Actualités de Air-Journal

S'abonner à flux Actualités de Air-Journal
Un média sur le transport aérien
Mis à jour : il y a 2 heures 22 min

Tourisme : Hurghada en Egypte accessible cet hiver au départ de Lyon et Sarrebruck

il y a 4 heures 53 min

A partir du 25 octobre prochain et pour la première fois, la station balnéaire égyptienne Hurghada sera desservie au départ de l’aéroport de Lyon-St Exupéry en vols réguliers, proposés par la compagnie turque SunExpress.

Ces vols seront opérés tous les lundis à partir du 25/10/21 et jusqu’au 21/03/22. Horaires de vol (heure locale) :
– Lyon-Hurghada : départ 13h20 / arrivée 19h35
– Hurghada-Lyon : départ 07h55 / arrivée 12h20

Les billets sont disponibles sur www.sunexpress.com. Avec cette nouveauté, SunExpress poursuit son développement au départ de Lyon-St exupéry après le lancement de la liaison saisonnière vers Kayserie cet été, en plus des vols déjà opérés vers Antalya et Izmir et assoit sa présence commerciale à Lyon, y compris en hiver.

Bonne nouvelle pour les Français frontaliers avec l’Allemagne : l’aéroport allemand de Sarrebruck (SCN), la capitale fédérale du Land de la Sarre, sera reliée à Hurghada à partir du 5 octobre. La liaison régulière sur toute l’année sera opérée par la low cost turque Corendon Airlines avec un vol hebdomadaire, tous les mardis. Les réservations sont disponibles sur www.corendonairlines.com.

De plus, Corendon Airlines desservira les îles Canarie, Grande Canarie et Fuerteventura en plus d’Antalya au cours de l’hiver prochain. C’est la première fois qu’il y a trois destinations l´hiver au départ de Sarrebruck.

@Corendon Airlines

Bangkok : le terminal 2 de l’aéroport Suvarnabhumi inauguré en 2022

il y a 5 heures 23 min

Alors que le pays est encore fermé aux voyageurs étrangers et que la pandémie de Covid-19 n’est pas maîtrisée localement, les autorités thaïlandaises voit grand pour l’aéroport international Suvarnabhumi de Bangkok en 2022.

Le deuxième terminal est achevé à 100 % et devrait « ouvrir ses portes en 2022« , avec une capacité de 20 millions de passagers par an, portant la capacité totale de Bangkok-Suvarnabhumi à 60 millions de passagers, a annoncé l’autorité des Aéroports de Thaïlande (AOT).

Ce terminal appelé SAT-1 (satellite 1), qui a coûté 9,2 milliards de bahts (2,3 milliards d’euros), dispose de 28 portes dont 8 pour les super-jumbos de taille Code F (tels que A380 et B747-8, etc.) et 20 parkings pour les avions de taille Code F et E. Il dispose aussi de deux voies de circulation parallèles pour accueillir simultanément des départs et des arrivées. La superficie totale des infrastructures est d’environ 960 000 mètres carrés.

@AOT

Il est prévu que seules deux compagnies thïlandaises, la privée Bangkok Airways et la nationale Thai Airways, desserviront SAT-1. Un train APM (automatic people mover, transport automatisé sans pilote) transportera les passagers entre le terminal principal et le terminal satellite, couvrant une distance de 1 kilomètre en 2 minutes environ et transportant jusqu’à 210 passagers par navette, soit 5 900 passagers par heure.

Une troisième phase d’agrandissment de Bangkok-Suvarnabhumi est déjà prévue, avec la construction d’une troisième piste de 3 700 mètres et l’augmentation de la capacité d’accueil totale du premier aéroport de la capitale thaïlandaise à 90 millions de passagers par an.

@AOT

Incivilité : les équipages américains réclament plus de sévérité et moins d’alcool à bord

il y a 7 heures 23 min

Aux États-Unis, pour limiter les incivilités dans les avions, souvent liées au port du masque depuis la pandémie de Covid-19, les représentants des personnels navigants demandent aux autorités de poursuivre plus sévèrement les passagers perturbateurs, de limiter l’alcool ou d’établir une liste nationale des voyageurs interdits de vol.

Pour Sara Nelson, présidente du syndicat des membres d’équipage AFA-CWA, il faut se montrer plus sévère et «poursuivre au pénal» les cas les plus graves. L’alcool empirant parfois la situation, elle recommande aussi de nouvelles règles limitant la vente d’alcool dans les aéroports et en cabine, notamment les cocktails à emporter proposés par certains bars.

Alors que chaque compagnie aérienne américaine établit sa propre liste de passagers interdits de vol, les noms des personnes concernées ne sont pas partagés. «Peut-être pourrait-on demander à la FAA de créer une liste commune», a suggéré le président de la commission en charge des transports de la Chambre des représentants, Peter DeFazio.

Selon la FAA (Federal Aviation Administration, l’agence chargée de réguler l’aviation américaine), les compagnies ont officiellement rapporté 4385 cas depuis janvier, 73% d’entre eux étant liés au port du masque, obligatoire, sauf pour boire et manger. Des passagers ont crié, proféré des grossièretés, parfois frappé l’équipage et/ou d’autres passagers.

La fréquence des incidents a diminué de moitié en septembre par rapport à janvier, mais reste deux fois plus importante qu’à fin 2020, a souligné la FAA, qui a durci les pénalités. Elle a prévu plusieurs sessions de travail au cours des prochaines semaines, avec les divers acteurs du secteur dont les représentants des personnels navigants, afin «d’identifier les mesures supplémentaires» pouvant être prises pour réduire encore le nombre d’incidents.

