jour à 15h15 (passage de la ligne de changement de date oblige, durée de vol 12h40), les vols retour quittant les USA à 11h15 pour se poser deux jours plus tard à 6h00. Une autre route entre Brisbane et les Etats-Unis sera inaugurée en avril prochain, cette fois à destination de Chicago-O’Hare – toujours en 787-9 et sans concurrence

Le PDG de Qantas International, Tino La Spina, a déclaré dans un communiqué que les réservations à l’avance sur les deux nouvelles routes de Brisbane « marchent bien » : elles « relieront les voyageurs d’affaires et de loisirs australiens à deux capitales du commerce et de la culture aux États-Unis. Les clients gagneront environ quatre heures de trajet par rapport aux options avec escale actuellement proposées. Il y a aussi certains avantages pour le tourisme entrant. Ces routes directes placent certaines des destinations les plus populaires d’Australie comme les Whitsundays à un seul vol depuis les matins brumeux de San Francisco ou les froides journées de Chicago, et c’est une excellente nouvelle pour le Queensland et le tourisme australien ».

©Qantas

Deux nouveaux ATR 72-600 pour US-Bangla Airlines

février 17, 2020 - 1:00pm

La société de leasing Avation a commandé deux 72-600 de plus pour la compagnie aérienne US-Bangla Airlines basée au Bangladesh, confirmant la pertinence de la série -600 pour le marché du leasing

 ATR a annoncé le 12 février 2020 lors du Salon de Singapour que le loueur Avation PLC établi dans la cité-état a converti deux droits d’achat en commandes fermes, portant sur deux 72-600 de 72 sièges. L’avion sera loué à la compagnie US-Bangla, la plus grande compagnie privée du Bangladesh basée à l’aéroport de Dhaka-Hazrat Shahjalal, et « soutiendra l’expansion de sa flotte de turbopropulseurs » en portant le nombre d’ATR de la compagnie de six à huit. Avation a également pris deux droits d’achat supplémentaires portant sur deux 72-600, pour remplacer ceux qui ont été exercés.

Cet événement permettra à la compagnie aérienne « d’élargir ses activités en utilisant les avions les plus efficaces et les plus respectueux de l’environnement disponibles sur le marché, avec une consommation de carburant et un taux d’émission de CO2 inférieurs de 40 % à ceux des jets régionaux de taille similaire », souligne ATR. Enregistrant le coût par siège le plus bas de ce segment de marché, l’ATR 72-600 « est le seul avion à s’avérer rentable dans un environnement où les prix des billets sont peu élevés, tout en offrant un niveau de confort inégalé grâce à sa cabine moderne et spacieuse ». Depuis l’intégration de leur premier ATR en mars 2019, la réponse du marché bangladais « a été très positive » sur le réseau intérieur, et les vols régionaux opérés par la compagnie contribuent à soutenir une économie bangladaise en pleine croissance. L’élargissement de sa flotte d’ATR permet également à US-Bangla d’augmenter la fréquence de ses vols sur certaines liaisons principales, offrant ainsi plus de choix aux passagers.

Mohammad Abdullah Al Mamun, Directeur général d’US-Bangla, a déclaré : « La connectivité régionale est essentielle au Bangladesh et dans la région. Nous sommes ravis d’offrir à nos passagers la possibilité d’accéder à de nouvelles opportunités à travers l’ensemble du pays. L’ATR 72-600 est particulièrement adapté au Bangladesh : le retour des passagers s’est révélé tout à fait positif et nous sommes très satisfaits de la fiabilité et du confort de ces appareils. Avec la cabine moderne et confortable de la série -600, qui arbore des sièges passagers dernier cri de 18 pouces de large, nous sommes en mesure d’offrir à nos passagers une expérience premium, ce qui est primordial pour US-Bangla ».

 Grâce à sa flotte régionale, US-Bangla connecte l’ensemble du Bangladesh et alimente son réseau international depuis Dacca. « Les bienfaits de la connectivité régionale sont avérés : une augmentation de 10% des vols régionaux menant à une augmentation de 6 % du PIB régional et de 8 % des investissements directs étrangers », conclut ATR.