Nothing like a morning Fight Club as tempers flared on @AmericanAir LAS-CLT flight today….So much for social distancing! #AAFightClub @thefatjack pic.twitter.com/NN9lj8enbf

— Caryn Ross (@SuperSassyMama) August 17, 2020

Flight attendants restrained a passenger to his seat with duct tape during a Frontier Airlines flight last week. https://t.co/YLloHYldi8 pic.twitter.com/nGHHIUggK9

— USA TODAY (@USATODAY) August 5, 2021

Danger aviaire : Brussels Airport teste des drones pour effaroucher les oiseaux

il y a 8 heures 23 min

Normalement, les drones sont interdits sur les zones aéroportuaires, étant donné qu’un drone représente un réel danger pour les avions de ligne. Cependant, les usagers peuvent en observer à Brussels Airport, ce dernier teste des drones pour chasser un autre danger : les oiseaux.

Depuis le 9 septembre, un drone, piloté par la société Citymesh, est utilisé à des fins de contrôle des oiseaux afin de les détecter, les suivre et, si nécessaire, les éloigner de l’aéroport bruxellois. La Bird Control Unit de Brussels Airport circule régulièrement sur le terrain de l’aéroport pour prévenir et surveiller la présence d’animaux et pour les maintenir à une distance sûre.

Au vu de la large superficie de l’aéroport bruxellois et du fait que certaines zones sont moins facilement accessibles en voiture, un drone peut s’avérer utile pour inspecter le terrain de l’aéroport. Le drone est utilisé à des fins de contrôle, d’inspection et d’identification de la position des oiseaux et autres animaux. De plus, il est équipé d’un haut-parleur qui reproduit les sons des oiseaux de proie, ce qui aura un effet dissuasif naturel sur les oiseaux. Le but du test est de déterminer si l’utilisation d’un drone pour ces tâches permet d’accroître l’efficacité et d’évaluer les possibilités d’utilisation d’un drone lors des opérations aéroportuaires normales.

« Les tests se déroulent dans des conditions sûres, pendant les opérations normales et n’auront aucun impact sur le trafic aérien« , déclare Brussels Airport, qui réalise ces tests de drones anti-aviaire avec l’autorise de skeyes, l’organisme de contrôle aérien belge.

« Les vols des drones sont réalisés dans des conditions de sécurité optimales, dans le respect des procédures de coordination opérationnelles efficientes et réactives établies en étroite collaboration entre les contrôleurs aériens de la tour de contrôle skeyes et le personnel du Airport Operations Centre à Brussels Airport. Le drone est utilisé pendant des opérations normales et ne fonctionne qu’à une distance sûre des avions et entre les opérations de décollage et d’atterrissage. Les opérations de l’aéroport et l’utilisation des pistes ne sont pas impactées par ces tests« , sprécise le gestionnaire.

impact oiseau @capture Twitter

ITA : déjà un premier conflit social avant son décollage

il y a 8 heures 53 min

Les syndicats du secteur aérien italien ont appelé à poursuivre les manifestations à l’aéroport Rome-Fiumicino contre ITA (Italia Trasporto Aereo), destinée à remplacer le 15 octobre prochain la compagnie historique Alitalia, pour protester contre les salaires inférieurs et les conditions d’embauche de la nouvelle compagnie aérienne.

Le conflit porte sur le processus d’embauche des anciens salariés d’Alitalia par ITA : la direction d’ITA veut les recruter sur des critères professionnels ; les syndicats, cependant, veulent négocier qui entre à ITA et réclament l’application pleinement des conventions collectives. En outre, les syndicats refusent que les salaires proposés par ITA soient  inférieurs à ceux d’Alitalia (en moyenne 10 à 15% et jusqu’à 38% pour le personnel navigant). Quelques 2 800 salariés d’Alitalia, qui en comptait quelque 11 000, pourraient être repris par ITA à son décollage cette année (et 5 750 de plus en 2022).

Réunis la semaine dernière à Rome, la direction et les syndicats ne sont parvenus à aucun accord. Face à l’impasse, une commission parlementaire va être créée pour arbitrer le conflit. Selon la presse italienne, les syndicats sont conscients que le gouvernement de Rome est derrière ITA et qu’il finira par ordonner à la direction de s’orienter dans un sens ou dans l’autre. 

Rappelons qu’ITA desservira à son lancement le 15 octobre 45 destinations avec 61 liaisons (et d’ici 2025 74 destinations avec 89 liaisons).

©Alitalia

Emirates augmente sa capacité en déployant plus d’A380

il y a 9 heures 23 min

Emirates prévoit de rétablir 70 % de sa capacité d’ici la fin de l’année, en remettant notamment en service plus de 50 Airbus A380, appareil emblématique de la flotte de la compagnie de Dubaï.

Ses A380 desserviront au total 27 destinations d’ici fin novembre -contre 16 destinations actuellement. L’ajout de 11 destinations en A380 et l’augmentation des fréquences vers les villes déjà desservies vont permettre à Emirates de transporter près de 165 000 passagers supplémentaires.

Au cours des six prochaines semaines donc, Emirates rétablira le service de l’A380 vers des destinations de loisirs et d’affaires telles qu’Amsterdam, Barcelone, Düsseldorf, Hambourg, Johannesbourg, Madrid, Milan, Riyad (sous réserve des autorisations gouvernementales), Sao Paulo et Zurich. Elle ouvrira également une ligne à destination d’Istanbul, encore jamais desservie par le super-jumbo, prévue pour le 1er octobre : il s’agira de la toute première exploitation d’un A380 en Turquie. Pour rappel, elle dessert déjà Paris-CDG en A380 à raison de deux vols quotidiens.

Exploitant la plus grande flotte d’A380 au monde, Emirates disposera un total de 118 super-jumbos à la fin de l’année, dont six équipés des sièges de la nouvelle cabine Économie Premium, pour proposer quatre classes de voyage (14 en Première, 76 en classe Affaires, 56 en Économie Premium et 338 en Économie). Actuellement, la compagnie de Dubaï dessert plus de 120 destinations, soit 90 % de son réseau pré-pandémie.

@Emirates

Hainan Airlines : ses dirigeants arrêtés pour «crimes illégaux présumés»

il y a 10 heures 23 min

Le groupe chinois HNA, propriétaire de la compagnie Hainan Airlines, a annoncé que son président Chen Feng et son directeur général Tan Xiangdong avaient été interpellés par la police chinoise qui les soupçonnent d’avoir commis plusieurs délits.

«Des mesures ont été prises en conformité avec la loi, pour des crimes illégaux présumés», a indiqué vendredi HNA dans un communiqué, sans détailler les faits reprochés à ses deux dirigeants. «Les opérations du groupe HNA et de ses filiales sont stables et en bon ordre, et le travail de liquidation et de restructuration progresse de manière fluide conformément à la loi», a ajouté le conglomérat, qui a été placé en faillite en février dernier.

Créé en 1993, le groupe privé HNA, qui s’est bâti autour de la compagnie aérienne Hainan Airlines, a engagé dans les années 2010 une vague d’acquisitions à travers le monde pour plus de 50 milliards de dollars, principalement financée par la dette, afin de bâtir un empire avec des participations dans des sociétés comme Deutsche Bank ou Hilton Worldwide. Pour rembourser ses créanciers, il a cédé des actifs comme le groupe de services aux aéroports Swissport ou le distributeur d’électronique Ingram Micro afin de se recentrer sur les secteur de l’aérien et du tourisme.

Aujourd’hui endetté à hauteur de 397,2 milliards de yuans (61,43 milliards de dollars), HNA a annoncé un plan de restructuration. Ses onze entités seront réorganisées en quatre divisions opérationnelles indépendantes et la plupart des passifs du groupe seront réduits via des échanges de dettes en fonds propres et des remboursements aux actionnaires.

©Hainan Airlines

SWISS : un programme hivernal avec 90 liaisons

il y a 10 heures 53 min

A la prochaine saison hivernale, SWISS (Swiss International Air Lines) desservira 90 liaisons au départ de Zurich et de Genève, soit une offre aussi large qu’avant la pandémie de Covid-19, mais la fréquence des vols est de moitié inférieure.

« L’objectif est de faire bénéficier les client/es du plus grand nombre possible de liaisons et de correspondances. L’étendue du service sera également renforcée par le maintien, cet hiver, d’un certain nombre de liaisons vers des destinations estivales classiques, notamment en Méditerranée et en Europe de l’Est« , annonce la comapgnie aérienne suisse, filiale du groupe allemand Lufthansa. Sur les 92 avions que compte la flotte de SWISS, le programme d’hiver porte à 47 le nombre d’avions court-courriers, auxquels s’ajoutent quatre avions exploités par Helvetic Airways en wetlease (affrètement avec équipage). SWISS exploitera par ailleurs 22 appareils sur les vols long-courriers.

Plus de 80 destinations au départ de Zurich
Cet hiver, SWISS prévoit de desservir 60 destinations court-courriers et 21 destinations long-courriers au départ de Zurich. Parmi les destinations court-courriers les plus fréquemment desservies au départ de Zurich figurent Berlin, Hambourg, Copenhague, Lisbonne, Londres, Malaga, Stockholm et diverses destinations d’Europe de l’Est telles que Kiev et Belgrade. Sur le segment long-courrier, l’accent sera mis notamment sur les métropoles de Chicago, Miami, New York, São Paulo, Dubaï, Johannesburg et Tel Aviv. L’offre comprend également cette année plusieurs destinations loisirs classiques qui seront également proposées en hiver. Il s’agit notamment d’Alicante, Malte, Marseille, Palerme et Thessalonique. Sarajevo et Tallinn continueront également à être desservis en hiver. La capitale albanaise Tirana, que SWISS a repris cet été de la compagnie sœur Edelweiss Air, le sera elle aussi.

26 destinations -dont New York- au départ de Genève
Au total 25 destinations européennes seront desservies au départ de Genève cet hiver. Parmi les destinations les plus fréquemment desservies figurent Athènes, Lisbonne et Porto. Les passager/es pourront également choisir parmi un certain nombre de destinations en partance de Genève qui n’étaient auparavant desservies qu’en été. Il s’agit notamment de Madère, Sharm El-Sheikh et Tenerife. SWISS proposera également cet hiver une nouvelle liaison directe entre Genève et la capitale danoise Copenhague. La saison des sports d’hiver fait l’objet d’une attention particulière pour SWISS au départ de Genève. SWISS proposera un large éventail de vols, notamment pour les passagers en provenance du Royaume-Uni et de Scandinavie. À partir de la mi-décembre, SWISS prévoit par ailleurs de reprendre son service long-courrier à destination de New York certains jours de la semaine. À partir du 14 décembre, jusqu’à quatre vols hebdomadaires sont prévus de Genève à destination de la Grosse Pomme.