Day two at #SGAirshow20 and more great news.
US-Bangla Airlines is enlarging its ATR family with two more #ATR72-600 aircraft. These two aircraft will be leased by @AVATION_PLC.

More information here: https://t.co/MMm9Vm2K1t pic.twitter.com/FHX5BbECuQ

— ATR (@ATRaircraft) February 12, 2020

©ATR

Philippine Airlines dessert Paris via Londres

février 17, 2020 - 12:00pm

La compagnie aérienne Philippine Airlines propose désormais des vols entre Manille et Paris, via une escale à Londres sur British Airways.

La compagnie nationale des Philippines propose actuellement cinq vols par semaine entre sa base à Manille-Ninoy Aquino et l’aéroport de Londres-Heathrow, opérés en Airbus A350-900 pouvant accueillir 30 passagers en classe Affaires, 24 en Premium et 241 en Economie. Suite à une modification des horaires, Philippine Airlines « a le plaisir » de pouvoir vendre cette ligne en aller retour depuis « la plupart des villes européennes », et ce sur tous les vols de la saison été 2020, à partir du 29 mars. Elle dispose en effet d’un « accord » avec British Airways permettant de rejoindre Heathrow pour attraper ses vols (vol BA à réserver en classe V ou O), y compris au départ et à destination de Paris-CDG.

©Philippine Airlines

Fondée en 1941, Philippine Airlines est la première compagnie à avoir vu le jour en Asie. Certifiée 4 étoiles par Skytrax, elle exploite ses vols vers 43 destinations dans le monde via Manille (42 destinations), Cebu (2 destinations), Clark (1 destination), Tagbilaran (1 destination) et 34 destinations domestiques. Elle a déjà annoncé pour mai prochain l’ouverture d’une nouvelle liaison vers Seattle.

Sa flotte est composée de 85 appareils : six Airbus A350-900, 22 A330-300, six A321neo, 36 A321ceo, 19 A320-200, dix Boeing 777-300ER et cinq De Havilland Q400.

Membre du BSP France sous le code PR-079, Philippine Airlines est représentée par APG et disponible sur les principaux GDS (Amadeus, Travelport, Sabre) et commissionne à 1% au BSP.

©Airbus

Delta Air Lines: une livrée spéciale pour les employés (vidéo)

février 17, 2020 - 11:00am

Les noms de plus de 90.000 employés de la compagnie aérienne Delta Air Lines forment le mot « Thank You » (merci) sur le fuselage d’un de ses Airbus A321. La livrée spéciale a été dévoilée le jour où les salariés se sont partagé 1,6 milliard de dollars au titre de la participation aux bénéfices.

La compagnie aérienne américaine a commencé à verser le 14 février 2020 plus d’un milliard de dollars en participation aux bénéfices, « célébrant les réalisations exceptionnelles rendues possibles par ses employés dans le monde entier ». Le pool de participation aux bénéfices de 1,6 milliard de dollars – un record pour une entreprise basée aux États-Unis – se traduit par un paiement de 16,7% pour les employés éligibles. Delta Air Lines « ne serait rien sans nos 90.000 employés dans le monde », a déclaré dans un communiqué le CEO Ed Bastian. « Ils méritent bien tout le crédit de notre succès, et nous sommes fiers de reconnaître leur travail extraordinaire avec un paiement de 1,6 milliard de dollars – marquant la sixième année consécutive que la participation aux bénéfices de Delta a dépassé le milliard de dollars ».

Lors d’une célébration de ce partage des bénéfices dans sa base à l’aéroport d’Atlanta, les dirigeants de Delta ont dévoilé « un autre symbole de l’appréciation de la société » : une livrée personnalisée avec les 90.000 noms d’employés, accompagnée d’un message selon lequel l’A321 (N391DN) est « dédié aux meilleurs employés et clients du monde ». Le message de remerciement personnalisé a été conçu, produit et installé en interne par des gens de Delta. Le processus – qui comprenait 48 panneaux de décalcomanies personnalisés – a pris plus d’une semaine pour se terminer à l’imprimerie et au hangar Delta TechOps à Atlanta.