Enfin, SWISS renforcera également son programme de vols lors des périodes de forte demande, notamment pour les fêtes de fin d’année et la saison des sports d’hiver. Le programme de vols la prochaine saison hivernale sera en vigueur du 31 octobre 2021 au 27 mars 2022 et sera publié en deux étapes pour faciliter la planification. Le premier planning inclut la période du 31 octobre au 16 janvier 2022 inclus. La publication et les ajustements pour la période allant de la mi-janvier à la fin mars sont prévus pour octobre. Les ajustements visant à stabiliser le programme de vols ainsi que sa publication impliqueront également l’annulation de vols initialement prévus. Les passagers dont le vol est annulé pourront effectuer gratuitement une nouvelle réservation ou se faire rembourser leur billet.

@Flughafen Zürich

Les talibans appellent les compagnies aériennes à desservir Kaboul

il y a 12 heures 23 min

Les talibans ont appelé hier à les compagnies aériennes étrangères à revenir à Kaboul, la capitale d’Afghanistan, assurant que tous les problèmes techniques du principal aéroport du pays étaient désormais résolus.

« Alors que les problèmes à l’aéroport international de Kaboul ont été résolus et que l’aéroport est pleinement opérationnel pour les vols intérieurs et internationaux, l’AIE [Émirat islamique d’Afghanistan, ndlr] assure toutes les compagnies aériennes de sa pleine coopération », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères des talibans, Abdul Qahar Balkhi.

Le porte-parole a expliqué que la suspension des vols internationaux avait laissé de nombreux Afghans bloqués à l’étranger et empêché les gens de voyager pour le travail ou les études. Son appel aux compagnies aériennes intervient alors que la nouvelle administration des talibans, arrivée au pouvoir par les armes le mois dernier, a intensifié ses efforts pour ouvrir le pays et obtenir une reconnaissance internationale après l’effondrement du gouvernement soutenu par l’Occident.

L’aéroport international de Kaboul, endommagé lors de l’évacuation de milliers d’Afghans dans la foulée du retrait des troupes américaines, a depuis été rouvert avec l’aide d’équipes techniques du Qatar et de Turquie. Mais à ce jour, seulement trois compagnies étrangères, Pakistan International Airlines, Mahan Air et Qatar Airways, desservent régulièrement la capitale afghane. Emirates Airlines, Turkish Airlines, Saudia et Air India seraient autorisées de nouveau à desservir Kaboul mais aucune n’a encore confirmé son programme.

@Carl Montgomery

 

Volcan aux Canaries : réouverture de l’aéroport de La Palma

il y a 13 heures 23 min

Vingt-quatre heures après avoir été mis à l’arrêt à cause des cendres dégagées par le volcan Cumbre Vieja, l’aéroport de l’île de La Palma a rouvert hier au trafic aérien après le nettoyage des pistes couvertes de cendres, a annoncé le gestionnaire aéroportuanire espagnol AENA.

Grâce au travail « de nettoyage des cendres » mené durant la nuit de samedi à dimanche, « l’aéroport de La Palma est de nouveau opérationnel », a indiqué l’AENA sur son compte Twitter. Les vols peuvent donc reprendre, « avec l’accord préalable » des autorités de contrôle aérien, a ajouté le gestionnaire, tout en conseillant aux voyageurs de consulter leur compagnie aérienne pour s’informer sur l’état de leur vol avant de se rendre à l’aéroport.

L’éruption du volcan Cumbre Vieja, dont le cône s’est effondré ce week-end, a provoqué la destruction de centaines de maisons et contraint à évacuer quelque 6 000 personnes. La fermeture temporaire de l’aéroport de l’île de La Palma, dans l’archipel des Canaries, avait provoqué de longues files d’attente au port de Santa Cruz de La Palma, les voyageurs cherchant à partir en ferry vers les îles voisines, notamment Tenerife. La compagnie de ferry Fred Olsen Express a indiqué hier qu’elle ajouterait une rotation entre La Palma et Tenerife de lundi à mercredi.

@Google Map

Aeroflot et Gazprom ensemble sur le carburant d’aviation durable

septembre 26, 2021 - 4:00pm

Aeroflot et Gazprom Neft ont signé un accord pour développer la production et l’utilisation de carburant d’aviation durable (« sustainable aviation fuel », SAF). L’accord est le premier du genre en Russie entre une compagnie aérienne et un producteur de carburant d’aviation.

Aeroflot et Gazprom Neft collaboreront à la production et à l’utilisation du SAF sur le marché russe. La compagnie aérienne russe dit dans son communiqué prévoir d’utiliser ce carburant durable sur les routes nationales et internationales, contribuant ainsi à réduire l’empreinte carbone des voyages en avion. « L’environnement est en train de devenir l’un des sujets les plus importants de l’industrie aéronautique, et il n’est devenu que plus urgent en raison de la pandémie », affirme Mikhail Poluboyarinov, PDG d’Aeroflot. « Le groupe Aeroflot a toujours porté une attention particulière à l’efficacité environnementale. En modernisant notre flotte et en exploitant des avions modernes, nous avons pu réduire notre empreinte carbone de 30 % au cours de la dernière décennie. Et il est gratifiant de savoir que notre filiale, Pobeda, qui est au cœur de notre stratégie de croissance, est déjà l’une des compagnies aériennes les plus vertes d’Europe. »

«L’accord que nous avons signé avec Gazprom Neft pour développer un carburant durable est la prochaine étape importante dans l’amélioration de notre efficacité environnementale. De nombreuses compagnies aériennes internationales ont commencé à tester le SAF et prévoient d’augmenter considérablement la part de SAF qu’elles utilisent au cours des 10 à 20 prochaines années. Alors que nous réaffirmons notre engagement envers les priorités environnementales de l’industrie aéronautique mondiale, il est également très important pour le groupe Aeroflot que l’utilisation du SAF soit non seulement respectueuse de l’environnement, mais également économiquement viable. »

Alexander Dyukov, président du conseil d’administration de Gazprom Neft, compte de son côté sur une tendance affirmée dans le carburant vert : « Tant au pays qu’à l’étranger, nous constatons une demande potentiellement importante de l’industrie aéronautique pour le carburant vert, compte tenu de l’objectif de réduire l’intensité carbone des voyages aériens. Grâce à ses capacités techniques et scientifiques, Gazprom Neft est en mesure de jouer un rôle actif dans le développement d’un tel produit. Le principal site de recherche sera le Centre de technologie des innovations industrielles de Gazprom Neft à Saint-Pétersbourg. Et notre partenariat avec la plus grande compagnie aérienne de Russie ne fera qu’améliorer le processus de développement de carburant d’avion à faible émission de carbone. »

Le SAF est un carburéacteur avancé certifié sans danger pour l’environnement. Il est issu de végétaux ou de déchets biologiques et permet de réduire les émissions de CO jusqu’à 80 % par rapport aux carburants aéronautiques conventionnels. Dans l’aviation commerciale, le carburant durable est généralement utilisé dans un mélange, c’est-à-dire avec du kérosène traditionnel.

L’utilisation du SAF est l’un des domaines de développement les plus prometteurs dans l’industrie aéronautique. « Les experts s’attendent à ce que l’utilisation de la SAF contribue de manière substantielle à la décarbonisation progressive du secteur », conclut leur communiqué.

©Boeing

Oman Air dit vouloir rejoindre l’alliance Oneworld

septembre 26, 2021 - 3:00pm

La compagnie aérienne nationale du sultanat d’Oman a demandé à Qatar Airways de l’aider à rejoindre l’alliance Oneworld.

La compagnie aérienne nationale Oman Air a déclaré ce dimanche qu’elle souhaitait rejoindre l’alliance Oneworld et qu’elle avait demandé à une autre compagnie aérienne du Golfe et membre de celle-là, en l’occurence Qatar Airways, de l’aider à postuler.  Un représentant d’Oman Air a en effet déclaré à Reuters que la compagnie aérienne souhaitait rejoindre l’alliance de 14 compagnies aériennes comprenant Qantas, American Airlines, British Airways et Cathay Pacific. « Oman Air a contacté Qatar Airways pour obtenir des conseils sur l’élaboration d’une analyse de rentabilisation et d’une stratégie solides pour une offre réussie », a-t-il déclaré.

Qatar Airways, dont le charismatique PDG Akbar Al Baker est depuis fin mai 2021 le président de Oneworld – succédant à Alan Joyce, PDG du groupe Qantas- détient des participations directes et indirectes dans trois membres de Oneworld. Qatar Airways et Oneworld n’ont jusqu’à maintenant pas commenté.

©Boeing

Air New Zealand abandonne le plastique à usage unique dans un nouvel essai

septembre 26, 2021 - 2:00pm

Air New Zealand va plus loin dans les éco-services en développant de nouveaux plateaux en cabine économique internationale, la mesure rentrant dans le cadre d’un nouvel essai visant à réduire les émissions de plastique et de carbone.

La compagnie aérienne a récemment testé deux matériaux différents, la bagasse (à base de fibres de canne à sucre) ainsi qu’une alternative aux couverts, en bois de bouleau sur quatre de ses vols Rarotonga. Le passage à une option de service plus durable a le potentiel de retirer environ 28 millions de plats et couteaux, fourchettes et cuillères en plastique à usage unique du vol chaque année, précise la compagnie néo-zélandaise. Leanne Geraghty, directrice de la clientèle et des ventes d’Air New Zealand, a expliqué que le moment était venu d’examiner les matériaux utilisés par la compagnie aérienne en vol. « Le service d’entretien volant d’aujourd’hui a été conçu il y a plus de dix ans. Conscients de l’impact de la pollution plastique, nous proposons un service d’entretien conçu pour les expériences culinaires du futur et de faibles quantités de plastique à usage unique. »

« Notre programme Future Aircraft Cabin Experience (FACE) est en marche depuis plusieurs années maintenant, travaillant sur l’expérience future de nos clients. Le COVID-19 nous a cependant donné une chance d’accélérer une partie de ce travail. Nous voulons reconstruire mieux qu’avant et évoluer vers des alternatives plus durables en vol est un domaine clé de notre stratégie ». Air New Zealand a également «  l’intention d’essayer des couverts en bambou aux côtés du bouleau pour voir ce qui fonctionne le mieux » pour ses clients.

Parmi les autres mesures prises par Air New Zealand pour réduire les déchets et le plastique, citons :

– La ré-injection d’une gamme de produits en vol réutilisables comme de l’eau en bouteille, des boîtes de thé ou biscuits, ce qui a permis d’économiser plus de 36 millions de produits en décharge.

-Depuis 2018, la compagnie aérienne a également transféré 55 millions d’articles en plastique à usage unique vers des alternatives à faible impact, ou les a entièrement supprimés, sur l’ensemble de son réseau mondial et de ses sites au sol.

©Biponacci

Coronavirus : le Canada lève l’interdiction des vols directs en provenance d’Inde

septembre 26, 2021 - 1:00pm

Le Canada a annoncé dimanche avoir levé l’interdiction des vols directs en provenance d’Inde après une interruption de plus de cinq mois.