Delta unveiled a special livery this morning featuring the names of ALL 90,000 Delta employees worldwide. The airline distributed a cool $1.6 BILLION in profit sharing to its employees. pic.twitter.com/ur1loJDaWt

— Ben Bearup (@TheAviationBeat) February 14, 2020

La compagnie de l’alliance SkyTeam a versé plus de 6,5 milliards de dollars de bénéfices directement à ses employés au cours des cinq dernières années – un jalon qu’aucune autre entreprise n’a jamais atteint. Delta Air Lines « reste fidèle à sa promesse de prendre soin de ses employés, de ses clients et du monde que nous partageons tous ». Dans ce cadre, Delta a également annoncé un investissement de 1 milliard de dollars pour faire avancer la durabilité dans le transport aérien et devenir la première compagnie aérienne neutre en carbone au monde.

©Airbus

EgyptAir: Sharm el Sheikh – Londres et A320neo

février 17, 2020 - 10:00am

La compagnie aérienne EgyptAir relancera à la fin du mois une liaison entre Sharm-el-Sheikh et Londres, abandonnée il y a plus de sept ans. Elle a pris possession de son premier Airbus A320neo.

D-s le 29 février 2020, la compagnie nationale égyptienne proposera de nouveau une liaison entre la station balnéaire et la capitale britannique, avec un vol tous les samedis entre Charm el Cheikh et l’aéroport de Londres-Gatwick opérés en Boeing 737-800 bi-classe. Les départs sont programmés selon Airlineroute le samedi à 16h55 pour arriver à 21h30, les vols retour quittant la Grande Bretagne à 22h40 pour se poser le lendemain à 4h55.

EgyptAir sera en concurrence entre les deux villes avec TUI Airways et en septembre prochain avec la low cost easyJet, qui aura déjà relancé un premier vol entre Manchester et la ville égyptienne en juin. Il s’agira de la première liaison d’EgyptAir entre Sharm el Sheikh et l’Europe occidentale depuis l’attentat en novembre 2015 l’avion de Metrojet (elle reliait la station balnéaire à Heathrow jusqu’en octobre 2012). Elle se pose actuellement à Londres-Heathrow au départ du Caire et de Louxor, et ne dessert pas Gatwick.

Côté flotte, la compagnie de Star Alliance a accueilli dans sa base du Caire un Airbus A320neo, le premier d’une commande de huit A320neo et sept A321neo (tous pris en leasing chez AerCap). Immatriculé SU-GFJ et configuré pour accueillir 16 passagers en classe Affaires et 126 en Economie, le monocouloir remotorisé devrait être suivi « rapidement » par deux autres ; Egyptair est opérateur de lancement de l’A320neo en Afrique « continentale ».

« Nous sommes très heureux de livrer à EgyptAir leur premier A320neo et de faire partie de leur plan de modernisation de la flotte », a déclaré dans un communiqué Aengus Kelly, CEO de la société de leasing AerCap. « Nous souhaitons plein succès à l’équipe alors qu’elle poursuit son cheminement vers la réalisation de ses ambitions de croissance durable avec l’ajout des avions les plus modernes et les plus économes en carburant ».

GOOD TO KNOW| @EGYPTAIR takes delivery of its first #A320neo

✈️ #Egyptair réceptionne le premier des quinze Airbus de la famille A320neo

Cette acquisition est le premier des quinze unités conclus avec #AerCap, en novembre 2017 en marge
Lire plus https://t.co/6aW3LM4rAx pic.twitter.com/ZDB73i4OJy

— NewsAero_Africa (@News_aero) February 15, 2020

EgyptAir dessert plus de 70 destinations, dont l’Afrique, l’Asie-Pacifique, les Amériques du Nord et le Moyen-Orient, avec une flotte de 68 avions dont quatre A320 et huit des douze A220-300 attendus, ainsi que 39 Boeing 737-800 en ce qui concerne le moyen-courrier. Son carnet de commandes inclut également un cinquième A330-300 et deux Boeing 787-9 supplémentaires (six déjà en service).

Rappelons que dans le cadre de sa restructuration, elle a fusionné avec sa filiale EgyptAir Express en novembre dernier. EgyptAir a transporté plus de neuf millions de passagers l’année dernière, et a enregistré un bénéfice net de 60 millions de dollars au cours de l’exercice 2018/2019.

©Elio Lecellier

USA : la future low cost Avatar veut 30 Boeing 747

février 17, 2020 - 9:00am

La compagnie aérienne Avatar Airlines veut se relancer sur le modèle low cost, et annonce avoir signé une lettre d’intention (LOI) portant sur trente Boeing 747-8i – dont les performances en matière de consommation sont bien loin de celles des monocouloirs actuels voire du 787 Dreamliner.

L’annonce de la compagnie basée à Boca Raton en Floride, avec une valeur estimée à 10 milliards de dollars et des livraisons dans trois à cinq ans, ne l’engage à rien : elle précise dans son communiqué du 3 février 2020 vouloir d’une part « maintenir le 747 en vie », et d’autre part que Boeing abandonne la recherche du « luxe long-courrier » et se concentre sur une le coût unitaire « ce qui résulterait en plus de monde prenant l’avion avec moins d’avions dans le ciel ». La LOI reste soumise à l’exécution d’un accord formalisé ; « étant donné le stade actuel d’Avatar, les circonstances et les délais entourant la production du -8 », le but de la lettre d’intention est « d’exprimer l’intérêt d’Avatar pour les acquisitions ci-dessus, d’évaluer l’intérêt de la part de Boeing, et s’il est intéressé, d’engager un dialogue significatif et finaliser la transaction ».

Avatar Airlines, qui a déposé des demandes d’autorisations en novembre dernier, explique qu’elle compte proposer un modèle « ultra low fare » (comme Spirit Airlines par exemple) et opérer des vols sans escale « vers et depuis les marchés à haute densité à l’intérieur des Etats-Unis continentaux, en utilisant initialement des 747-400 configurés pour accueillir 581 passagers (dont 42 en classe Affaires sur l epont supérieur). Son plan « s’écarte radicalement des concurrents actuels low cost qui tirent leurs bénéfices entièrement des passagers en utilisant des avions plus petits et moins confortables, et en leur faisant payer ce qui était auparavant inclus dans le prix du billet d’avion (choix du siège, bagage etc.) ». Le Jumbo Jet permettra selon Avatar d’offrir des tarifs réguliers « tout compris » tels que « 49 $ entre New York et Miami, ou 79 $ de la Californie à New York », augmentant les marchés pour les voyageurs occasionnels en créant de nouveaux pour ceux qui ne voyagent pas du tout.

En n’utilisant que des 747, Avatar Airlines compte aussi gagner de l’argent en commercialement l’espace cargo non disponible dans les avions de ses concurrentes, ou en faisant de la publicité sur le fuselage et dans la cabine entre autres possibilités. La compagnie aérienne cherche actuellement quatorze Boeing 747-400 pour lancer ses opérations, avec à la clé la recherche de 300 millions de dollars d’investissements ; le 747-8i en sera « le successeur idéal » puisqu’il entrainera une baisse des coûts de fonctionnement.

La low cost lancée en 1992 sous le nom de Family Airlines n’avait jamais volé (elle parlait déjà à l’époque d’opérer jusqu’à cinq 747), disparaissant une première fois un an plus tard au milieu d’accusations de fraude par ses propriétaires. Une nouvelle tentative avait été lancée en 2008 (« 12 747 » déjà en configuration 581 sièges), sans plus de succès, avant que le nom Avatar Airlines soit dévoilé en 2010.

Fin décembre 2019, le carnet de commandes de Boeing comptait encore 17 exemplaires 747 au total, tous en version 747-8F (les 47 747-8i commandés ayant tous été livrés).