« À partir de 00 h 01 HAE [9 h 31 selon l’heure normale de l’Inde] le 27 septembre, les vols directs en provenance d’Inde peuvent atterrir au Canada avec des mesures de santé publique supplémentaires en place », a tweeté Transports Canada. Les voyageurs devront produire des certificats Covid-19 négatifs à l’aéroport de Delhi. Les tests doivent avoir été effectués dans les 18 heures précédant le départ de leur vol vers le Canada et doivent provenir d’un laboratoire approuvé. Avant l’embarquement, les exploitants aériens vérifieront les résultats des voyageurs pour s’assurer qu’ils sont admissibles à voyager au Canada.

Les voyageurs entièrement vaccinés doivent télécharger leurs informations sur le site Web ou l’application mobile ArriveCAN, a déclaré Transports Canada dans ses directives du 21 septembre. « Les voyageurs qui ne sont pas en mesure de répondre à ces exigences se verront refuser l’embarquement. Les directives de voyage mises à jour du Canada indiquent que ceux qui ont déjà contracté la maladie Covid-19 peuvent montrer leur rapport de test positif pour voyager, a rapporté le Hindustan Times. « La date de collecte doit se situer entre 14 et 180 jours avant leur départ prévu vers le Canada », précisent les directives.

Ajay Bisaria, haut-commissaire de l’Inde à Ottawa, a salué la décision du Canada d’autoriser les vols en provenance de l’Inde. « C’est formidable de voir une étape décisive vers la normalisation de la mobilité aérienne entre l’Inde et le Canada », a-t-il tweeté. « Air India et Air Canada proposent désormais des vols quotidiens entre Delhi et Toronto/Vancouver à partir du 27 septembre. »

L’Inde assiste à une baisse de ses cas quotidiens de Covid-19. Dimanche, il a enregistré 28 326 infections, portant le décompte global depuis le début de la pandémie en janvier de l’année dernière à 33 652 745. Le bilan des morts du Covid a augmenté de 260 pour atteindre 446 918.

United Airlines condamnée à une amende de 1,9 million de dollars pour des retards sur le tarmac

septembre 26, 2021 - 11:00am

United Airlines a été condamnée à une amende de 1,9 million de dollars vendredi par le ministère des Transports (DOT) pour avoir enfreint les règles fédérales sur les longs retards sur le tarmac. Le DOT ordonne de cesser de futures violations similaires.

Le département a déclaré que, depuis décembre 2015, United avait autorisé 25 vols à rester sur le tarmac pendant de longues périodes sans permettre aux passagers de débarquer. Cinq des vols identifiés par le département des transports ont eu lieu en une seule journée en 2019, lorsqu’une tempête de neige à l’aéroport international O’Hare de Chicago a conduit United à dérouter des avions vers l’aéroport régional du comté de Dane à Madison, dans le Wisconsin. Dans un cas, les passagers sont restés assis dans un avion pendant quatre heures et une minute. En raison du nombre de vols détournés, le ministère des Transports a déclaré : « Les ressources de United à l’aéroport ont été débordées ».

United a déclaré vendredi qu’elle restait « engagée à respecter pleinement toutes les règles du DOT et qu’elle continuerait à identifier et à mettre en œuvre des améliorations dans la façon dont nous gérons les conditions d’exploitation difficiles ». Le ministère a déclaré qu’il s’agissait de la plus grosse amende de ce type jamais infligée. L’administration Biden s’est engagée à adopter une ligne dure à l’égard des actions touchant les consommateurs des compagnies aériennes.

United a noté « qu’en fin de compte, seuls 25 des près de 8 millions de vols opérés par United » et ses partenaires justifiaient une « action coercitive » sur plus de cinq ans. Les transporteurs ne sont généralement pas autorisés à garder les avions sur le tarmac plus de trois heures pour les vols intérieurs et quatre heures pour les vols internationaux sans donner aux passagers la possibilité de débarquer.

Sur les 1,9 million de dollars, United doit utiliser 750 000 dollars pour indemniser les passagers des vols concernés. La compagnie aérienne conservera 200 000 $ pour couvrir le coût de développement d’un système de gestion des déroutements.

©Airbus

Volcan en éruption aux Canaries : l’aéroport de La Palma à l’arrêt

septembre 26, 2021 - 10:00am

Les éruptions du volcan Cumbre Vieja sur l’île canarienne de La Palma se sont intensifiées, obligeant la société gestionnaire des aéroports espagnols (Aena) à y suspendre les vols « en raison de l’accumulation de cendres ».

« Selon les enregistrements de la surveillance volcanique qui a été effectuée depuis le début de l’éruption, cet après-midi le moment le plus énergique du processus éruptif a eu lieu », indique cependant un communiqué du gouvernement régional des îles Canaries vendredi soir. L’aéroport de La Palma était « inopérant » samedi, après l‘annulation de plusieurs vols à destination et en provenance de La Palma vendredi après-midi, en raison de « l’accumulation de cendres » due à la récente activité volcanique dans la région, a tweeté samedi l’exploitant de l’aéroport espagnol AENA. La société gestionnaire des aéroports et héliports en Espagne, a ajouté que « les tâches de nettoyage ont commencé, mais la situation peut changer à tout moment ». « La priorité est de garantir la sécurité des opérations », a ajouté l’AENA. « Le reste des aéroports des Canaries sont opérationnels. Cependant, si vous prévoyez de prendre l’avion, vérifiez auprès de votre compagnie aérienne l’état de votre vol », a conclu l’AENA.

Binter, une compagnie aérienne desservant les îles Canaries, a également confirmé via un tweet samedi qu’elle ne volerait pas à destination et en provenance de La Palma en raison de la présence de cendres volcaniques. La compagnie aérienne, cependant, a déclaré avoir résumé d’autres vols vers l’île de La Gomera et vers l’île de Tenerife, en raison de l’amélioration des conditions.