©Avatar Airlines

©Torsten Maiwald

USA : le COMAC C919 privé de moteurs CFM ?

février 17, 2020 - 8:30am

Washington réfléchirait à l’interdiction pour General Electric d’exporter sa technologie vers la Chine, empêchant ainsi CFM International de fournir les moteurs du COMAC C919 en pleine certification.

Après l’augmentation des droits de douane sur les Airbus importés aux Etats-Unis, l’administration américaine a trouvé une autre cible étrangère : rapporté le 16 février 2020 par le Wall Street Journal, l’interdiction à l’étude concernerait d’abord la livraison du LEAP-1C produit par GE et Safran, mais aussi des commandes de vol fournies par Honeywell. Des licences d’exportation ont été accordées à CFM International depuis 2014, la dernière en mars dernier (entre 2010 et début 2020 chez Honeywell). Mais la Maison Blanche craindrait que les entreprises chinoises se livrent au « reverse ingeneering » et copient les moteurs franco-américains, inondant alors le marché mondial de leurs moteurs et « portant atteinte aux intérêts américains ».

Aucune des parties n’a commenté officiellement l’information, mais General Electric aurait fait connaitre son opposition à la manœuvre, arguant que ses moteurs sont déjà présents en Chine depuis des années (notamment les versions du LEAP équipant les monocouloirs Airbus ou Boeing, y compris dans les flottes de compagnies aériennes chinoises) sans preuve d’une moindre tentative de copie – qui serait de toute façon « extrêmement difficile ». 1545 moteurs CFM sont en service dans la seule Asie-Pacifique, annonçait lors du Salon de Singapour, et plus de 1380 ont été commandés.

Air Austral: New York avec Kenya Airways et sortie d’Air Madagascar

février 17, 2020 - 8:00am

La compagnie aérienne Air Austral devrait lancer prochainement une liaison entre La Réunion et Nairobi, avec à la clé un partage de codes avec Kenya Airways permettant à ses passagers de rejoindre New York. Trois ans après son arrivée dans le capital d’Air Madagascar, la sortie serait sur le point d’être finalisée.

Le transport aérien de l’Océan indien bouge : la compagnie française basée à l’aéroport de Saint Denis-Roland Garros aurait selon clicanoo obtenu le feu vert des autorités d’une part pour ouvrir une nouvelle liaison vers l’aéroport de Nairobi-Jomo Kenyatta, une ligne inexistante aujourd’hui, et d’autre par proposer en partage de codes avec Kenya Airways un Saint-Denis – New York-JFK via la capitale kenyane. La décision a été « transmise à la Direction générale de l’aviation civile », précise le site réunionnais à qui la direction d’Air Austral a déclaré « se féliciter de cette autorisation » et « étudier l’ouverture d’autres destinations supplémentaires ». Aucune date de lancement des vols vers Nairobi n’est avancée ; la ligne directe entre Nairobi et New York-JFK avait été inauguré par Kenya Airways en octobre 2018.

Air Austral a toutefois précisé : « il n’y a pas d’accord pour l’instant avec une compagnie kenyane. Ce projet est à l’étude. Il y a encore beaucoup de travail à réaliser pour aboutir à un partenariat ». Elle avait pourtant signé en décembre 2018 un accord de partenariat privilégié (Privileged Partnership Agreement, PPA) avec Kenya Airways et Air Madagascar, qui prévoyait entre autres des accords de partage de codes dont un avec Air Austral sur la ligne Réunion – Nairobi « avec une escale intermédiaire qui reste à être définie », le tout devant être mis en place l’année dernière.

Mais cette alliance à trois a aussi du plomb dans l’aile, notamment dans le partenariat stratégique liant Air Austral à Air Madagascar signé il y a plus de deux ans : selon Jeune Afrique, la compagnie réunionnaise prépare son retrait du capital de la compagnie malgache, « au travers d’un échange d’actions ». Détenant aujourd’hui 44% des actions, Air Austral « négocie actuellement sa sortie avec la Caisse nationale de protection sociale malgache (CNAPS) et le groupe industriel Rajabali » qui doivent reprendre sa participation.