Ce dimanche marque le huitième jour consécutif d’éruptions volcaniques sur La Palma, l’une des plus petites îles de l’archipel espagnol des îles Canaries dans l’océan Atlantique. Angel Victor Torres, président des îles Canaries, a déclaré jeudi que quelque 400 maisons et bâtiments avaient déjà été détruits par la lave, selon des informations parues dans les médias espagnols. Près de 6 000 personnes ont été évacués. En raison de la fermeture de l’aéroport, de longues files d’attente se sont formées au port de Santa Cruz de La Palma pour tenter de partir en ferry vers les îles voisines, principalement Tenerife, la mieux connectée.

©ATR

Cathay Pacific célèbre ses 75 ans d’existence et ses innovations (photos)

septembre 26, 2021 - 9:00am

Cathay Pacific a fêté ses 75 ans le 24 septembre dernier, l’occasion de rappeler dans un communiqué de presse qu’elle est passée du statut de compagnie aérienne régionale à ses débuts à celui de transporteur international, remportant quatre fois le prix Skytrax de la meilleure compagnie aérienne mondiale.

« Aujourd’hui, la compagnie aérienne cinq étoiles exploite l’une des flottes les plus jeunes du monde et opère des vols de fret et de passagers vers plus de 100 destinations à travers 6 continents », souligne la compagnie de Hong Kong. Quatrième compagnie aérienne la plus ancienne du monde, Cathay Pacific exploite 180 appareils dotés de cabines primées et des derniers divertissements en vol, avec une flotte dont l’âge moyen « n’est que de 6,5 ans ». Cathay Pacific continue d’investir dans de nouveaux avions économes en carburant et permettant un « changement radical pour réduire les émissions et l’impact environnemental de ses opérations ». Alors que d’autres Airbus A350 et A321neo rejoignent la flotte de Cathay Pacific, et que des Boeing 777-9X devraient entrer en service dans quelques années, l’âge moyen de la flotte ne peut que rajeunir et les conditions de voyages proposées aux clients s’améliorer, rappelle la compagnie dans son communiqué.

Lors de la livraison de nouveaux appareils, Cathay Pacific utilise un mélange de biocarburants. En 2016, l’A350-900 de Cathay Pacific a d’ailleurs effectué le plus long vol du monde en utilisant un mélange de biocarburant. Bien avant que la notion de durabilité ne fasse partie de la conscience publique, Cathay Pacific a commencé à rendre compte de son impact sur l’environnement il y a 25 ans. Cathay Pacific a été la première compagnie aérienne asiatique à lancer son propre programme de compensation des émissions de carbone en 1997 et la première compagnie aérienne à investir dans la production de biocarburant avec Fulcrum.

En 2019, elle est devenue la première compagnie aérienne au monde à servir Omnipork – une alternative au porc d’origine végétale – à bord.

La compagnie aérienne continue de s’appuyer sur ses efforts de durabilité dans les domaines de la communauté, de l’environnement, de la biodiversité et de la responsabilité sociale des entreprises. En 2021, Cathay Pacific a été la première compagnie aérienne asiatique à s’engager à atteindre un bilan carbone net nul en 2050.

Depuis 75 ans, la compagnie s’efforce de faire en sorte que le voyage aérien soit plus qu’un simple transport entre un point A et un point B. La compagnie propose le premier studio de yoga au monde dans un salon d’aéroport, a brassé la première bière artisanale en bouteille destinée à être consommée à 35 000 pieds d’altitude et a offert le premier service d’enregistrement en ligne au monde.

Les sièges-lits totalement inclinables ont complètement transformé le niveau de confort sur les vols long-courriers, Cathay Pacific les ayant introduits il y a plus de vingt ans. Le premier service de radio en direct au monde a été lancé sur Cathay Pacific en 1991, tandis que les jeux Nintendo à la demande ont été introduits en 2004. La totalité de la flotte de Cathay Pacific est désormais équipée du Wi-Fi et la majorité des avions proposent des chaînes de télévision d’information et de sport. Sur le tout dernier Airbus A321neo de Cathay Pacific, les téléviseurs personnels au dos des sièges sont désormais en ultra haute définition 4K – la première compagnie aérienne à introduire des téléviseurs UHD.

La pensée progressiste et l’innovation ont été l’esprit de Cathay Pacific tout au long de son histoire. L’équipe d’ingénieurs de la compagnie a collaboré avec l’équipe de recherche et développement de Rolls Royce pour lancer le premier vol sans escale de Londres à Hong Kong en 1983, un record mondial à l’époque.

En un peu plus d’une décennie, Cathay Pacific a également été à l’origine du premier vol commercial transpolaire au monde entre New York et Hong Kong – une route qui est aujourd’hui devenue la norme du secteur en termes de réduction de la durée du voyage et d’émissions carbone. En tant que cofondateur de l’alliance oneworld, Cathay Pacific propose plus de 200 destinations pour relier les passagers à leurs familles, à leurs amis et à des expériences significatives.

Cathay Pacific a été la première compagnie aérienne à effectuer un vol commercial transpolaire en 1998. Ce trajet, plus court entre l’Amérique du Nord et l’Asie, est depuis devenu la norme du secteur.

©Cathay Pacific

 

L’Argentine envisage d’ouvrir ses frontières

septembre 26, 2021 - 8:00am

L’Argentine aprévoit d’ouvrir progressivement ses frontières aux visiteurs depuis le 24 septembre.