A l’époque, le PDG d’Air Austral Marie Joseph Malé exprimait sa « fierté pour Air Austral, qui entre aujourd’hui au capital d’Air Madagascar et contribue ainsi, en tant que partenaire stratégique, à bâtir avec elle, en coopération, un nouvel avenir pour le désenclavement de nos deux pays (…). Beaucoup de travail nous attend avec d’importants efforts à fournir pour les 3 années à venir ». Le ministre malgache des finances Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona soulignait de son côté : « Il est important de rappeler que l’Etat va se désengager entièrement d’Air Madagascar à partir de 2018 en termes de subventions diverses. Nous sommes, ainsi, convaincus que grâce à ce nouveau partenariat, le redressement de la compagnie Air Madagascar sera assuré par une gestion performante ». Un espoir désormais abandonné.

©Air Austral

Coronavirus : Air Madagascar, groupe Lufthansa, évacuations…

février 17, 2020 - 7:30am

Les reports des dates de retour en Chine se sont multipliés ces derniers jours, par Air Madagascar et le groupe Lufthansa entre autres, l’épidémie du coronavirus Covid-19 n’étant toujours pas enrayée. Côté évacuations, deux avions cargos américains sont repartis du Japon après avoir récupéré des passagers du Diamond Princess, mais Malaysia Airlines a annulé trois des quatre vols prévus vers Sihanoukville après qu’une Américaine présente à bord du Westerdam a été testée positive.

Alors que le bilan de l’épidémie atteignait le 16 février 2020 1770 morts en Chine continentale, plus de 70.000 personnes contaminées et plus de 10.800 « sorties de l’hôpital » (dans les 28 autres pays et territoires affectés, 5 personne sont mortes),  Air Madagascar a annoncé vendredi avoir reporté au 30 avril 2020 une éventuelle reprise de ses vols entre Antananarivo-Ivato et l’aéroport de Guangzhou-Baiyun. La ligne avait été suspendue dès la fin janvier, jusqu’au début du mois prochain.

« Les dispositions mises en place par la compagnie pour les passagers ayant déjà effectué l’achat de leurs billets pour un voyage durant cette période restent inchangées », explique la compagnie nationale malgache dans un communiqué : modification sans frais de leurs dates de voyage, ou remboursement intégral de leur billet (sur les tronçons non utilisés). Air Madagascar « reste très attentive à l’évolution de la situation, en contact étroit avec les autorités concernées, et tiendra sa clientèle et le public informés d’une éventuelle nouvelle reconduction de la suspension ».

Chez le groupe Lufthansa, « la sécurité de ses passagers et de ses employés est une priorité absolue » : après une « évaluation approfondie de toutes les informations actuellement disponibles », il a décidé de prolonger jusqu’au 28 mars, fin de l’horaire d’hiver, la suspension de ses lignes vers les aéroports de Pékin et Shanghai-Pudong, soit un mois de plus que prévu jusque là. Les vols de Lufthansa au départ de Francfort ou Munich, de Swiss International Air Lines au départ de Zurich et d’Austrian Airlines au départ de Vienne sont concernés, les vols de la compagnie allemande vers Nanjing, Shenyang et Qingdao ayant déjà été suspendus jusqu’à la fin de l’horaire d’hiver.

« En raison de la situation actuelle de la demande de vols à destination et en provenance de Hong Kong », de « légers ajustements de capacité » seront effectués: pour Lufthansa, certains vols seront annulés. SWISS utilisera des avions plus petits sur ses vols à destination et en provenance de Hong Kong en mars (A340-300 au lieu de 777-300ER).

Les passagers dont le vol a été annulé peuvent bien entendu effectuer une nouvelle réservation gratuitement ou être remboursés du prix de leur billet. Ces réglementations s’appliquent aux passagers avec un billet émis par Lufthansa, SWISS ou Austrian Airlines et pour les vols avec un numéro de vol LH, LX ou OS. Le groupe de Star Alliance « continuera de suivre la situation et est en contact avec les autorités responsables ».

#LATEST on #COVID19 outbreak in China, as of Feb 16:
– 70,548 confirmed cases in Chinese mainland
– 1,770 deaths
– 10,844 discharged from hospital pic.twitter.com/OY2YPE7its

— People's Daily, China (@PDChina) February 17, 2020

Côté rapatriements des ressortissants étrangers en particulier sur les bateaux de croisière, les 747 cargo de Kalitta Airways, mobilisés depuis le début de la crise, ont décollé ce lundi matin de Tokyo-Haneda à destination de bases de l’US Air Force à San Antonio au Texas et Fairfield en Californie. A bord se trouvent 201 passagers du Diamond Princess bloqués à Yokohama depuis le 5 février. Dimanche, 355 passagers du paquebot avaient été déclarés infectés et hospitalisés ; seulement 1219 personnes avaient pu être testées faute de moyens humais et matériels, sur les 3711 passagers et membres d’équipage.

Au Cambodge où le paquebot Westerdam avait fini par accoster après avoir été refusé par d’autres pays, une passagère américaine de 83 ans (rapatriée vendredi soir dans un 737-800 de Malaysia Airlines entre Sihanoukville et Kuala Lumpur) a été testée positive. Malaysia Airlines a donc annulé hier les trois vols charters suivants à la demande du gouvernement malaisien, seuls 145 personnes ayant été évacuées vers la Malaisie sur les 2257 qui se trouvaient à bord du cargo. Les autres passagers du vol en question auraient déjà continué leur chemin.

On retiendra aussi que Cathay Pacific a depuis ce lundi matin fermé plusieurs salons dans sa base à l’aéroport de Hong Kong (The Bridge, The Deck et The Pier First Class Lounge) en raison de la baisse de la demande, les autres restant ouverts (elle a déjà réduit considérablement la voilure). British Airways aurait de son côté supprimé la distribution de serviettes chaudes à bord de ses vols, afin de répondre à l’anxiété des passagers et des membres d’équipage.

©Cathay Pacific

Tempête Dennis : chaos dans les aéroports britanniques (vidéos)

février 17, 2020 - 7:00am

Le passage de la tempête Dennis ce weekend a entrainé l’annulation de plusieurs centaines de vols, principalement par les compagnies aériennes easyJet et British Airways. Pour le plus grand malheur de dizaines de milliers de passagers qui devaient partir en vacances, et pour le plus grand bonheur des spotters qui ont pu filmer des images impressionnantes d’atterrissages et de décollages.

La low cost easyJet avait annulé préventivement plus de 350 vols depuis le 15 février 2020, y compris en direction de Genève, du Maroc ou des Canaries, en raison de l’arrivée d’une nouvelle tempête une semaine après le passage de Ciara. L’aéroport de Londres-Gatwick à lui seul a enregistré plus de 100 vols annulés, ceux de Luton, Bristol, Southend, Newcastle et Edimbourg étant également affectés.

British Airways a de son côté annulé une cinquantaine de vols principalement à Londres-Heathrow, où des avions d’Air France, Aer Lingus Lufthansa ou Swiss n’ont également pas pu décoller. Le premier aéroport européen a en outre subi dimanche une panne technique touchant les panneaux d’affichage des vols, créant le chaos dans les quatre terminaux. Les passagers au départ tout comme ceux attendant leurs bagages ont été affectés. Les employés d’Heathrow ont été contraints de noter au marker la liste des départs et les portes correspondantes. Le retour à la normale était annoncé en fin de soirée.

Good luck to all the remaining passengers relying on the white boards! #Heathrow! pic.twitter.com/VWTMv4sHe4

— Anna Williams (@Annajsays) February 16, 2020

La tempête Dennis a aussi entrainé les habituelles images impressionnantes d’atterrissages et de décollages par vent de travers, en particulier celle d’un Airbus A380 d’Etihad Airways arrivant d’Abou Dhabi et se posant à Londres-Heathrow.

©LHR Airports Ltd.

Pages