Mais cela ne signifie pas que les touristes étrangers pourront visiter le pays situé au bout de l’Amérique du Sud sans restrictions tout de suite. L’Argentine a été l’un des pays qui ont introduit les restrictions frontalières les plus strictes en lien avec la pandémie de COVID-19. Pendant pratiquement plus d’un an et demi, seuls les résidents, qui étaient de toute façon soumis à des restrictions strictes, ont été autorisés à entrer dans le pays. Ces derniers mois, cependant, l’épidémie en Argentine a radicalement évolué. En l’Amérique du Sud, le programme de vaccination progresse de façon efficace (environ 45% des citoyens ont déjà reçu toutes les doses requises) et le nombre régulièrement en baisse des infections a permis aux autorités locales de réviser les règles d’entrée actuelles. Le gouvernement argentin a annoncé l’ouverture progressive des frontières du pays, et le processus lui-même a été divisé en plusieurs étapes.

Depuis jeudi 24 septembre, l’Argentine a supprimé l’obligation de quarantaine pour les Argentins et les résidents étrangers entrants. Puis, le 1er octobre, l’Argentine ferait le deuxième pas. Le pays envisage de recevoir des voyageurs internationaux en provenance des pays frontaliers. Bien qu’il ne soit pas clair si tous les pays frontaliers seront inclus dans cette liste, deux devraient en faire partie : l’Uruguay et le Chili. Dans le même temps, le gouvernement augmentera la limite supérieure de passagers aériens admis, qui est actuellement de 2300 voyageurs par jour (il y en avait 600 à son point le plus bas). Ce n’est que dans la troisième étape que les Argentins s’ouvriront à d’autres visiteurs. À moins que la situation dans le pays ne change radicalement et sous réserve d’une augmentation potentielle des infections, les frontières de l’Argentine devraient être ouvertes à tous les voyageurs étrangers le 1er novembre munis d’un certificat de vaccination valide. Il est possible que des tests PCR soient également requis.

©Aerolineas Argentina

Espagne : AENA perdra 1,5 milliard d’euros en raison de la nouvelle réglementation COVID-19

septembre 25, 2021 - 3:00pm

L’opérateur aéroportuaire espagnol Aena pourrait perdre jusqu’à 1,5 milliard d’euros de revenus entre 2020 et 2025 après que l’Espagne a adopté jeudi une loi fixant le loyer des locaux commerciaux au trafic aérien, jusqu’à ce que la fréquentation atteigne les niveaux d’avant la pandémie.

Le gestionnaire aéroportuaire espagnol revoit à la baisse ses revenus provenant des loyers aéroportuaires commerciaux, après avoir approuvé au Congrès un amendement qui les lie au trafic passagers réel par rapport aux niveaux de 2019, avant la pandémie. Les loyers minimums annuels garantis, très contestés, dus à Aena seront réduits en proportion directe du flux de passagers dans chaque aéroport local, selon le texte de loi votée à une très large majorité (178 contre 16), et le resteront jusqu’à ce que les voyages reviennent aux chiffres de 2019. Le changement juridique vise à protéger tous les commerces d’alimentation, de boissons et de vente au détail dont les contrats de location avec Aena étaient actifs le 14 mars 2020, le jour où l’Espagne est entrée dans le verrouillage aérien dû au COVID-19. « C’est un secteur qui va tout droit vers la faillite sinon », a déclaré le député Pedro Quevedo du parti de centre-gauche Nueva Canarias après avoir lu le projet de loi.

Aena, qui s’attend à ce que le trafic dans ses aéroports ne revienne aux niveaux de 2019 qu’en 2026, a déclaré dans un communiqué qu’elle évaluerait « toutes les implications judiciaires de la norme et prendra toutes les mesures possibles pour défendre l’intérêt social de l’entreprise ».

Madrid-Barajas @AENA

LOT Polish Airlines ne récupérera pas les deux Dreamliner commandés

septembre 25, 2021 - 2:00pm

LOT Polish Airlines a renoncé à recevoir deux Boeing 787-9 qui attendaient d’être livrés. La raison de cette décision est l’effondrement du secteur des vols long-courriers et l’incertitude quant au retour vers les destinations asiatiques.

LOT Polish Airlines a décidé de ne pas récupérer les deux Boeing 787-9 Dreamliner fabriqués, qui sont stationnés dans le désert de Mojave aux États-Unis, a annoncé la compagnie polonaise jeudi 23 septembre. Les raisons de cette décision sont une crise profonde sur le marché du transport longue distance et l’intérêt croissant pour les liaisons courte et moyenne distance.

« Alors que le trafic à l’intérieur de l’Europe commence à se redresser, on constate encore une très forte dégradation du segment des vols intercontinentaux. L’ouverture des États-Unis est un bon signal, mais nous devons nous rappeler que, d’un autre côté, nous avons un marché asiatique fermé, ce qui est d’ une importance capitale pour LOT », a expliqué Maciej Wilk, membre du conseil d’administration.

LOT Polish Airlines compte actuellement dans sa flotte huit Boeing 787 dans la plus petite version -8, pouvant accueillir 252 passagers, et sept 787-9 conçus pour 294 passagers. Trois d’entre eux sont stationnés à l’aéroport de Rzeszów dans le sud-est de la Pologne, car en dehors des vols cargo, les marchés japonais, chinois, coréen et indien sont pratiquement fermés au trafic de passagers. La Chine a annoncé que si elle décidait d’ouvrir, ce ne serait pas avant la mi-2022. L’espoir de vols long-courriers réside donc dans le marché américain, qui doit s’ouvrir aux européens vaccinés à partir de début novembre après un « Travel ban » (les restrictions de voyage) qui sera resté en vigueur près de 20 mois.

©LOT Polish Airlines

Pages